La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

mercredi 22 juin 2016

La Théorie du Grand Tout de J. J. Johnson — Chronique n°214

"C'est comme si je vivais dans un immense kaléidoscope : une force invisible fait tourner le monde, le sol vacille sous mes pieds et les milliers de morceaux éparpillés de mes journées se bousculent pour former sans cesse de nouvelles images, triangulaires et vitreuses..."

Titre : La Théorie du Grand Tout
Auteure : J. J. Johnson
Genre : Contemporain
Éditions : Alice (collection Tertio)
Lu en : français
Nombre de pages : 464
Résumé : Jamie est morte par accident à 15 ans. Et Sarah se sent responsable car l'accident est dû à une distraction de sa part. Jamie, c'était sa meilleur amie. Son âme soeur. Comment vivre après un tel drame ? En se repliant sur soi ? En fuyant ses anciens amis ? En évitant de penser ? Ou en essayant d'apprivoiser sa tristesse ? Sarah découvre progressivement que ce deuil l'a profondément changée et qu'il ne sert à rien d'essayer d'étouffer sa nouvelle personnalité.

---------------------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions Alice pour cet envoi !

--------------------------------------------------------------

Un roman sur le deuil, c'est à la fois intriguant et risqué. Ce thème est si riche qu'il peut en sortir de véritables chefs-d'œuvre, mais également si délicat et sensible que les risques de verser dans le mélodrame ou les stéréotypes sont particulièrement importants.
Voilà pourquoi La Théorie du Grand Tout a attiré mon attention : il me fallait savoir si l'auteure avait réussi son pari... Et il s'avère je suis plutôt satisfaite de ma découverte, dont j'ai apprécié l'héroïne humaine et réaliste, même si tout n'est bien sûr pas parfait.

La Théorie du Grand Tout décrit Sarah, quinze ans, qui vient de perdre sa meilleure amie de toujours, Jamie, dans des circonstances si tragiques qu'elle se refuse à les dévoiler à ses lecteurs. Sarah tente tant bien que mal de se remettre de cette perte violente, surtout mal, en fait. Sa principale arme de survie devient bientôt le repli sur elle-même, accompagné d'une aptitude au sarcasme assez inouïe. Mais fuir tout ce qui la rattache à sa vie d'avant, négliger ses relations avec ses proches, est-ce vraiment le bon moyen de se remettre de cette tragédie ?

La réponse est non.
Merci, Captain Obvious.

L'auteure parvient à créer une histoire dans laquelle on ne peut s'empêcher de rentrer, principalement mu par l'envie de savoir ce qu'il est arrivé de si épouvantable à Jamie...
Oui, j'utilise le participe passé du verbe "mouvoir". C'est mon choix.

Le tout manque sans doute d'un peu de piquant, d'imprévu, certains chapitres se font écho, la narration peut s'essouffler de temps à autre... Je dois avouer que dans la première partie notamment, j'ai eu du mal à maintenir un intérêt constant pour le sort de l'héroïne. Cependant, une fois un certain cap dépassé, il devient de plus en plus difficile de s'extirper de cette histoire, et l'intérêt du lecteur pour le sort de Sarah, son empathie à l'égard de cette adolescence blessée ne font que croître. Il s'agit d'un roman vivant, avec des tonalités différentes suivant les parties, et une véritable dimension ludique grâce aux nombreux schémas, graphiques et autres dessins qui émaillent le récit.

On sent le travail fourni sur le personnage de Sarah, qui fait la richesse de cette histoire. Elle se révèle au fur et à mesure de l'intrigue dans toute sa complexité, entre souffrance et espérance, sans échouer dans un cliché d'ado rebelle, de dépressive en colère ou que sais-je.  L'auteure a réellement cherché à créer un personnage humain, réaliste, imparfait, et c'est une démarche que l'on ne peut qu'approuver... Les personnages secondaires pâtissent peut-être légèrement de ce choix, méritant parfois plus d'importance et de profondeur psychologique.
Globalement, les choix de l'auteure sont satisfaisants, un peu prévisibles certes, mais elle transmet un beau message à son lectorat, celui qu'il fallait mettre en avant. On termine La Théorie du Grand Tout avec une bouffée d'espoir, et la sensation d'avoir été témoin d'une histoire peut-être pas révolutionnaire, mais indéniablement instructive et attendrissante.

En bref, un roman sensible et bien mené, qui ne manquera pas de trouver une résonance en vous, ni de vous faire sourire ou de vous serrer le cœur lorsque vous vous y attendrez le moins... Vous n'en conserverez pas forcément un souvenir impérissable, mais il s'agit tout de même d'une lecture loin d'être dénuée d'intérêt !

Note attribuée : 7/10

4 commentaires:

  1. Cela peut être intéressant à lire. Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse de te donner de nouvelles idées !

      Supprimer
  2. J'avais déjà entendu parler de ce livre une fois et pourquoi pas le découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est assez original et très agréable à lire...

      Supprimer