La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image"> Hebergeur d'image

mardi 31 mars 2015

Anna and the French Kiss de Stephanie Perkins — Chronique n°85

"The more you know who you are, and what you want, the less you let things upset you."


Titre : Anna and the French Kiss
Auteure : Stephanie Perkins
Genre : Realistic Fiction | Contemporain | Romance
Éditions : Penguin Group (collection Speak)

Nombre de pages : 372
Résumé : Can Anna find love in the City of Light ?


Anna is happy in Atlanta. She has a loyal best friend and a crush on her coworker at the movie theater, who is just starting to return her affection. So she's less than thrilled when her father decides to send her to a boarding school in Paris for her senior year. But despite not speaking a word of French, Anna meets some cool new people, including the handsome Étienne St. Clair, who quickly becomes her best friend. Unfortunately, he's taken — and Anna might be, too. Will a year of romantic near misses end with the French kiss she's waiting for ?

--------------------------------------------

Existe également en français

Titre : Anna et le French Kiss
Éditions : La Martinière Jeunesse
Résumé : Anna avait prévu de passer son année de terminale chez elle, à Atlanta, avec ses copines, son récent petit copain et son job au cinéma d'art et essai de la ville. Mais ses parents ont décidé qu'elle devait voyager et l'ont envoyée pour un an au lycée américain de Paris.
Fraîchement débarquée en France, Anna, réservée, maladroite et ne parlant pas un mot de français, se sent complètement perdue. Et quand elle tombe sous le charme d'Étienne, un jeune franco-américain totalement craquant, c'est la panique... D'autant plus que celui-ci a déjà une petite amie.
Un instant tentée de se replier sur elle-même, Anna ne pourra rester longtemps insensible à la vie autour d'elle. Sa gourmandise, sa curiosité et sa générosité l'emportant sur sa timidité, elle devra faire face au bel Étienne, quels que soient les sentiments que ce dernier éprouve pour elle...

----------------------------------------------

Ça y est, j'ai lu Anna and the French Kiss. Et comme prévu, j'ai adoré. Je l'ai lu petits bouts par petits bouts, je l'ai savouré en fait. Le soir, quand je rentrais du lycée, triste, morose, accablée par mes soucis divers et variés, je savais que ce roman pourrait me réconforter, et c'était toujours un plaisir de lire quelques chapitres.

En lisant le résumé, on peut se demander s'il ne s'agit pas d'une romance de base sans intérêt. Sachez que pas du tout. Anna and the French Kiss a cette petite touche de magie, cette chose indéfinissable qui rend un livre différent des autres.

Je me suis beaucoup attachée à Anna. Elle est gentille, elle me fait toujours beaucoup rire, elle veut toujours bien faire... Sa naïveté du départ la rend très sympathique, et sa progressive évolution est très crédible et intéressante.
Quant à Étienne, le fameux St-Clair, il m'a évidemment beaucoup plu. Lisez, vous comprendrez. 
La romance n'a clairement aucun suspense et se sent à dix kilomètres à la ronde, mais elle est tellement... rafraîchissante qu'on ne peut que se laisser attendrir.

Par contre, pour ce qui est des autres amis d'Anna... et bien je dois dire que je n'ai pas du tout accroché. Que ce soient les Parisiens ou les Américains, ils m'ont au choix laissée indifférente ou franchement tapé sur les nerfs. Certains étaient trop peu présents, comme Meredith qui disparaît pendant des dizaines et des dizaines de pages, ou Rashmi qui ne prend de l'importance que dans les derniers chapitres, et d'autres moins intéressants, comme Bridge ou Toph, qui n'ont pas des personnalités... transcendantes.

J'ai adoré re-découvrir Paris dans les yeux d'une Américaine. En voyant Anna s'extasier sur Paris, et répétant à quel point cette ville est merveilleuse, je me suis sentie extrêmement fière – pourquoi, on se le demande. Ce n'est pas comme si Paris m'appartenait. Cette fierté n'a pas duré, bien sûr, mais c'était tout de même agréable.
Tout cela pour dire que j'ai beaucoup aimé ce décor, et cet aspect du roman en général ! J'aime en particulier beaucoup la première page, où Anna fait la liste de tout ce qu'elle sait sur la France avant de partir en pensionnat à Paris (ça se résume au fromage, à la Tour Eiffel, à beaucoup de rois appelés Louis, qui ont quelque chose à voir avec la Révolution, qui a quelque chose à voir avec la Prise de la Bastille. Et elle sait aussi que les Français râlent beaucoup).

Bon après, tout n'est pas parfait dans ce roman, comme toujours. Une fois arrivée à un certain point du roman, j'ai eu l'impression que l'histoire tournait légèrement en rond, et surtout, qu'Anna avait un don certain pour se compliquer la vie toute seule. Alors oui, voir une héroïne qui fait des erreurs, c'est touchant. Et si l'héroïne réitère ces erreurs par accident, le lecteur compatit. Mais quand ces erreurs se reproduisent trop souvent, cela peut devenir... assez agaçant (je ne dirai pas horripilant) pour certains.
Donc si vous êtes un lecteur qui ne supporte pas les héroïnes qui mettent un roman entier à réaliser des évidences, comme par exemple qu'elles sont amoureuses du garçon depuis le début, qui se mettent dans des situations impossibles et qui passent leur temps à tergiverser, à se tromper, à se lamenter... Il y a des risques pour qu'Anna vous agace. 

Mais vous savez, ce roman est vraiment merveilleux. Il est bourré de bons sentiments, d'amour, d'amitié, de quelque chose entre les deux, et il a le pouvoir de mettre son lecteur de bonne humeur, le sourire aux lèvres. 
Si jamais vous êtes dans une énorme panne de lecture, que vous broyez du noir, que vous ne savez pas quoi lire, faites-moi confiance, lisez ce petit bijou. Les gaffes d'Anna vous rendront toute votre joie de vivre.
On dirait que je parle d'un médicament. 

Et puis, ultime bonus, la VO est très très abordable, si vous souhaitez débuter, c'est le roman idéal !

Note attribuée : 9/10 : Je. Veux. Lire. La. Suite. Sur-le-champ

lundi 30 mars 2015

C'est Lundi, que lisez-vous ? [13]

C'est Lundi, que lisez-vous ?

Rendez-vous créé par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, what are you reading ? de One Person's Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait sur le blog de Galleane

Ce que j'ai lu la semaine dernière...

Une grosse semaine vient de s'écouler, puisque j'ai – assez miraculeusement – trouvé le temps de lire 4 livres !
Anna and the French Kiss de Stephanie Perkins : ça y est, je l'ai terminé... Et j'ai adoré ! >chronique à venir, ce soir normalement<

Intuitions de Rachel Ward : malheureusement un peu mitigée... >chronique à venir<

Les Petites Reines de Clémentine Beauvais : un coup de cœur, tout simplement !

Les Cœurs Brisés d'Amelia Kananey : un roman avec beaucoup de potentiel, qui m'a globalement bien plu malgré quelques défauts... >chronique à venir<

Ce que je suis en train de lire...

Afterworlds de Scott Westerfeld : pour le coup, je n'ai avancé que d'une centaine de pages dans ce roman-ci... Pourtant, il me plaît beaucoup !

La 5ème Vague de Rick Yancey : je l'ai à peine commencé... Pas encore d'avis éclairé à vous donner – pour l'instant.

Ce que je compte lire ensuite...

Seuls au monde 2 d'Emmy Laybourne : le premier tome m'avait bien plu, j'ai hâte de voir ce que donnera la suite !

The Book of Ivy d'Amy Engel : lui, j'ai très, très, très hâte de le commencer. 

La Saga Waterfire tome 1 : Deep Blue de Jennifer Donnelly : un emprunt qui me fait bien envie !

Et vous ? Que lisez-vous en ce moment ?
— Capucine

samedi 28 mars 2015

Les Petites Reines de Clémentine Beauvais — Chronique n°84

"Peut-être que la mocheté, ça fait mûrir."


Titre : Les Petites Reines
Auteure : Clémentine Beauvais
Éditions : Sarbacane (collection Exprim')
Genre : Contemporain
Nombre de pages : 270
Résumé : On les a élues "Boudins de l'année" sur Facebook. Mais Mireille Laplanche et ses "boudinettes", Hakima et Astrid, n'ont pas l'intention de se lamenter sur leur sort. Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent bien rallier Bourg-en-Bresse à Paris... pour s'incruster à l'Élysée ! Place aux Petites Reines...

-----------------------------------------------------

Un immense merci aux éditions Sarbacane et en particulier à Juliette pour cette petite merveille !

Les Petites Reines et moi, ça a démarré par un coup de foudre... pictural, mettons. Je suis tombée en admiration devant la couverture – rendez-vous compte, elle brille ! Et le titre est en relief ! Tout bonnement merveilleux.

Une fois remise de cet émerveillement, j'ai lu les trois premières lignes, pour voir de quoi il en retournait. J'ai aimé. J'ai lu un chapitre, puis deux. J'ai adoré. J'ai terminé la première partie. J'étais devenue accro. 
Qu'est-ce qui m'a convaincue, me demanderez-vous ? Tout.

Tout d'abord, j'ai a-do-ré Mireille, la narratrice. Je n'ai même pas essayé de compter le nombre de fois où son humour mordant et cynique m'a arraché un sourire, un franc éclat de rire, ou même, à un certain passage, un fou rire incontrôlable. Il s'agit de mon personnage préféré, et j'étais sincèrement triste de la quitter en refermant le livre.
Les deux autres "boudins", Astrid et Hakima, m'ont énormément plu, l'une pour son volontarisme et sa sympathie, l'autre pour sa gentillesse et son innocence... Un trio de choc !
Les autres personnages sont tous plus attachants que les autres - j'ai surtout adoré le Soleil...

L'histoire ensuite, totalement improbable mais tellement convaincante ! Trois adolescentes qualifiées de "boudins" qui partent en road-trip à vélo, en vendant des boudins sur leur chemin, pour gate-crasher la garden-party du 14 Juillet à l'Élysée ? Je vous accorde que ça peut laisser perplexe.
Et pourtant, qu'est-ce que j'ai aimé ! J'ai fini ce roman en 24 heures à peine, totalement prise par ce que nous suggérait Clémentine Beauvais. Le rythme est effréné, l'écriture extrêmement fluide, un éclat de rire vous guette à chaque page...
Pour tout vous dire, je suis tellement triste d'avoir terminé ce roman que j'ai envie de le relire tout de suite.

Et puis, il y a autre chose que j'ai aimé. Dès le début du roman, la première chose que Mireille fait est d'insister sur le fait qu'elle, Astrid et Hakima sont des "mochetés". Et en me laissant emporter dans l'histoire, j'aimais tellement les personnalités de ces trois héroïnes que j'oubliais totalement ces histoires de physique... Ce n'était plus qu'un détail. Elles sont toujours des "boudins", mais ça n'a plus d'importance... J'ai adoré cela.
Les réseaux sociaux ont également une part importante dans l'histoire, puisque c'est sur Facebook que les 3 Boudins sont élus, et sur Twitter que l'on va progressivement s'emballer pour leur road-trip. On réalise bien l'influence terrible ou bénéfique qu'ils peuvent avoir...
Pour finir, on retrouve également quelques réflexions sur le féminisme qui m'ont bien plu !

Il y a un point négatif. J'en veux encore.

En bref, une petite pépite, définitivement mon Exprim' préféré. Je n'ai pas lu l'autre Exprim' de l'auteure, Comme des Images, mais croyez-moi, ça ne saurait tarder. 

Note attribuée : 10/10 : sérieusement, ne passez pas à côté des Petites Reines. Vous manqueriez un roman hilarant, captivant, mais également touchant et avec de magnifiques messages sur l'apparence et l'acceptation de soi. Que demander de plus ?
Un coup de cœur !

Et en plus, ultime bonus, en lisant ce roman, vous perfectionnerez votre grammaire française, en apprenant si on dit "à" ou "en" vélo - une question existentielle. Comprendra qui aura lu.

Je ne résiste pas à la tentation de vous faire partager un petit extrait...

"Je ne sais pas si vous avez fait du vélo, dernièrement ? 
Peut-être que vous faites trop souvent du vélo. Dans ce cas-là, vous avez peut-être trop l'habitude pour continuer à remarquer. 
À remarquer la magie.
La magie d'un vélo, c'est que c'est un balai. [...]
La magie d'un vélo, c'est que c'est aussi un cheval... [...]
La magie d'un vélo, c'est que c'est une machine cliquetante et métallique, un miracle de mécanique [...].
Et quand on se rend compte de la magie d'un vélo, toutes ces choses qu'il est se mêlent à nous, et on sent à la fois l'air qui éclate sur son passage, la route dans toutes ses craquelures, les sursauts du plus infime de ses engrenages, et le sang à l'intérieur de nous, pompé à chaque coup de pédale. Et soudain, c'est un miracle d'amalgame, une seule et même chose, rapide et bouillonnante, et on est dans l'univers comme si on l'avait créé nous-mêmes."

vendredi 27 mars 2015

Le Cercle des 17 de Richard Paul Evans — Chronique n°83

"Si on agit par amour, il peut arriver qu'on s'égare, mais on ne se perd jamais."
j
Titre : Le Cercle des 17
Auteur : Richard Paul Evans
Genre : Science-Fiction
Éditions : PKJ
Nombre de pages : 480
Résumé : Michael Vey possède des super-pouvoirs. D'un seul geste, il peut envoyer des décharges électriques de plusieurs milliers de volts. Pratique, quand on est harcelé par les caïds du lycée et atteint de tics embarrassants.


Michael se croit seul... avant de découvrir que Taylor, ravissante pom-pom girl, est elle aussi «électrique». À peine commencent-ils à comprendre leur secret qu'une mystérieuse organisation, convoitant les pouvoirs des deux adolescents, les prend en chasse...

----------------------------------------

J'avais déjà offert Le Cercle des 17 à une amie, qui l'avait adoré. Devant sa réaction enthousiaste, j'ai emprunté l'exemplaire de mon frère, que je me suis empressée de dévorer – le livre, pas mon frère. Résultat ? Ce fut une lecture-éclair – j'ai un don pour les jeux de mots, je sais – qui m'a bien plu !

Certains personnages sont plus convaincants que d'autres. J'ai particulièrement adoré Michael, le narrateur principal, qui est extrêmement attachant. Il est atteint de la maladie de Gilles de la Tourette, à cause de laquelle il souffre de tics envahissants et gênants. J'ai aimé sa naïveté, son humour et sa dérision inattendus, sa réactivité, sa loyalité
En revanche, Taylor, bien que très sympathique elle aussi et ayant des valeurs honorables, m'a un peu moins plu. Ses réactions dans la deuxième partie ne m'ont pas forcément toutes convaincue, j'ai trouvé qu'elle manquait de profondeur et de crédibilité. 


La première moitié est tout particulièrement captivante, peut-être plus que la deuxième, où trop d'action tue l'action et fait parfois sombrer l'histoire dans le fouillis. On se retrouve presque tout de suite dans le feu de l'action, et j'ai eu du mal à reposer mon livre la soirée où je l'ai commencé ! Des pouvoirs magiques mystérieux, une découverte, une enquête, des rebondissements et des révélations au programme... Les chapitres sont le plus souvent courts, comme je les préfère, et le rythme vraiment effréné. 
Et puis...

Survient la deuxième moitié du roman. À partir de ce moment-là, la narration va alterner entre le point de vue de Michael, et une narration à la troisième personne centrée sur Taylor... et j'ai moins accroché. 
La Grande Action Finale (mais si, vous savez, la grande bataille de la fin qu'on retrouve dans beaucoup, beaucoup de romans de science-fiction ou autres ?) m'a un peu ennuyée, et j'avoue que j'ai lu quelques chapitres en accéléré... Quant à la fin, elle était peut-être un peu rapide et aurait gagné à être plus développée.

J'ai adoré l'intrigue de base, les mutants aux pouvoirs électriques tous différents, comme un remake des X-Men. Je me suis tout de suite laissé convaincre par cette idée ! On retrouve un certain nombre d'éléments assez typiques de ce genre d'histoire, mais Le Cercle des 17 arrive à trouver sa petite note d'originalité.
L'écriture de l'auteur est franchement accessible, fluide et simple à lire. Sa plume est efficace, elle va droit au but, ce qui est louable dans ce genre de livres.

Il s'agit d'un bon tome introductif, et j'ai bon espoir pour la suite... L'auteur a eu une bonne idée de départ, et je pense qu'il saura développer tout son potentiel par la suite. J'ai donc bien envie de commencer le tome 2 le plus vite possible ! 
Alors oui, il y a parfois des éléments prévisibles, des facilités dans l'histoire (oh, un méchant qui devient gentil d'un coup !), des personnages un peu vite expédiés, mais je fais confiance à l'auteur pour rétablir tout cela par la suite. 
Il se dégage une impression de fraîcheur et de dynamisme de ce roman, et... ça fait du bien !

Note attribuée : 7,5/10 Malgré quelques défauts mineurs, un début de saga très sympathique ! Le Cercle des 17 gagnerait à être plus connu...

mardi 24 mars 2015

Fangirl de Rainbow Rowell — Chronique n°82

"L’engagement, c’est la chose la plus noble et la plus courageuse que deux êtres puissent s’offrir."

"Essaie de ne jamais t’inquiéter pour quoi que ce soit : c'est plus sain comme façon de vivre. C'est un peu comme voler au-dessus de tout : du monde et de ses emmerdes."

Titre : Fangirl
Auteure : Rainbow Rowell
Genre : Romance | Contemporain
Éditions : Castelmore
Nombre de pages : 506
Résumé : Cath ne vit que pour et par l'écriture. Elle est une fan inconditionnelle de la série de romans à succès Simon Snow... au point de rédiger elle-même les aventures de son héros préféré, en attendant la parution du dernier tome ! Elle vit dans une bulle qu'elle ne partage qu'avec Wren, sa sœur jumelle, loin de toute vie sociale. 
Pourtant, c'est désormais en solo qu'elle devra affronter le monde extérieur. Wren vient de lui annoncer l'impossible : cette année, à la fac, elles feront chambre à part. Cath saura-t-elle s'ouvrir aux autres et profiter de sa vie d'étudiante ? 
Et l'amour, dans tout ça ?

-----------------------------------------

Ça y est, j'ai lu Fangirl. J'ai lu un roman de Rainbow Rowell, cette auteure dont on parle tellement. Je n'ai fait qu'une bouchée des 506 pages de ce livre, et qu'est-ce que j'ai aimé !

Cath, la narratrice, est une jeune fille assez solitaire, très proche de sa jumelle Wren. Lorsque cette dernière commence progressivement à s'éloigner de Cath et décide de ne pas partager sa chambre avec sa sœur, Cath est effondrée. Comment supporter la vie dans une fac qu'elle a choisie uniquement pour être avec sa sœur... sans sa sœur ?
Pour tenir le coup, Cath se réfugie dans son autre passion : l'écriture, et en particulier la fanfiction. 

J'ai adoré cette idée de la fanfiction, et toutes les réflexions qu'on peut trouver au sujet de l'écriture, de l'inspiration, de l'angoisse de la page blanche... Comme j'aime moi aussi écrire, c'est un sujet qui m'a beaucoup plu !
On retrouve également à chaque fin de chapitre, et régulièrement dans l'histoire, des extraits des romans de la saga Simon Snow ou des fanfictions de Cath... Ces passages sont tout aussi intéressants que la véritable intrigue, et nous donnent vraiment envie de lire ces livres... qui n'existent pas. Frustrant.

De manière générale, j'ai aimé tous les thèmes abordés par l'histoire, sur les familles recomposées, l'amitié, l'amour bien sûr, mais également le sentiment d'abandon, la solitude, ou encore l'alcool. On passe par beaucoup d'émotions différentes en lisant Fangirl : j'ai ri, j'ai été émue, j'ai eu la gorge serrée...

Quand on voit les 509 pages imposantes de Fangirl, on peut se demander si l'histoire ne va pas tourner en rond indéfiniment, si la romance ne va pas être ennuyeuse à mourir.
Que nenni.
Je ne voyais pas les pages défiler, j'ai avalé les chapitres compulsivement. En fait, je me suis moi-même étonnée de ma propre vitesse de lecture. 
Le style de l'auteur m'a tout de suite convaincue. C'est une écriture fluide, jamais pesante et toujours facile à suivre. Je n'ai eu aucune difficulté de lecture et je n'ai pas ressenti de longueurs, toujours impatiente de connaître la suite des aventures de Cath. Ce qui est assez remarquable en 500 pages.

Les personnages sont sans doute le gros point fort du roman. Chacun apporte son grain de sel à l'histoire, et rendait le roman plus riche. J'ai en particulier adoré Reagan, parce qu'elle me faisait rire à tous les coups, Lévi et Cath, malgré ses réactions parfois... imprévisibles. En revanche, j'ai détesté Wren du début à la fin, et j'avais en permanence envie de prendre un dictionnaire pour le lui abattre sur la tête.
Moi ? Violente ? Point du tout.

Un dernier mot à propos de la romance, cette fois. On se doute rapidement qu'elle sera un des thèmes principaux du roman, mais elle reste intéressante et remise en question jusqu'au bout. J'ai beaucoup aimé l'évolution des sentiments de certains personnages – mais je n'en dis pas plus. Bref, une bonne surprise de ce côté-là ! 

Spoiler : surlignez le blanc pour lire...

Je rajouterai que j'ai quand même réussi à me tromper de garçon. J'étais persuadée que Cath allait finir avec Nick... et puis... et puis... je suis tombée des nues. J'étais à mille lieues d'imaginer qu'elle allait tomber amoureuse de Lévi. Alors que c'était tellement évident ! 
Moi qui croyais avoir un flair unique pour deviner la fin d'un roman...

Résumé du spoiler : j'ai cru deviner un élément de l'intrigue... mais je me suis monumentalement trompée.

En bref, une excellente découverte, un livre que je vous recommande très fortement si vous ne l'avez pas encore lu... Fangirl est amusant, émouvant, captivant, qui vous fera passer un moment on ne peut plus agréable. À dévorer de toute urgence !
Note attribuée : 9,5/10

lundi 23 mars 2015

C'est Lundi, que lisez-vous ? [12]


C'est Lundi, que lisez-vous ?

Rendez-vous créé par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, what are you reading ? de One Person's Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait sur le blog de Galleane

Ce que j'ai lu la semaine dernière...

Une toute petite semaine de lecture, avec un seul livre lu... Un concours de circonstances a fait que je n'ai pas réussi à lire autant que je l'aurais voulu !
Le Cercle des 17 de Paul Richard Evans : une excellente lecture ! J'ai beaucoup aimé le héros et il me tarde de lire la suite... >chronique à venir<

Ce que je suis en train de lire...
Anna and the French Kiss de Stephanie Perkins : je suis bien plus avancée que la semaine dernière – en fait, je l'ai presque terminé. Et j'adore !
Afterworlds de Scott Westerfeld : je progresse doucement, je dois avoir lu environ 150 pages... sur 670. Je sens que ça va me plaire...

Ce que je compte lire ensuite...
Les Cœurs Brisés d'Amelia Kaheney : c'est sûr et certain, ce livre est ma prochaine lecture !

Les 100 de Morgan Kass : aucun changement non plus dans mon programme, je compte le lire très prochainement ! Je préfère regarder la série après avoir terminé la trilogie – il paraît qu'il y a énormément de modifications, et Dieu sait que ça me perturbe.

Intuitions de Rachel Ward : j'ai reçu ma commande Michel Lafon, et je commence donc cette trilogie dont le résumé m'attire beaucoup !

Et vous ? Que lisez-vous en ce moment ?
— Capucine

samedi 21 mars 2015

La Probabilité Statistique de l'Amour au Premier Regard de Jennifer E. Smith — Chronique n°81

"Vaut-il mieux avoir eu quelque chose de beau et l'avoir perdu, ou ne jamais l'avoir eu ?"

Titre : La Probabilité Statistique de l'Amour au Premier Regard
Auteure : Jennifer E. Smith
Éditions : Hachette (collection Bloom)
Genre : Romance | Contemporain
Nombre de pages : 280
Résumé : Elle a raté son avion ?
Elle prendra le suivant.
Pendant ce temps, à Londres, son père se remarie ?
Elle n'avait aucune envie d'assister à cette événement.
Un jeune homme charmant s'assied à côté d'elle ?
Le vol dure sept heures, tant mieux si on peut allier l'utile à l'agréable. 
Et vous, croyez-vous au destin, surtout quand il défie toute logique ?

--------------------------------------------

J'ai déjà lu L'Équation de l'Amour et du Hasard de cette auteure, qui avait été une lecture agréable. Une amie m'a prêté celui-ci, – et je l'en remercie, avec beaucoup d'amour ♡ – que je me suis empressée de dévorer. 

Nous suivons Hadley, qui rate son avion pour Londres de quatre petites minutes. Elle rencontre alors par hasard un certain Oliver, qui s'avèrera très sympathique. 

Quand on commence ce roman, on s'attend à une romance sans grand enjeu. L'histoire d'amour est franchement prévisible, rien que le titre nous annonce la couleur...
Finalement, j'ai été agréablement surprise : la romance reste rafraîchissante et mignonne, et il ne s'agit pas de la seule intrigue du roman, car il y a une autre intrigue en parallèle, qui prend souvent plus de place que la romance, à propos d'Hadley et de sa famille. Hadley se rend en effet au remariage de son père, et n'a strictement aucune envie de le voir épouser une inconnue. Elle ne lui a toujours pas pardonné d'avoir abandonné sa mère et est déjà certaine de détester sa future belle-mère...
Si l'histoire n'a quasiment aucun suspense, j'ai trouvé que l'auteure avait réussi à donner sa touche d'originalité à ce livre, quelque chose qui le rend particulièrement intéressant. 

Ce livre se lit très rapidement, on ne voit pas les pages se tourner ! L'écriture de l'auteure est vraiment fluide, avec des mots simples... Aucune prise de tête de ce côté-là !
Les chapitres sont plutôt courts, ce qui me facilite toujours la lecture. 

Hadley n'est pas un personnage incroyablement sympathique, dans le sens où elle refuse tout au long du roman d'envisager ne serait-ce que l'idée de pardonner à son père, et qu'elle a souvent des réactions incompréhensibles et impulsives. Oliver m'a paru plus sympathique et plus touchant... 

J'avais lu quelques critiques concernant la traduction française, et c'est vrai que l'écriture m'a souvent paru maladroite, avec des mots ou des tournures de phrases familiers ou pas forcément nécessaires. Peut-être que je l'essaierai en VO une prochaine fois ?

J'ai beaucoup aimé l'histoire de base, sur le thème du hasard et de comment quelques secondes peuvent changer une vie... Ce livre reste donc une jolie découverte, parfaite pour des vacances – ou un voyage en avion ! 

Note attribuée : 7,5/10

lundi 16 mars 2015

C'est Lundi, que lisez-vous ? [11]


C'est Lundi, que lisez-vous ?

Rendez-vous créé par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, what are you reading ? de One Person's Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait sur le blog de Galleane

Pour voir les chroniques des livres lus la semaine dernière, cliquez sur les couvertures !

Ce que j'ai lu la semaine dernière...

Malgré une semaine toujours très chargée durant laquelle je n'ai que très peu posté d'articles, j'ai réussi à atteindre le score honorable de trois lectures cette semaine ! Un coup de cœur intersidéral, un presque coup de cœur et une lecture agréable au programme...
Only Ever Yours de Louise O'Neill : celui-ci, c'est mon coup de cœur intersidéral. Les mots me manquent pour en parler, il vaudrait mieux que vous alliez lire ma chronique pour vous rendre compte de l'effet qu'il a eu sur moi (ici !)
La Probabilité de l'Amour au Premier Regard de Jennifer E. Smith : un roman rafraîchissant qui se dévore d'une traite ! Une jolie découverte... 
>chronique à venir, demain a priori<
Fangirl de Rainbow Rowell : mon presque coup de cœur, que je n'ai pas vu passer ! Je l'ai commencé Vendredi et l'ai terminé Samedi soir... Étant donné que ce roman fait 500 pages, c'est tout de même très rapide. Verdict : j'ai adoré
>chronique à venir, ce soir sans doute<

Ce que je suis en train de lire...
Le Cercle des 17 de Richard Paul Evans : Je l'ai juste commencé, mais j'ai une bonne première impression !

Anna and the French Kiss : je suis encore moins avancée que dans Le Cercle des 17, c'est dire ! Disons que ces premières pages sont très agréables !

Ce que je compte lire ensuite...
Afterworlds de Scott Westerfeld : une de mes deux dernières acquisitions, un pavé qui m'attire beaucoup ! 

Les Cœurs Brisés d'Amelia Kahaney : mon autre acquisition récente, avec une couverture qui me plaît bien et un résumé qui me fait très envie !

Les 100 de Kass Morgan : la quasi-intégralité des élèves de ma classe regarde cette série, tous les Jeudis soirs, avec une assiduité passionnée, et en vante les mérites dans des discours enflammés – auxquels je ne peux participer. Je me sens comme la seule personne au monde à ne pas avoir découvert cet univers, je me dois de remédier à cela !


Et vous ? Que lisez-vous en ce moment ? Avez-vous lu ces livres ?
— Capucine