La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image"> Hebergeur d'image

mardi 29 mars 2016

A Kiss In The Dark de Cat Clarke — Chronique n°181

"La trahison n'est que l'une des deux faces d'une lame tranchante comme un rasoir ; sur l'autre, on trouve la vengeance."

Titre : A Kiss In The Dark
Auteure : Cat Clarke
Genre : Romance | Contemporain
Éditions : Robert Laffont (collection R)
Lu en : français
Nombre de pages : 393
Résumé : Lorsqu'Alex et Kate se rencontrent, l'attirance est immédiate. 
Il a de l'humour, un beau visage et un brin de timidité : tout ce que Kate recherche chez un petit ami.
Elle est jolie, craquante, avec un irrésistible soupçon de naïveté : Alex ne peut résister à son charme.
L'un des deux cache pourtant un lourd secret qui va non seulement peser sur leur amour naissant, mais aussi menacer leur vie...

------------------------------------------------------------------

J'avais déjà eu l'occasion de découvrir deux romans de Cat Clarke, Revanche et Perdue et Retrouvée, tous deux de gros coups de cœur, et je mourais d'envie de découvrir ses autres romans, aussi, lorsque j'ai trouvé A Kiss In The Dark en occasion à un prix irrésistible, il ne m'a pas fallu longtemps pour craquer ! Je n'ai fait qu'une bouchée de cette histoire, dévorant presque 400 pages en l'espace d'une soirée, et s'il ne s'agit pas d'un coup de cœur, elle reste une excellente découverte !

Lorsque l'on lit le résumé de ce roman, on peut éventuellement se dire qu'il ne s'agit que d'une romance fade, insipide et prévisible, avec un "lourd secret" du genre "je n'aime pas le chocolat blanc" ou "je suis une personne brisée par la mort de son hamster".
QUE NENNI !
Ce secret – que je ne dévoilerai pas, même si on l'apprend dès la page 20 – apporte tout son intérêt à l'histoire, et crée une tension dramatique délicieusement glauque, des rouages tragiques dans lesquels on regarde avec un grand plaisir nos personnages se faire broyer – moi, sadique ?

Le fait de connaître très tôt ce secret ne m'a pas dérangée du tout, au contraire, mon intérêt en a été décuplé, et j'ai été on ne peut plus happée par la suite de l'histoire. Les pages se tournaient toutes seules, la tension s'intensifiait de plus en plus, et je n'ai tout simplement pas vu le temps passer, enchantée par la plume simple mais touchante de Cat Clarke.

J'ai vraiment adoré la première partie, du point de vue d'Alex, durant laquelle on suit l'évolution de la relation entre nos deux protagonistes. C'était frais, léger, attendrissant... tout en demeurant assez anxiogène, avec le poids du secret d'Alex qui rendait cette histoire d'amour si particulière et si intéressante.

En revanche, la deuxième partie, racontée par Kate, m'a beaucoup plus agacée : je n'ai pas compris le comportement de la narratrice, je l'ai trouvée bien moins intéressante à suivre qu'Alex.. Et j'ai surtout été assez déçue par la fin, moins spectaculaire que celle de Revanche ou de Perdue et Retrouvée, et surtout un peu trop prévisible et précipitée.

À cause de ces quelques points noirs, A Kiss In The Dark n'est donc pas un coup de cœur – mais il demeure une excellente lecture qui a su me captiver d'un bout à l'autre, et dont l'atmosphère mi-figue mi-raisin m'a particulièrement plu. 
Cat Clarke est définitivement une auteure à découvrir, à suivre, à aduler, pour ses personnages complexes et attachants, son écriture authentique, efficace, crue sans être vulgaire, pour ses intrigues génialement oppressantes, qui jouent avec les frontières de la bienséance sans jamais tomber dans quelque chose de malsain ! Ici encore, il s'agit d'un pari réussi, qui aborde comme toujours avec elle des thèmes essentiels avec justesse, et nous émeut à travers une romance complexe mais touchante. 

Note attribuée : 8,5/10

samedi 26 mars 2016

Les Chroniques Lunaires tome 3 – Cress de Marina Meyer — Chronique n°180

"Elle porta son regard plus loin, au-delà du sas et des dunes, vers l'horizon houleux. Le ciel avait pris une couleur violette qui virait progressivement au bleu foncé, puis à un noir semé d'étoiles. Ces mêmes étoiles qu'elle avait connues toute sa vie et qui s'étalaient au-dessus d'elle comme sur une tenture. Voilà qu'elle se retrouvait sous le ciel immense, au cœur d'un monde tout prêt à l'engloutir."

Titre : Les Chroniques Lunaires tome 3 – Cress
Auteure : Marissa Meyer
Genre : Retelling | Science-Fiction
Éditions : PKJ
Lu en : français
Nombre de pages : 658
Résumé : Avertissement : Dans mon immense mansuétude, je vous avertis que le présent résumé comporte des spoilers modérés des deux premiers tomes de la saga, aussi je vous déconseille vivement de vous attarder dessus si vous n'avez pas au préalable lu les tomes précédents. Enfin, sauf si vous avez des pulsions masochistes irrépressibles. Et il n'y a pas de honte à en avoir.
En revanche, ma chronique est parfaitement exempte de spoilers, alors, jetez-vous dessus avec entrain !

Cinder et le capitaine Thorne se sont enfuis aux côtés de Scarlet et de Loup. Le groupe rebelle projette de renverser la reine Levana et son armée. Mais, le seul espoir de la résistance réside dans Cress, qui, emprisonnée dans un satellite depuis l'enfance avec ses écrans pour seule compagnie, est devenue un hacker imbattable. Malheureusement, la reine Levana a d'autres projets pour elle, et libérer la jeune fille pourrait bien leur coûter cher...

-------------------------------------------------------------

Il se passe quelque chose d'assez incroyable avec cette saga. À chaque tome de plus lu, mon amour envers les personnages ne cesse de se démultiplier, mon intérêt pour l'histoire de croître, ma passion pour l'univers créé par l'auteure de s'intensifier.

Ce tome-ci reprend donc le conte de Raiponce, pour notre plus grand plaisir – je sais, le titre n'est pas très clair, et laisse plutôt perplexe, étant donné que la traduction littérale du mot anglais "cress" est "cresson".
Bon.
Non, la réalité est un peu plus glamour : Cress est en réalité le diminutif de Moon Crescent, Croissant de Lune. Vous avouerez que ça sonne mieux que cresson – loin de moi l'idée d'être insultante envers le cresson, une plante contre laquelle je n'ai absolument aucun motif de reproche. Simplement...

Comme d'habitude, l'auteure remanie à la perfection un grand nombre d'éléments du conte original, à la sauce science-fiction, dans un mélange on ne peut plus agréable. Raiponce devient Cress, une coquille lunaire aux cheveux incroyablement longs, séquestrée dans un satellite depuis son enfance, exploitée par la thaumaturge Sybil Mira pour ses talents de pirate informatique... qui se révèle d'une ingénuité et d'une fraîcheur on ne peut plus attachantes, en réservant un grand nombre de surprises...

Très sincèrement, je ne sais pas quoi vous dire pour vous faire comprendre à quel point ces livres sont... une tuerie. L'histoire, qui gagne en intensité avec les tomes, est tout simplement passionnante et garde en réserve des rebondissements impitoyables, les personnages donnent envie d'être embrassés et serrés fort contre nos petits cœurs, leurs échanges sont saupoudrés d'un humour exquis, leurs sentiments sont beaux et touchants, les pages se tournent et se tournent sans que l'on ne s'en rende compte... 

LISEZ CE LIVRE, BON SANG.

Que dire de plus ?... Vraiment, tout est réussi. On ne peut que se laisser séduire par l'univers de science-fiction, happer par le rythme trépidant, surprendre par les révélations et autres coups de théâtre, jusqu'à se rouler par terre de joie et de frustration en refermant le livre, tant on a envie de se jeter sur le quatrième tome. 
J'ai été frappée par un constat : la saga des Chroniques Lunaires ne fait que prendre de l'ampleur au fil des tomes. Si les deux premiers romans étaient plus lents, avec moins de personnages, un peu moins d'action et de décors, le moins que l'on puisse dire est que celui-ci envoie la sauce ! On suit une bonne dizaine de personnages principaux sans aucune confusion, on enchaîne les différents lieux, l'action est riche et multiple...  Les personnages et l'histoire en général gagnent en maturité. Naturellement, certains éléments restent prévisibles – au niveau des romances notamment –, mais ce n'est jamais niais, et le tout est finalement très juste.

Sur ce, trêve de mondanités, je vous laisse voler vers votre libraire le plus proche pour acquérir ces petits bijoux de littérature.
Allez.
J'attends.

Et puis, en plus, vous avez vu cette couverture ? Non, vous ne l'avez pas vue. Regardez mieux : 
Est-ce que vous réalisez la beauté de cet objet, dont le titre est de plus argenté et en relief ?
Non, je ne suis pas superficielle. Point du tout.

Tenez, un dernier argument, beaucoup plus terre à terre. Si vous êtes en Première Littéraire et que vous étudiez les réécritures comme moi pour le baccalauréat de français, cette saga ne pourrait que vous être utile en dissertation par exemple ! N'est-ce pas ?

Note attribuée : 10/10 : un coup de cœur – sans blague.

mardi 22 mars 2016

Snow Like Ashes de Sara Raasch — Chronique n°179

"Someday we will be more than words in the dark.” 

Titre : Snow Like Ashes
Auteure : Sara Raasch
Genre : Fantasy
Éditions : Balzer + Bray
Lu en : Anglais
Nombre de pages : 416
Résumé :  Sixteen years ago the Kingdom of Winter was conquered and its citizens enslaved, leaving them without magic or a monarch. Now, the Winterians’ only hope for freedom is the eight survivors who managed to escape, and who have been waiting for the opportunity to steal back Winter’s magic and rebuild the kingdom ever since.

Orphaned as an infant during Winter’s defeat, Meira has lived her whole life as a refugee, raised by the Winterians’ general, Sir. Training to be a warrior—and desperately in love with her best friend, and future king, Mather — she would do anything to help her kingdom rise to power again.

So when scouts discover the location of the ancient locket that can restore Winter’s magic, Meira decides to go after it herself. Finally, she’s scaling towers, fighting enemy soldiers, and serving her kingdom just as she’s always dreamed she would. But the mission doesn’t go as planned, and Meira soon finds herself thrust into a world of evil magic and dangerous politics – and ultimately comes to realize that her destiny is not, never has been, her own. 

----------------------------------------------------------

J'AI FINI SNOW LIKE ASHES !

Ce roman de fantasy me tentait énormément, en grande partie, il me faut l'avouer, pour sa couverture. Naturellement, j'étais également intriguée par le résumé... Mais disons que cette petite merveille picturale a été l'élément déclencheur de mon craquage. 
Et... la superficialité, c'est mal.

Je n'ai pas détesté ce roman. J'en ai apprécié certains aspects, simplement, je me suis souvent ennuyée, et vous m'accorderez que c'est quelque chose d'assez... rédhibitoire, lorsque l'on cherche à se faire une opinion sur un roman.

Et puis, j'ai eu un énorme blocage, dont je suis certaine que vous serez aussi effarés que moi.
Rendez-vous compte.
Dans ce roman, les garçons ont tous, tous, les cheveux longs, et ils les nouent en queue-de-cheval basse. 
Pitié. Tout, mais pas ça. 
Des queues-de-cheval. Ces visions me donnent des envies furieuses d'aller me désinfecter les yeux à l'eau de Javel.

Reprenons de façon organisée. 

L'histoire de base me paraît très bonne et très cohérente à quelques détails près, et elle aurait très sincèrement pu m'enchanter, mais... Disons simplement que tout aurait pu tenir en 50 pages à peine... et que le roman en fait plus de 400 ! L'auteure s'attarde longuement sur les moindres états d'âme de son héroïne, fait aller et venir ses héros, consacre des pages à leurs lamentations et autres turpitudes, sans qu'il ne se passe finalement grand-chose. On met des dizaines et des dizaines de pages à voir enfin l'action démarrer pour de bon, 

Beaucoup d'éléments étaient très bien trouvés, et m'ont d'ailleurs poussée à commencer ce roman : parmi les huit royaumes, quatre sont des Royaumes des Saisons, chacun avec une population et un climat correspondant à sa saison, un principe vraiment plaisant – en revanche, pour ce qui est des quatre autres royaumes, qui sont appelés les Royaumes "Rythmes" sans que j'aie jamais compris pourquoi...
L'histoire, si on passe outre son manque de piment, suit une trame pas franchement débordante d'originalité, mais plutôt efficace finalement, et laisse présager une suite peut-être un peu plus mouvementée. 

J'avoue que je ne sais pas trop quoi penser du personnage de Meira. D'un côté, j'ai apprécié sa volonté de fer, sa combativité et sa réactivité. Mais de l'autre, j'ai eu beaucoup de mal avec ses hésitations, plaintes et autres doutes perpétuels. Pour vous donner un exemple, elle passe les 200 premières pages à répéter : "j'aimerais pouvoir aider mon pays !" mais lorsque l'on lui offre enfin une opportunité d'aider son royaume, elle ne fait que se braquer et refuser catégoriquement... Bref. Cette fille me laisse perplexe, je ne parviens pas à la cerner... et j'avoue que son comportement m'a parfois rendue folle, surtout que la demoiselle se retrouve au centre d'un triangle amoureux positivement insupportable, avec deux garçons en tous points parfaits qui sont tous deux raides dingues d'elle. 
C'est tout simplement abominable. Songez-y un peu, cela dure près de 250 pages ainsi. 

Enfin, dernière déception, j'ai malheureusement deviné le retournement final qui aurait dû donner toute sa consistance au roman. J'ai donc refermé Snow Like Ashes... blasée, sans avoir été surprise à un seul moment, avec une impression d'ennui que je n'arrivais pas à dépasser. C'est vraiment dommage, d'autant plus que je sais qu'il a plu à un grand nombre d'autres lecteurs – il a tout de même une moyenne de plus de 4 étoiles sur 5 sur Goodreads !

Je n'étais sans doute pas dans l'humeur adéquate, pas assez patiente, et je n'ai de fait pas apprécié Snow Like Ashes, qui m'a plus ennuyée qu'autre chose malgré un potentiel certain. Ne vous découragez pas cependant, il y a des chances que vous appréciez son univers bien trouvé et son histoire somme toute assez efficace. Je lirai probablement la suite, par masochisme pour la simple et bonne raison que je la possède déjà. Affaire à suivre donc !

Note attribuée : 5/10 : pas franchement mauvais... Pas franchement bon non plus !

lundi 21 mars 2016

C'est Lundi, que lisez-vous ? [29]

Bonjour à tous !

C'est Lundi, que lisez-vous ?

Rendez-vous créé par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, what are you reading ? de One Person's Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait sur le blog de Galleane

Ce que j'ai lu la semaine dernière...
They All Fall Down de Roxanne St-Claire – VO : un roman très prenant, au résumé vraiment bien trouvé... En quelques mots, tous les ans paraît la liste des dix filles les plus séduisantes du lycée de Vienna High – liste sur laquelle figure cette année le nom de l'héroïne, Kenzie, qui se réjouit de cette popularité inattendue. Mais après avoir été victime de tentatives d'assassinat, et au fur et à mesure qu'elle voit mourir les autres filles de la liste, Kenzie commence éventuellement légèrement à déchanter...
J'ai également relu les deux premiers tomes des Chroniques Lunaires, Cinder et Scarlet, pour pouvoir lire le troisième volume, en l'espace d'un week-end, c'est dire si ces livres me plaisent !

Ce que je suis en train de lire...
Cress de Marissa Meyer : que dire, si ce n'est que j'adore ?
Camarades de Shaïne Cassim : ce roman historique, dont l'action se déroule en 1870 et suit quatre jeunes dispersés à travers toute l'Europe, me plaît beaucoup pour l'instant !
La Lettre Écarlate de Nathaniel Hawthorne : un classique américain qui décrit le sort d'une jeune femme adultère dans une ville puritaine de l'Amérique coloniale, condamnée à porter sur ses vêtements la lettre "A" brodée au fil rouge, afin de rappeler à tous son crime... C'est étonnamment fluide, j'aime beaucoup ! 

Ce que je lirai ensuite...

Bon, tout va dépendre de mon état physico-mental : je serai peut-être au stade légumineuse, ou même à celui de flaque ? Disons que j'espère d'enfin commencer : 

Glass Sword de Victoria Aveyard – VO : UN JOUR JE LE COMMENCERAI. C'EST PROMIS.
Magnus Chase de Rick Riordan : normalement, ma toute prochaine lecture, j'ai hâte de voir ce que cela va donner !


Sur ce, bonne semaine !

dimanche 20 mars 2016

They All Fall Down de Roxanne St-Claire — Chronique n°178

Titre : They All Fall Down
Auteure : Roxanne St-Claire
Genre : Thriller | Contemporain
Editions : Ember
Lu en : anglais
Nombre de pages : 358
Résumé :  Every year, the lives of ten junior girls at Vienna High are transformed. All because of the list. 
Kenzie Summerall can’t imagine how she’s been voted onto a list of the prettiest girls in school, but when she lands at number five, her average life becomes dazzling. Doors open to the best parties, new friends surround her, the cutest jock in school is after her. This is the power of the list. 
If you’re on it, your life changes.
If you’re on it this year? Your life ends.

--------------------------------------------------------

Je n'avais jamais lu aucune chronique à propos de ce roman, mais en en lisant l'intrigant résumé, il ne m'a pas fallu longtemps pour craquer. Cette lecture s'est révélée très divertissante, parfaitement ce dont j'avais envie, même si certains points sont, disons... discutables.

Voici donc l'histoire qui m'a tant attirée : au lycée de Vienna High, tous les ans, une liste des dix filles les plus séduisantes de Premières, d'après les votes de tous les garçons du lycée, paraît. Les dix heureuses élues voient leur popularité grimper en flèche, tout comme leur nombre d'amis et d'invitations aux meilleures soirées. Cette année, Mackenzie, plus réputée pour sa moyenne de latin que pour sa beauté, se retrouve à sa grande stupéfaction classée cinquième... Et le conte de fées semble opérer ! Enfin, jusqu'à ce que les filles de la liste commencent à être victimes de tentatives d'assassinat... dont certaines sont concluantes.

S'il y a bien une chose que l'on peut reconnaître à propos de ce roman, c'est son caractère addictif, parfaitement nourri par son rythme saccadé et par son suspense. Dès les premiers chapitres, on est propulsé dans une histoire aux multiples rebondissements, qui laisse entrevoir un grand nombre de mystères et d'éléments inquiétants. J'ai dû le terminer en l'espace de deux jours, et j'ai vraiment apprécié l'enchaînement très fluide des chapitres, la rapidité avec laquelle on se sent plongé dans l'enquête.

J'ai cependant tiqué sur certains autres points, sans toutefois que cela ne gâche ma lecture, mais suffisamment pour m'agacer et me faire lever les yeux au ciel... Régulièrement.
Tout d'abord... Personne, personne dans ce lycée ne remet en question cette histoire de liste. Oui, on classe les filles selon leur physique comme du bétail. Non, aucun problème. Tout le monde vénère cette liste et ses lauréates, lui accorde un crédit assez inimaginable, et va jusqu'à appeler les filles par leur numéro de classement. Comment peut-on écrire un roman YA sans qu'au moins un personnage souligne ce sexisme effarant ? Même Mackenzie, qui se targue d'être une grande intellectuelle, ne remet jamais ce papier en question – elle ne fait que passer le roman à répéter "je suis tellement surprise, je me croyais indigne d'être sur cette liste, je laisse les garçons m'appeler "Fifth" comme si j'étais le lot numéro cinq d'une tombola, youpi !".

Cette héroïne m'a d'ailleurs paru assez incohérente, paradoxale dans son comportement. On nous la présente – ou plutôt elle se présente – comme extrêmement intelligente, elle traduit des phrases de latin toutes les cinq pages, mais dès qu'il s'agit de faire un choix raisonnable ou de se comporter de façon à rester en vie... y'a plus personne.
De manière générale, un bon nombre des personnages secondaires étaient assez stéréotypés et/ou immatures : je pense à la meilleure amie obsédée par la popularité, au bad boy qui a un passé lourd mystérieux mais qui en fait a un cœur d'or – pitié, achevez-moi – ou à l'infirmière scolaire quadragénaire qui n'existe qu'à travers son ancien rang de neuvième sur la liste...

Par ailleurs, j'ai été agacée par certaines incohérences dans l'intrigue – un personnage qui perd son téléphone mais qui l'utilise dix pages plus tard comme si de rien n'était, par exemple – ou par certains retournements un peu... faciles, mais surtout par la fin, beaucoup trop dense à mon goût, et surtout assez – voire carrément – invraisemblable. 

They All Fall Down est donc un roman très entraînant et très divertissant, avec une enquête passionnante et bien trouvée, et qui a su globalement me plaire, malgré quelques incohérences et autres stéréotypes. Je vous le recommande si vous souhaitez un roman prenant et relativement léger – même s'il est vrai que la fin très complexe m'a un peu perdue. Pour ce qui est du niveau de VO, aucune difficulté, je le conseillerais peut-être même en première lecture VO !

Ha oui, une petite remarque purement picturale : on est d'accord pour dire que cette couverture est géniale ? À première vue, on dirait que les filles ont la tête plongée dans une flaque de leur propre sang – ce qui ravit la sadique en moi –, mais il ne s'agit en réalité que d'assiettes... C'EST SPLENDIRIFIQUE !


Note attribuée : 7/10

mercredi 16 mars 2016

Tiny Pretty Things de Sona Charaipotra et Dhonielle Clayton — Chronique n°177

“The moment you think you're on top is the moment you've lost  your passion.” 

Titre : Tiny Pretty Things
Auteures : Sona Charaipotra et Dhonielle Clayton
Genre : Realistic Fiction | Contemporain
Éditions : Harper Teen
Lu en : anglais
Nombre de pages : 450
Résumé : Gigi, Bette, and June, three top students at an exclusive Manhattan ballet school, have seen their fair share of drama. Free-spirited new girl Gigi just wants to dance—but the very act might kill her. Privileged New Yorker Bette's desire to escape the shadow of her ballet star sister brings out a dangerous edge in her. And perfectionist June needs to land a lead role this year or her controlling mother will put an end to her dancing dreams forever. When every dancer is both friend and foe, the girls will sacrifice, manipulate, and backstab to be the best of the best.

------------------------------------------------------------------

Je suis très attachée au monde de la danse classique, en ayant pratiqué très longtemps de façon assez intensive. Si j'ai depuis arrêté ce sport, je continue à éprouver la même fascination pour cet univers aux codes si particuliers et surtout si implacables, et rien ne me plaît autant que de me plonger dans un roman qui aborde ce thème – Ballerines de Sophie Flack avait ainsi été une excellente découverte. Alors lorsque j'ai entendu parler de Tiny Pretty Things, mon sang  n'a fait qu'un tour, j'ai laissé libre cours à ma fièvre acheteuse ! Et bien m'en a pris...

Tiny Pretty Things nous permet de plonger dans les existences de trois étudiantes dans une très prestigieuse académie de ballet new-yorkaise : Bette, habituée à obtenir tout, tout de suite, et prête à faire n'importe quoi pour que cela continue ainsi, June, qui flirte avec l'anorexie et souffre terriblement de ne jamais obtenir la moindre reconnaissance ni le moindre rôle, et Gigi, une nouvelle élève, seule Noire de l'académie, qui est frappée de plein fouet par la cruauté de ses joyeuses petites camarades jalouses de son talent.

J'ai dévoré ce roman d'une traite, y prenant énormément de plaisir, et m'immergeant complètement dans le drame, et je n'ai été en mesure de relever ses quelques petits défauts qu'après l'avoir refermé. Les héroïnes m'ont tout de suite interpellée, par la violence de leurs sentiments et par leur ambition dévorante, la description de leur quotidien m'a passionnée, et j'ai adoré observer la mise en place des rouages de l'intrigue. Alors oui, certaines sont assez vicieuses sur les bords, mais c'est ce qui les rend intéressantes ! 

Les personnages sont nombreux, variés, avec des caractères et des origines ethniques diamétralement opposés, et pourtant tous suscitent notre intérêt, même les "méchants", que l'on prend un malin plaisir à détester... Et surtout, pour lesquels on ne peut s'empêcher de ressentir de la compassion. Enfin, presque.

La magie de la danse classique est transcrite à la perfection. Transparaissent à la fois les sacrifices et la douleur qui ne se séparent pas des danseurs, mais également leur passion, leur plaisir de danser. On se sent transporté auprès d'eux, on les visualise en train de danser, on en entend presque la musique à travers l'écriture mélodieuse. Une réussite de ce côté-là !

En bref, un roman qui vous prend à la gorge et dont certains passages sont tellement intenses et surprenants qu'ils vous en coupent le souffle. Les personnages sont fascinants dans leur cruauté les uns envers les autres, les alliances se tissent, les trahisons s'opèrent dans un ballet magnifiquement orchestré – c'est le cas de le dire... Et si parfois tout devient un peu "trop" dramatique,un peu trop sombre et tortueux, on n'en est pas du tout dérangé, tant on est plongé dans l'histoire. C'est une histoire riche et très bien menée, avec des rebondissements à se rouler par terre et un cliffhanger final qui donne envie de... se rouler par terre également. J'attends avec impatience la suite, parce que même si tout n'est pas parfait, que certains points manquent un peu de précision ou de justesse, le tout fonctionne extrêmement bien, et on passe un moment de lecture assez remarquable !

Et puis. Cette. Couverture. Mes yeux pleurent de bonheur.

Note attribuée : 9/10 : à lire avec la musique de Casse-Noisette en fond !

Pour ce qui est du niveau VO, je l'ai trouvé assez abordable – peut-être pas pour une toute première lecture en anglais, mais aucun problème si vous avez déjà fait l'expérience à deux ou trois reprises !

lundi 14 mars 2016

C'est Lundi, que lisez-vous ? [28]

C'est Lundi, que lisez-vous ?

Rendez-vous créé par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, what are you reading ? de One Person's Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait sur le blog de Galleane

Ce que j'ai lu la semaine dernière...

Je n'ai pas été présente du tout cette semaine, je n'ai même pas répondu à vos commentaires – honte à moi –, pour la simple et bonne raison que je suis partie passer trois jours dans une communauté, l'Arche, qui accueille des handicapés mentaux, et les intègre à leur activité artisanale, le travail du bois avec quelques élèves de mon lycée – une expérience bouleversante et inoubliable, soit dit en passant ! Et oui, j'ai  joué à la bûcheronne. Croyez-moi, c'était peu glorieux. 
J'étais donc coupée de tout réseau wi-fi, et vous ai laissés sans nouvelles ! Mais n'ayez crainte mes braves, je serai bien plus active désormais. Voici donc mes trois lectures de la semaine.
Tiny Pretty Things de Sona Charaipotra et Dhonielle Clayton – VO : un roman addictif et aux rebondissements multiples, dans l'univers cruel de la danse classique à très haut niveau, qui a tout simplement frôlé le coup de cœur ! Je vous en reparle très vite.
 Snow Like Ashes de Sara Raasch – VO : JE L'AI FINI. ENFIN. Et, disons que ce n'était pas l'extase littéraire. Je me suis beaucoup ennuyée, et j'avais deviné la seule véritable révélation finale. Je lirai la suite, dans mon grand masochisme, mais je n'ai pas grand espoir... L'univers était pourtant prometteur ! 
Je sais que tu sais de Gilles Abier : un roman très court mais on ne peut plus intense, qui aborde le thème du deuil de façon poignante.
Ce que je suis en train de lire...
They All Fall Down de Roxanne St-Claire : un roman dont le synopsis peut faire penser à La Liste de Siobhan Vivian – roman que j'avais pourtant détesté –, mais à la sauce thriller, puisque dans ce roman, les 10 filles du lycée de Vienna High désignées comme les plus sexy de leur promo par une célèbre liste meurent chacune leur tour...

L'Ombre du Vent de Carlos Ruiz Zafon : je n'ai que peu avancé dans ce roman cette semaine, pas par manque de goût, bien au contraire, mais par manque de temps. Je compte bien me rattraper cette semaine !

Ce que je compte lire ensuite...

Vaste question !
Camarades de Shaïne Cassim : un SP qui m'a l'air passionnant, dont les personnages évoluent dans le Paris de 1870, entre la chute du Second Empire et la Commune...
Cress de Marissa Meyer : le tome 4, Winter, sortant très bientôt, je m'autorise enfin à dévorer le troisième tome de la merveilleuse saga des Chroniques Lunaires !
Magnus Chase de Rick Riordan : en tant qu'immense fan de la saga Percy Jackson, et encore plus immense fan de sa suite Les Héros de l'Olympe, je me dois de m'intéresser à ce dernier-né – il les enchaîne tout de même vraiment rapidement.

Sur ce, je vous souhaite une excellente semaine – et promis, je serai plus présente !



dimanche 13 mars 2016

Je sais que tu sais de Gilles Abier — Chronique n°176

Titre : Je sais que tu sais
Auteur : Gilles Abier
Éditions : Talents Hauts (collection Ego)
Genre : Contemporain | Realistic Fiction
Nombre de pages : 79
Résumé : J'ai les mains moites. J'ai beau les frotter à plat sur mon jean, elles suent, elles suintent. Je ne suis pas quelqu'un qui transpire pourtant. Je peux danser une heure, courir vingt minutes, buller sous deux couettes, je reste au sec. Ça énervait mon frère d'ailleurs. Mon côté « poupée de porcelaine », comme il disait, jamais chiffonnée. Le teint frais. La tenue impeccable. Une vraie princesse, quoi ! Mais ça, c'était avant. C'était quand il était encore vivant. Aujourd'hui, j'ai le nez percé, le regard fatigué et le vide au ventre. 

-----------------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions Talents Hauts pour cet envoi !

-----------------------------------------------------------

Je sais que tu sais est un roman fulgurant de moins de 100 pages, que l'on ouvre sans trop savoir ce que l'on va y trouver, et que l'on referme choqué et abasourdi, après l'avoir dévoré d'une traite. L'histoire d'Axelle, sur le point d'être confrontée à l'assassin de son frère, et qui reconstitue petit à petit le fil des événements, peut paraître très simple, mais elle est magnifiée par la description exceptionnelle des sentiments qui traversent l'héroïne avec un immense talent :  ses phrases concises, au mots forts et bien choisis, nous choquent, nous touchent et nous interpellent. 

J'ai été frappée par le suspense assez remarquable que l'auteur parvient à installer malgré le si petit nombre de pages du roman. En nous plaçant dans une grande ignorance, et en dispersant quelques fragments d'information dans le désordre, Gilles Abier suscite notre intérêt et nous tient en haleine tout au long de l'intrigue. Et ce n'est que lorsque l'on referme ce livre, encore hébété, à bout de souffle comme après un sprint, que les pièces du puzzle se mettent dans l'ordre, et que la vérité s'impose à nous.

Tout  n'était pas parfait, j'ai parfois eu un léger sentiment d'incohérence, notamment au niveau du comportement des parents d'Axelle, et il n'est vrai que ce livre aurait mérité quelques pages de plus, pour préciser certains agissements et événements... mais Je sais que tu sais est tellement juste, tellement bouleversant, qu'il est tout simplement impossible qu'il vous laisse de marbre.

En bref, un roman court, mais pour le moins intense ! En moins de 100 pages, Gilles Abier transcrit à la perfection la douleur terrible et le sentiment d'absence qui nous habitent à la mort d'un proche. Une lecture "coup de poing", que je ne saurais que trop vous recommander ! 

Note attribuée : 8,5/10

lundi 7 mars 2016

C'est Lundi, que lisez-vous ? [27]



C'est Lundi, que lisez-vous ?

Rendez-vous créé par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, what are you reading ? de One Person's Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait sur le blog de Galleane

Ce que j'ai lu la semaine dernière...

Durant cette deuxième – et hélas, ô hélas – dernière semaine de vacances, que j'ai passée à skier, j'ai trouvé le temps de lire trois romans...
Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell : une relecture, pour un livre qui m'a autant, si ce n'est encore plus plu que la première fois où je l'ai découvert ! Une fresque historique passionnante portée par une héroïne insupportable mais pour laquelle notre intérêt ne décroît jamais... Je compte bien vous parler plus amplement de cette saga dans des articles spéciaux !
Les Liaisons Dangereuses de Laclos : oui, je ne l'ai terminé que maintenant. Disons que j'ai dû le laisser de côté pendant deux semaines. Mais cela ne signifie pas que je ne l'ai pas apprécié – au contraire, il m'a énormément plu ! 
Alive de Scott Sigler : une très bonne surprise ! J'ai été captivée par ce livre on ne peut plus mystérieux, et ai eu énormément de mal à le reposer...

Ce que je suis en train de lire...
Je sais que tu sais de Gilles Abier : un SP que je viens d'entamer, et dont je pense qu'il ne fera pas long feu entre mes mains !
L'Ombre du Vent de Carlos Ruiz Zafón : un roman dont on m'avait ééénormément parlé, dont j'ai pour l'instant dévoré la moitié, et qui est à la hauteur de mes attentes !
Snow Like Ashes de Sara Raasch – VO : je lutte. Je lutte pour terminer ce roman. J'ai dû lire presque deux tiers de ce livre, mais je n'en vois pas le bout. C'est dommage, l'univers avait tout pour être intéressant, mais... L'histoire n'a toujours pas démarré.

Ce que je compte lire ensuite...

Glass Sword de Victoria Aveyard – VO : j'avais vaguement tenté de le commencer, mais n'avais étonnamment pas accroché... J'ai donc préféré le laisser de côté, mais il serait tout de même temps que je m'y remette.
Tiny Pretty Things de Sona Charaipotra et Dhonielle Clayton – VO : un roman à propos de l'univers de la danse classique dont je me délecte déjà ! 


Fans of the Impossible Life de Kate Scelsa – VO : je prévois de le lire depuis un petit bout de temps, mais cette fois, promis, je le commence !

Sur ce, je vous souhaite une excellente semaine !