La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

samedi 12 août 2017

Ma Dernière Chance s'appelle Billy D. d'Erin Lange - Chronique n°344

Titre : Ma Dernière Chance s'appelle Billy D.
Auteure : Erin Lange
Genre : Contemporain
Editions : L'Ecole des Loisirs

Lu en : français
Nombre de pages : 468
Résumé : Dans la vie, il faut se battre. Dane Washington ne le sait que trop bien. A la moindre occasion, ses poings le démangent et ils parlent pour lui. Jusqu'à présent, ses bons résultats au lycée lui ont évité les plus gros ennuis. Seulement, il n'a plus droit à l'erreur : encore une bagarre et ce sera l'exclusion. Mais la violence, Dane ne parvient pas à la contrôler. Sa dernière chance s'appelle Billy D., un garçon qui vient de s'installer à côté de chez lui avec sa mère.Billy D. est trisomique, il n'a pas les moyens de se défendre, et certains en profitent. Si Dane acceptait d'être son ambassadeur au lycée, cela pourrait lui offrir le salut. Billy D. a une autre mission pour Dane : il voudrait qu'il l'aide à retrouver son père. Leur seul indice : un atlas des Etats-Unis, et des énigmes à toutes les pages ou presque.


--------------------------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions de l'Ecole des Loisirs et en particulier à Coline pour cet envoi !

--------------------------------------------------------------------

Dane a plus ou moins passé toute sa scolarité à jouer avec le feu, mais cette fois-ci, il n'est plus loin de se brûler les ailes une bonne fois pour toutes. Encore une bagarre, et ce sera le renvoi définitif de son lycée.
Et il n'a vraiment, vraiment pas envie d'imposer à sa mère, qui l'élève seule, de batailler pour lui faire réintégrer un nouvel établissement.
Il n'y peut rien, ou presque. Les poings sont son langage, les coups son instinct. Il ne sait pas se défendre autrement. Alors il cogne, et on lui tombe dessus.
C'est alors qu'il rencontre un nouveau voisin des plus intrigants, Billy D., un garçon trisomique qui vit lui aussi seul avec sa mère, mais qui s'accroche, lu, à l'espoir indéfectible de retrouver son père, là où Dane a depuis longtemps lâché l'affaire. Billy D. et Dane concluent alors un marché : Billy D. sera "garant" de l'exemplarité de Dane au lycée, et ce dernier l'aidera à résoudre les énigmes laissées par le père de Billy D. derrière lui. Mais cette entreprise un peu folle ne les mène pas vers ce à quoi ils s'attendaient...

Difficile de ne pas penser à Rain Man en lisant pareil résumé, ce qui est à la fois une bonne et une mauvaise chose. Bonne chose, parce que comme le célébrissime film, Ma Dernière Chance s'appelle Billy D. porte une formidable dose d'espoir, d'amour, de tolérance, et donne à voir une poignée de personnages d'autant plus attachants qu'ils dévoilent des failles sincères et poignantes. On croit à ces quelques portraits de personnage, on comprend la flamme qui les anime, on assiste aux conflits qui agitent la conscience du narrateur, Dane, en proie avec ses démons, on se surprend à espérer une fin plus dégoulinante de bonheur que celle d'un conte de fées.
Mauvaise, parce que ce livre est bien plus qu'une simple transposition du film dans un lycée avec deux adolescents. C'est une ouverture, un récit propre et original qui s'intéresse sans voyeurisme ni raccourcis à la situation de Billy D., de Dane, de leurs mères, à ce qui fait d'eux des adolescents, à leurs espoirs, leurs peurs, à la vision désabusée du monde que le narrateur en est venu à adopter... Ainsi qu'une écriture vive et entraînante et un concentré d'émotions qui déferlent par vagues une fois que l'on s'est enchaîné affectivement aux personnages.

Billy D. est à n'en pas douter la figure la plus marquante du livre, grâce à sa voix innocente et pourtant étonnamment juste, qui vient toujours pointer du doigt l'élément essentiel d'une situation, poser la question qui importe, relever le détail signifiant. L'auteure ne tombe jamais dans une caricature de la trisomie, et n'en fait d'ailleurs pas le cœur de son roman. Billy D. est trisomique, soit. Mais comme il le dit lui-même, il n'est pas idiot, il est avant tout le fils de son père, un amoureux des énigmes qui le fascinent par leur difficulté, un esprit vif, un regard d'autant plus clair qu'il en est détaché sur un monde qu'il ne comprend pas toujours. Rien ne lui échappe, ni l'amitié, la famille, l'amour, la violence, la douleur. Il forme avec Dane un duo on ne peut plus disparate mais toujours convaincant, qui fonctionne à coups de dialogues ravageurs et d'opérations secrètes et complices. 

Billy D. est un beau et même très beau roman qui mérite que l'on parle de lui. Par sa justesse, son honnêteté, qui n'empêchent pas un ton enlevé, il s'affirme comme une lecture aussi réconfortante qu'inspirante, pleine de bons sentiments mais sans jamais tomber dans la niaiserie ou omettre de décrire les zones d'ombre. C'est un de ces feel-good books qui ne se moque pas du lecteur mais montre bien qu'il y a du bon dans ce monde, que l'on gagne à aller s'aventurer hors de sa zone de confort, à s'ouvrir à l'autre, à se remettre en question. Et ce sont des messages dont notre monde a grand besoin.

                               ★

2 commentaires:

  1. Sympa et tentant j'ai été surprise par le résumé !

    RépondreSupprimer
  2. N'est-ce pas ? Je confirme que la tentation est légitime :)

    RépondreSupprimer