La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

samedi 9 juillet 2016

Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay — Chronique n°220

"Comment se pouvait-il que des existences changent si radicalement, soient détruites et que les rues et les immeubles restent les mêmes ?"

Titre : Elle s'appelait Sarah 
Auteure : Tatiana de Rosnay
Genre : Historique | Drame
Éditions : Le Livre de Poche
Lu en : français
Nombre de pages : 415
Résumé : Paris 2002. Julia Jarmond, journaliste américaine, est chargée de couvrir la commémoration du Vél d'Hiv. Découvrant avec horreur le calvaire de ces familles juives qui furent déportées à Auschwitz, elle s'attache en particulier au destin de Sarah et mène l'enquête jusqu'au bout, au péril de ce qu'elle a de plus cher.

Paris 16 juillet 1942. A l'aube la police française fait irruption dans un appartement du Marais. Paniqué, le petit Michel se cache dans un placard. Pour le protéger, sa grande soeur l'enferme et emporte la clef, en lui promettant de revenir. Mais elle fait partie des quatre mille enfants raflés ce jour-là...

------------------------------------------------

On m'avait parlé un nombre incalculable de fois de ce roman, toujours en des termes élogieux, et je n'avais pourtant – à ma honte suprême – jamais trouvé l'occasion de le découvrir. Étant la première à reconnaître qu'il s'agissait d'un trou considérable dans ma culture littéraire, j'ai fini par me lancer... Et j'aurais dû le faire plus tôt !

L'histoire de ce roman désormais célèbre est à la fois simple et touchante, présentant deux protagonistes à deux époques bien différentes : Sarah, fillette juive victime de la Rafle du Vél d'Hiv en 1942, et Julia, journaliste américaine vivant à Paris de nos jours, chargée d'écrire un article à propos de la commémoration de cet événement tragique, qui se retrouve par hasard à marcher dans les pas de cette dernière. 

La plume sensible et fluide de Tatiana de Rosnay ne peut que plaire, tout comme l'alternance judicieuse entre les points de vue des deux héroïnes. L'innocence perdue de Sarah brise notre cœur, la détermination et le courage de Julia ne peuvent que susciter notre admiration, et le fait de croiser leurs deux histoires permet de créer une attente, une véritable tension qui rendent insupportable le fait de reposer le livre. Les très courts chapitres s'enchaînent à une vitesse folle tandis que notre gorge se serre de plus en plus, que la tension ne fait que croître et que le dévoilement de la vérité se rapproche.  Tatiana de Rosnay sait parfaitement comment toucher son lecteur, comment lui faire ressentir les émotions si intenses qui traversent ses personnages. Au travers de descriptions saisissantes de réalisme, de tableaux poignants et de portraits touchants, on se retrouve profondément impliqué dans l'intrigue... et on ressort indéniablement ému du roman – selon votre degré de sensibilité, vous pourrez tourner la dernière page dans un état potable, ou finir dégoulinant de larmes, c'est selon.

D'un point de vue romanesque, je n'ai donc rien à redire. J'ai simplement un petit bémol à émettre pour ce qui est de l'aspect "moral" du roman – oui, la littéraire que je suis aime créer le débat
J'ai en effet regretté la dimension trop moralisatrice que l'on retrouve à travers le point de vue de Julia notamment. Julia, totalement extérieure aux événements, qui n'en avait pas même connaissance, en vient un peu trop rapidement à donner des leçons et à désigner des coupables. Naturellement, on ne peut que condamner l'acte odieux de livrer des Juifs aux camps, mais j'ai trouvé qu'il était un peu facile pour quelqu'un d'étranger au conflit, des années après les faits, d'avoir un point de vue aussi manichéen sur la question, en s'enflammant contre les "méchants policiers français", en arrivant presque à blâmer le peuple français entier, à vouloir absolument chercher des coupables... 
J'ai été presque choquée de constater que le message qu'un lecteur étranger devait retenir était que les Français ne connaissaient absolument pas la Rafle, qu'ils étaient dans un déni total, et qu'ils portaient globalement la responsabilité de ce qu'il s'était passé, laissant faire les policiers français et s'accaparant sans vergogne les appartements des Juifs raflés. Mais il n'est pas possible de prendre parti à ce point l'on n'est pas directement impliqué dans des faits aussi épouvantables et complexes... du moins à mon sens.

Enfin, ce petit point noir n'a en rien gâché ma lecture, et vous retiendrez bien ce message : n'hésitez pas un instant à découvrir ce livre si vous cherchez à en savoir plus sur la Rafle, si vous cherchez une lecture émouvante et facile d'accès, ou tout simplement si vous avez aimé le film !

Note attribuée : 9/10 : une très belle histoire qui s'intéresse de façon bouleversante à la Rafle du Vél d'Hiv, présente deux héroïnes inoubliables et dévoile des secrets poignants de façon toujours sensible. Prochaine mission : regarder l'adaptation cinématographique... Et vous en parler !

17 commentaires:

  1. ce livre est dans ma pal !! il me tente beaucoup et ton avis me donne encore plus envie de le lire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que t'encourager à te précipiter dessus !

      Supprimer
  2. Je ne l'ai pas encore lu mais j'avais adoré le film, il était tellement bien et prenant :) ce que tu dis est super intéressant, surtout sur l'aspect moralisateur ! Il me semble que ça ne transparaît pas dans le film, mais j'ai pu oublier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne me reste plus qu'à découvrir ce film alléchant ;)

      Supprimer
  3. Je comprends ton bémol, même si je n'ai pas eu ce ressenti à la lecture. Je compte bien le relire un jour, donc je verrai si ça change, en gardant ce que tu dis en tête :)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai bien aimé ce livre mais pas autant que toi, j'avais préféré l'adaptation cinématographique qui m'avait émue aux larmes.

    Et contrairement à toi, je trouve ça bien justement que l'auteure fasse prendre conscience au lecteur que ce ne sont pas seulement les Allemands les responsables, les Français n'ont pas eu un beau rôle non plus dans cette histoire, bien au contraire.

    J'adore lire tes chroniques. J'aie bien comme tu cherches toujours la petite bête et crée le débat, comme tu dis, c'est intéressant parce que souvent c'est un détail qui n'est pas mentionné autre part or je trouve quand même ça important de le partager. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. je n'ai pas encore vu le film, définitivement une lacune à combler !

      Bien sûr que les Français n'ont pas eu un beau rôle dans cette histoire, au contraire, simplement j'ai trouvé qu'ici, l'auteure n'accentuait pas ce qu'il était nécessaire de montrer et ne montrait pas forcément du doigt les plus coupables.

      Haha merci, j'essaye de rendre ces chroniques un minimum originales et intéressantes, alors je suis heureuse de voir que tu y trouves ton bonheur !

      Supprimer
  5. C'est mon deuxième coup de coeur de l'année ❤ J'ai été touché et j'ai trouvé cela poignant, comme histoire ! Je n'ai pas pleuré (mais ne pleurant jamais pour une lecture, cela reste normal) mais ma gorge s'est serrée à plusieurs reprises et l'émotion était là :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre cet afflux d'émotions ;)

      Supprimer
  6. Je l'ai dans ma PAL, ta chronique me donne très envie de le lire rapidement ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je ne peux que te pousser à m'en sortir !

      Supprimer
  7. J'ai trouver ce livre tellement beau que parfois je me laisse à relire quelques passages. Et toi ça t'ai déjà arrivée de relire certains passage d'un livre que tu as vraiment beaucoup aimé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh bien sûr que cela m'arrive ;) c'est un comportement que je valide totalement !

      Supprimer