La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image"> Hebergeur d'image Hebergeur d'image

mercredi 20 janvier 2016

La 5ème Vague de Rick Yancey — Chronique n°162

"Ils ont changé l'ordre naturel des choses en nous, fiston. A présent nous préférons mourir plutôt que vivre. Abandonner plutôt que nous battre. Nous cacher au lieu d'affronter."

"Quand arrive le moment où vous devez cesser de fuir votre passé, pour vous retourner et affronter la chose que vous pensiez ne pas pouvoir affronter - ce moment où votre vie chancelle entre abandonner et vous lever – quand ce moment arrive, et il arrive toujours, si vous ne pouvez vous redresser ni abandonner, voilà ce que vous faites: vous rampez."

"Même les personnes les plus sensibles s'habituent aux événements les plus douloureux. La cruauté n'est pas un trait de personnalité. La cruauté est une habitude."

Titre : La 5ème vague
Auteur : Rick Yancey
Éditions : Robert Laffont (collection R)
Genre : Post-Apocalyptique
Nombre de pages : 595
Résumé : Première Vague : Extinction des feux
Deuxième Vague : Déferlante
Troisième Vague : Pandémie
Quatrième Vague : Silence


À l'aube de la Cinquième Vague, sur une autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper... Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés.
Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu'à ce qu'elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son ultime espoir de sauver son petit frère. Du moins si Evan est bien celui qu'il prétend...
Ils connaissent notre manière de penser.
Ils savent comment nous exterminer.
Ils nous ont enlevé toute raison de vivre.
Ils viennent maintenant nous arracher 
ce pour quoi nous sommes prêts à mourir.

--------------------------------------

Vous n'êtes sans doute pas sans savoir – vu le nombre de fois où je vous l'ai rappelé – que j'adooore les romans de science-fiction, et que j'en lis à la pelle. J'avais énormément entendu parler de La 5ème Vague, toujours en des termes élogieux, et de plus en plus avec la sortie imminente de son adaptation cinématographique... Et je dois avouer que j'en attendais beaucoup : son résumé était terriblement tentant, sa couverture très belle, ses pages noires intrigantes... 
Je l'avais déjà lu une première fois, au printemps dernier, mais la fin m'avait complètement perdue. J'ai réessayé quelques mois après, et j'ai bien mieux accroché. Tout n'était pas parfait et j'ai tiqué sur certains éléments, mais dans l'ensemble, il s'agit d'une bonne lecture.

Avant tout, je voudrais préciser quelque chose. Il y a différents personnages principaux, et donc différents narrateurs qui interviennent à différents moments... En fait, je vous explique cela parce que l'identité de narrateur n'est pas spécifiée en tête de chapitre, et lors du premier changement de narrateur, j'ai mis plusieurs pages à enfin comprendre que ce n'était plus le même personnage qui s'exprimait – je me disais quand même qu'il était étrange que la fille parle d'elle au masculin

J'ai beaucoup aimé l'univers créé par l'auteur – il n'est pas extrêmement original, mais il reste très efficace. L'écriture est fluide, entraînante, les personnages plutôt attachants... Un certain personnage, Zombie, m'a énormément plu, et les chapitres dont il est le narrateur ont été de loin mes préférés. 
On retrouve un bon nombre des ingrédients qui permettent un roman sympathique de post-apocalyptique : de l'action, du suspense, une quantité suffisante de descriptions et de passages de contextualisation, des morts – très important –, des traîtres, des surprises... Certains passages peuvent être un peu longs, mais la fin est excellente, et donne envie de se jeter sur la suite.

Petit détail. J'ai en revanche eu un peu de mal avec les nombreuses descriptions identiques des yeux splendides d'Evan couleur chocolat, de son splendide sourire de travers, de son splendide postérieur. On a compris. Pas besoin de le répéter toutes les cinq pages.

J'ai eu par ailleurs un peu de mal avec la traduction, ou peut-être est-ce l'écriture originale de l'auteur. J'ai trouvé le style très... inégal, avec des passages très littéraires, au registre de langage presque soutenu, et d'autres franchement familier, avec l'emploi de mots à la limite du vulgaire qui n'étaient pas sincèrement pas nécessaires – je pense au terrible mot en "c" pour désigner un postérieur, employé environ vingt-cinq fois par page à un certain moment de l'intrigue. Ou encore au mot "futal". Dans un livre, on peut appeler ça un "pantalon". Ou encore aux nombreux jurons et insultes qui parsèment l'histoire. Étaient-ils d'une nécessité absolue ?

C'était l'instant Registre de langage, avec le soutien de l'Académie française.

En bref, un bon roman de post-apocalyptique, prenant et efficace à souhait, que j'ai bien aimé, malgré des passages légèrement trop longs, et les petits détails agaçants dont je vous ai déjà longuement parlé. Si vous aimez le genre, n'hésitez pas à le découvrir, ce n'est pas à proprement parler un roman transcendant, mais il reste très distrayant ! 

Note attribuée : 7,5/10

20 commentaires:

  1. Je me souviens avoir été perdue aussi au premier passage de perso principal, et cette transition au masculin ;)

    Mais. NON. TU NE PEUX PAS APPRÉCIER ZOMBIE. PAS D'ACCORD.

    Evan, en revanche, oui. Même avec les répétitions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MAIS SI IL EST TRÈS BIEN.
      Et Evan est mortellement ennuyeux. La seule chose un peu pétillante chez lui, c'est son postérieur.

      Supprimer
  2. J'ai adoréééé ce roman, c'est ma première lecture de l'année 2016 et j'en suis ravie! Mais je ne me rappelle plus de passages vulgaires... peut-être que ça ne m'a pas choqué haha!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'était vraiment un roman divertissant :) Haha, je suis une âme sensible, c'est pour cela !

      Supprimer
  3. Ben quoi, Evan a un beau postérieur, c'est bien non ? ^^ C'est vrai qu'il y avait beaucoup d'insultes... En tout cas, moi, c'est la fin du tome 2 qui m'a perdu ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'en entends beaucoup parler... Je te tiens au courant :p

      Supprimer
  4. On va monter un clan ANTI- EVAN, mais pas nécessairement PRO-ZOMBIE ( je parle pour moi :p ). Je suis d'accord avec toi, et vu que ca fait un an que je l'ai lu, tu m'as bien rafraichi la mémoire concernant le caractère chocolaté des yeux de Evan ( c'est franchement niais). En tout cas, ce roman est puissamment addictif, on verra ce que ca donne en film, même si plusieurs surprises sont gâchées d'avance ( hum, Zombie ne peut pas changer de tête ). Bref, faudrait que je fasse un LIVRE EN IMAGES dessus, mais mes journées ne font pas encore 36 heures....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, et mes salutations distinguées à Jean d'Ormesson !

      Supprimer
    2. Disons que j'ai reporté toute mon affection potentielle à l'égard d'un être masculin sur Zombie, même si je me sens un peu seule.
      Oui, on est d'accord, ces descriptions sont insupportaaables !
      Bonne idée, les journées de 36 heures ! Ça me paraît être le seul moyen d'aller voir le film au cinéma...

      Supprimer
    3. Merci beaucoup très chère !

      Supprimer
  5. J'adore tes chroniques et ton humour ❤ Sinon, la phrase "C'était l'instant Registre de langage, avec le soutien de l'Académie française." m'a bien fait rire XD

    Cette saga, malgré tous les bons avis, ne m'intrigue pas. Pourquoi ? Du au trop nombreux avis mitigés pour le tome 2, je pense :-/ Et ta chronique ne m'a pas vraiment convaincue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hooo tu es gentille, merci ;)
      Oui, je suis d'accord, le tome 2 ne fait pas vraiment trembler les foules. Hélas, je ne crois pas avoir été très convaincante !

      Supprimer
  6. J'avais eu un coup de cœur pour ce tome, malgré les passages trop longs. Quand à moi, j'ai bien aimé Evan (même si je ne l'ai pas non plus Adoré) mais je n'ai pas aimé Zombie. J'ai aimé Sam et Cassie, c'est tout.
    Contente que tu aies aimé ce livre :)

    Camille :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si, Zombie est très bien. Roooh, je me sens seule moi. Et j'ai trouvé Evan très plat. Enfin, c'est mon avis :p Oui, Sam est extrêmement attachant aussi !

      Supprimer
  7. Ah, tu es bien dure XD ah la la, je l'avais trouvé tellement prenant... A voir si le tome 3 sera aussi bien que ce tome 1, contrairement au 2 :o

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un monstre de dureté ! Je suis d'accord, mais je garde mes réserves pour le début trèèèès leeeeent... Je me dépêche de lire le 2 !

      Supprimer
  8. Ça fait un bail que je l'ai lu, j'avais adoré ! Je me réjouis de voir le film maintenant, parce que je me souviens plus de tous les détails. Concernant Evan, je te comprends, je déteste quand on insiste aussi lourdement sur certaines descriptions xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est même plus de l'insistance, c'est obsessionnel ! Bon, j'ai tout de même hâte de voir le film :)

      Supprimer
  9. L'Académie française doit être contente pour le soutiens ^^.
    Mais plus sérieusement, c'est un livre que j'ai bien envie de découvrir et qui m'intrigue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, oui, heureusement que je suis là pour les défendre ! Il est vraiment sympa, n'hésite pas à te lancer :)

      Supprimer