La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

dimanche 10 janvier 2016

Divergente de Veronica Roth — Chronique n°159

"Je crois aux actes de courage ordinaire, au courage qui pousse une personne à prendre la défense d'une autre."

Titre : Divergente
Auteure : Veronica Roth
Genre : Dystopie
Éditions : Nathan
Résumé : Cinq destins, un seul choix.

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions.
À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d'aptitudes n'est pas concluant.
Elle est divergente.
Ce secret peut la sauver...
Ou la tuer.


---------------------------------------------------------

Je ne vous ferai pas l'affront de vous résumer l'histoire de Divergente. Si ?
Enfin, en quelques lignes, disons, au cas où vous auriez passé les cinq dernières années dans une grotte.

Dans un futur post-apocalyptique – enfin, on ne sait pas ce qu'il s'est passé, mais on suppose qu'il ne s'agissait pas d'événements extrêmement agréables à vivre –, quelques milliers d'individus survivent dans la ville détruite de Chicago. Leur société est divisée en cinq factions, chacune prônant une valeur essentielle : la vérité pour les Sincères, le courage pour les Audacieux, la connaissance pour les Érudits, le don de soi pour les Altruistes, et la gentillesse pour les Fraternels. À l'âge de seize ans, chaque adolescent peut choisir sa faction. Il est libre de quitter celle de sa famille, même si cela implique de ne pratiquement plus jamais les revoir. Un test est censé vous indiquer quelle faction vous correspond le mieux, pour vous guider dans votre choix.
Beatrice est sur le point de faire son Choix. Sauf que le résultat de son test est anormal. Elle est Divergente, et ne rentre dans les critères d'aucune faction spécifique. Et elle est loin de réaliser tout ce que cette situation implique...

J'avais déjà lu Divergente il y a une petite éternité, c'est à dire au moment de la sortie du premier film. J'avais dévoré le deuxième tome dans la foulée, mais je ne m'étais jamais attelée au troisième – principal motif : procrastination. J'ai eu envie de terminer enfin cette saga, en relisant les deux premiers tomes, ce qui fournissait de plus une bonne occasion de vous parler de cette saga que beaucoup, beaucoup d'entre vous connaissent déjà, ne serait-ce que de nom.

On a déjà tout dit à propos de cette saga. C'est inventif, c'est brillant, c'est addictif. Ou bien c'est un plagiat de Hunger Games, la copie conforme de toutes les dystopies existant déjà, un roman insipide, tout juste bon pour quelques pré-adolescents ignorants, sans relief et prévisible.
Je ne vais pas partir dans de grands débats pour défendre telle ou telle cause. 

Je vais tout simplement vous dire que j'aime bien ce livre.
Je sais, dit comme ça, ce n'est pas franchement édifiant. Je vais m'expliquer.

Je suis la première à reconnaître qu'il ne s'agit pas de grande littérature. L'écriture de ce roman est très simple, on pourrait même dire basique, très loin d'être poétique, certains personnages auraient mérité un peu plus de travail, certaines situations se résolvent un peu trop facilement, il y a des incohérences dans l'histoire.
Mais on ne peut pas nier que ce roman fonctionne. Des millions de personnes ont lu ces romans, vu leurs adaptations au cinéma. Il y a presque 100000 chroniques de ce livre sur Goodreads, et plus d'un million et demi de notes.
L'histoire est extrêmement entraînante, et ce dès la première page. On se prend immédiatement d'intérêt pour cette histoire de factions, on se sent concerné par les choix de Tris, on est immergé dans cet univers pendant une poignée d'heures. C'est une lecture qui peut paraître légère, mais qui fait vivre de réelles émotions à ses lecteurs, et les pousse à tourner fébrilement ses pages. 

Au-delà de cela, à mon sens, je trouve que Divergente véhicule tout de même de vrais messages, qui peuvent passer inaperçus, mais qui sont bien présents. On a droit à des réflexions sur la famille, l'amitié, l'amour, le pouvoir, une belle morale sur le courage, l'altruisme, ce qui les relie, sur la politique, l'égalité, la liberté. 

Alors oui, c'est très facile à lire, ce n'est pas toujours très élégant, ce n'est pas l'extase littéraire, ce ne sera jamais un Nobel de littérature. Mais c'est enivrant. C'est passionnant d'un bout à l'autre. On oublie les contraintes du monde réel, on s'en échappe pendant quelques heures en vivant les aventures de Tris. Et n'est-ce pas tout simplement le but de la littérature que de permettre de vivre des instants privilégiés loin de tous nos problèmes concrets, des parenthèses imaginaires ?

On en dira ce que l'on voudra, mais j'aime bien Divergente
Note attribuée : 8/10



8 commentaires:

  1. J'ai trop envie de relire encore une fois cette saga, mais je ne trouve pas le temps :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais bien le problème, malheureusement -_-

      Supprimer
  2. J'avais adoré les deux premiers tomes :D Du coup, j'ai décidé de terminer la trilogie en décembre : ça a été un bonne conclusion (même si elle est horrible) mais j'ai un peu moins aimé : 16/20 :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On m'a déjà spoilé la fin :') je vais essayer de le lire au plus vite !

      Supprimer
  3. Quelle belle conclusion ! :D ah, le tome 1 (et la suite quand même) de divergente est tout simplement génial !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, tu me touches :') J'ai hâte de découvrir le dernier tome !

      Supprimer
  4. J'adore cette saga, c'est l'une de mes préférées. Mais je suis quand même un peu déçue par la fin ^^.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On m'a déjà raconté cette fin (remercions mes merveilleuses connaissances), mais je trouve ça très bien vu de la part de l'auteure... Enfin, c'est parce que je suis une grosse sadique !

      Supprimer