La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image">

samedi 12 décembre 2015

Magonia de Maria Dahvana Headley— Chronique n°150

“I'm dark matter. The universe inside of me is full of something, and science can't even shine a light on it. I feel like I'm mostly made of mysteries.” 

“Looping. Some days are so dark I can't see anything but a miserable fog of number after number, word after word, clouds of verbs and nouns and none of them the ones that will make time go backward.” 

“I know everyone has dreams of flying, but this isn’t a dream of flying. It’s a dream of floating, and the ocean is not water but wind.
I call it a dream, but it feels realer than my life.” 

Titre : Magonia
Auteure : Maria Dahvana Headley
Genre : Fantasy | Fantastique | Contemporain
Éditions : HarperCollins
Résumé : Aza Ray is drowning in thin air. 

Since she was a baby, Aza has suffered from a mysterious lung disease that makes it ever harder for her to breathe, to speak—to live. 
So when Aza catches a glimpse of a ship in the sky, her family chalks it up to a cruel side effect of her medication. But Aza doesn't think this is a hallucination. She can hear someone on the ship calling her name.
Only her best friend, Jason, listens. Jason, who’s always been there. Jason, for whom she might have more-than-friendly feelings. But before Aza can consider that thrilling idea, something goes terribly wrong. Aza is lost to our world—and found, by another. Magonia. 
Above the clouds, in a land of trading ships, Aza is not the weak and dying thing she was. In Magonia, she can breathe for the first time. Better, she has immense power—and as she navigates her new life, she discovers that war is coming. Magonia and Earth are on the cusp of a reckoning. And in Aza’s hands lies the fate of the whole of humanity—including the boy who loves her. Where do her loyalties lie?


---------------------------------------------

Depuis toujours, Aza souffre d'une mystérieuse maladie des poumons, à cause de laquelle il lui est impossible de respirer normalement, de parler – de vivre.
Mais un jour, Aza commence à avoir des visions d'un bateau dans le ciel. Sa famille met cela sur le compte d'un effet secondaire de son traitement. Mais Aza ne pense pas qu'il s'agisse d'une hallucination. Elle entend véritablement quelqu'un sur ce bateau l'appeler par son nom.

Seul son meilleur ami, Jason, l'écoute. Jason, qui a toujours été là pour elle. Jason, pour qui il se pourrait qu'elle ressente autre chose que de l'amitié. Mais avant même qu'Aza puisse envisager cette idée si excitante, quelque chose déraille. Aza est arrachée à notre monde – et se retrouve dans un autre. Magonia.

Au-dessus des nuages, dans un univers de navires de commerce, Aza n'est plus la chose faible et mourant qu'elle avait l'habitude d'être auparavant. À Magonia, elle peut respirer, pour la première fois de sa vie. Mieux encore, elle dispose d'immenses pouvoirs – mais alors qu'elle s'habitue à sa nouvelle vie, elle découvre qu'une guerre se prépare. Magonia et la Terre sont sur le point de régler leurs comptes. Et le sort de l'humanité toute entière repose désormais entre les mains d'Aza – y compris celui du garçon qui l'aime. Où sa loyauté la conduira-t-elle ?

----------------------------------------------

Avant tout, je vous préviens. Magonia est un roman extrêmement original, à l'écriture et à l'intrigue vraiment particulières. Personnellement, comme je suis quelqu'un de très bizarre et que tout n'est pas parfaitement cohérent dans mon cerveau, je m'y suis parfaitement plu. Cependant, si vous ne lisez que des romans réalistes, si vous êtes du genre pragmatique, et que vous ne supportez pas les choses légèrement "marginales", disons, vous aurez sans doute un peu plus de mal. Pour savourer Magonia pleinement, il faut tout simplement se laisser porter.

Premièrement, prenons une minute de silence pour admirer cette couverture – qui, en plus, brille. S'il vous plaît. Comment ne pas succomber à tant de beauté ?

Ensuite, prêtez attention à ce résumé absolument alléchant. Une jeune fille atteinte d'une maladie incurable – mais sans mélodrame aucun – qui se retrouve catapultée dans un univers de fantasy complètement improbable mais pourtant vraiment fascinant ? Une histoire intelligente, portée par des personnages principaux merveilleux et des personnages secondaires à la psychologie souvent complexe et passionnante ? 
Sincèrement, que demande le peuple ?

J'avais peur d'une romance niaise, d'une description de la maladie d'Aza encore plus niaise, mais cela n'a absolument pas été le cas. Je pourrais éventuellement reprocher à ce roman deux ou trois scènes qui m'ont semblé plus confuses, mais je ne trouve pas grand-chose d'autre à redire !

J'ai eu notamment un gigantesque coup de cœur pour l'écriture de l'auteure, tout sauf conventionnelle, mais incroyablement convaincante. 
Je pense très sincèrement n'avoir jamais rien lu de pareil : cette plume déborde de poésie, d'inventivité, d'originalité. Les tournures de phrases sont assez uniques, les mots toujours touchants et justes, on a même droit à des calligrammes... 
Le tout est d'une justesse frappante, aborde des thématiques diverses et variées, et suscite de vives émotions chez son lecteur. J'ai rarement vu une telle concentration de réflexions aussi profondes dans un roman YA ! J'ai dû relever des dizaines de citations – d'ailleurs, les nombreuses personnes qui vivent dans mon cerveau se sont longtemps disputées pour n'en sélectionner  que trois. 

Il se peut que certains parmi vous soient déroutés, mais je vous garantis que l'expérience vaut le détour. Seul bémol, ce roman n'est pas traduit en français, et je ne le recommande pas si vous débutez en lecture VO, du fait justement de cette écriture si particulière. Après, je ne vous bride en rien, hein. Vivez vos rêves, faites vos choix. Je vous soutiens. Lisez-le même si vous avez peur de ne pas tout suivre – au pire, ce n'est pas grave, ce roman est tellement beau que même en comprenant un mot sur deux, vous serez envoûté. 

Note attribuée : 9,5/10 : Un roman prodigieux, débordant de créativité, que je suis vraiment heureuse d'avoir pu découvrir au fil de mes pérégrinations obscures sur Internet. Je vous le recommande chaudement, si vous êtes habitués à la lecture VO.
Faites-moi plaisir et allez lire ce livre, les enfants. J'ai besoin d'exprimer mon amour pour cet univers, ces personnages, cette plume. Allez, courez l'acheter, je ne vous retiens pas plus longtemps — j'ai déjà suffisamment déblatéré.

6 commentaires:

  1. la couverture est trop belle, ton avis donne trop envie mais je suis nul en anglais >< alala, c'est tellement dur la vie ! ^^

    bonne lecture à toi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut créer un mouvement de protestation pour qu'il soit traduit :p Je suis sûre que tu vas arriver à le lire !

      Supprimer
  2. Tu me fais trop rire haha (oui je te l'ai dit 1500x mais on s'en fout). Je crois que je l'ai acheté (pour sa couverture en grande partie) mais je suis plus trop sûre (j'avais beaucoup hésité et je sais plus avec quoi j'étais repartie). Il a l'air vraiment cool.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, ça me fait toujours autant plaisir après 1500 fois :) Dépêche toi de le retrouver dans les bas-fonds de ta PAL alors, tu dois le lire !

      Supprimer
  3. Il me faisait déjà tellement enviiiiiiiiie! Mais alors là, tu m'achèves femme. Tu me tues et tu m'enterres. Et tu viens mettre des fleurs sur ma tombe en pleurant ton amour éternel.

    Hey j'ai faim.

    Ce qu'on fait c'est que tu m'offres le livre et on en parle après. On fait ça?
    OKAY CHECK MON POTE

    (je suis un peu surexcitée ce soir comme tu ne l'as surement pas remarqué car je suis incroyablement discrète).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était volontaire, j'adore faire souffrir les gens :3 Je viendrai pleurer mon amour sur ta tombe, n'aie crainte (chrysanthèmes ou orchidées ?)
      Je te l'enverrais avec plaisir si je pouvais, mais disons que je ne sais pas vraiment où tu habites très chère 😂

      Allez, va te coucher. Il est tard.
      Bisous, Maman

      Supprimer