La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

h-ros le-paradoxe dix-sept girl why brexit_romance le_malheur_du_bas

vendredi 9 février 2018

Eleanor Oliphant is Completely Fine de Gail Honeyman - Chronique n°398

Titre : Eleanor Oliphant is Completely Fine 
Auteure : Gail Honeyman
Genre : Contemporain
Editions : Harper Collins
Lu en : anglais
Résumé : Meet Eleanor Oliphant: She struggles with appropriate social skills and tends to say exactly what she’s thinking. Nothing is missing in her carefully timetabled life of avoiding social interactions, where weekends are punctuated by frozen pizza, vodka, and phone chats with Mummy. All this means that Eleanor has become a creature of habit (to say the least) and a bit of a loner. 

But everything changes when Eleanor meets Raymond, the bumbling and deeply unhygienic IT guy from her office. When she and Raymond together save Sammy, an elderly gentleman who has fallen on the sidewalk, the three become the kinds of friends who rescue one another from the lives of isolation they have each been living. And it is Raymond’s big heart that will ultimately help Eleanor find the way to repair her own profoundly damaged one.

---------------------------------------------

Existe également en français

Titre : Eleanor Oliphant va très bien 
Editions : Fleuve Editions
Résumé : Eleanor Oliphant est un peu spéciale.

Dotée d’une culture générale supérieure à la moyenne, peu soucieuse des bonnes manières et du vernis social, elle dit les choses telles qu’elle les pense, sans fard, sans ambages.

Fidèle à sa devise « Mieux vaut être seule que mal accompagnée », Eleanor évite ses semblables et préfère passer ses samedis soir en compagnie d’une bouteille de vodka.
Rien ne manque à sa vie minutieusement réglée et rythmée par ses conversations téléphoniques hebdomadaires avec « maman ».
Mais tout change le jour où elle s’éprend du chanteur d’un groupe de rock à la mode.
Décidée à conquérir de l’objet de son désir, Eleanor se lance dans un véritable marathon de transformations. Sur son chemin, elle croise aussi Raymond, un collègue qui sous des airs négligés, va lui faire repousser ses limites.
Car en naviguant sur les eaux tumultueuses de son obsession amoureuse et de sa relation à distance avec "maman", Eleanor découvre que, parfois, même une entité autosuffisante a besoin d’un ami…


---------------------------------------------

Well, this was a special book, indeed. I would even dare to call it an anomaly, but a really endearing, sensitive and moving one. 

The whole reason why this book is so endearing, sensitive and moving is that is doesn't desperately tries to be so. It remains sober, authentic, raw, and thus succeeds reaching an incredible simplicity and justness in its tone. It takes its time, maintaining a slow but steady pace, building a true bond between Eleanor and the reader, a solid one, as she slowly reveals her daily routine, which slowly proves to be much more significant than it seems.

And oh, did I like it. 

I dived into this book without any knowledge whatsoever about its plot or even its basic themes. I just felt inexplicably attracted by its cover and especially its title. 
Eleanor Oliphant is Completely Fine

She really does well, she earns her life, she lives comfortably, she does not suffer from any peculiar disease, oh, well, right, she drinks two bottles of vodka every week-end and does not have any social links, but whatever, she's fine. She ought to be. Really, she's fine, she even treats herself every Friday night with a pizza. Thanks for asking. 

"I'm fine, thanks."
This sentence we keep repeating automatically at each and every encounter, even though it might be absolutely wrong, because, oh, would it be rude to admit that sometimes -and even most of the time- we have deep down absolutely no clue how we feel or what we want to do next. 
Those words, perfect symbols of our society's conformism and hypocrisy. Whenever some polemic or scandal crashes out, each and everyone is ready to react, to burst into flames, to denounce, but when the problem is within ourselves, it suddenly becomes shameful, unspeakable, abnormal. 

But it is not.
Eleanor Oliphant is both an exception and everyone's avatar. Of course, at many points, she behaves in a much more extreme way than any of us would do, but there is no denying a lot of her thoughts and struggles speak to us at some degree. Her story, her resilience, her simplicity and her will could not be further from any stereotype or grandiloquence, and the result is both profoundly charming and incredibly poignant. This is a quirky book, whose plot drives you to situations at the same time completely ordinary and by all means unique, whose characters will impact you rather because of their errances and failures than because of their achievements, and most importantly, a book which will let you with a strong will to live

Yep, that was lyrical.

It's brilliant. One of the few books that successes being emotional without trying so hard. 

--------------------------------------------------------------

Eh bien, le moins que l'on puisse dire est que ce livre était spécial. J'aurais même envie de le qualifier d'anomalie littéraire, une anomalie des plus touchantes, attachantes et délicates. 

La raison pour laquelle ce roman est si touchant, attachant et délicat est tout simplement qu'il ne prétend pas l'être et ne se force pas à l'être à travers une myriade de procédés téléphonés. Il l'est, c'est tout. Avec son ton sobre, authentique, cru même, il parvient à atteindre une incroyable justesse et simplicité et à s'y maintenir. Il prend son temps, tissant petit à petit un lien solide entre Eleanor et le lecteur au fur et à mesure que cette dernière dévoile sa routine, qui s'avère bien moins insignifiante qu'elle ne peut le sembler. 

Et qu'est-ce que j'ai aimé. 

Je me suis plongée dans ce livre sans avoir la moindre idée de ce qu'il racontait, convaincue simplement par sa couverture et surtout son titre
Eleanor Oliphant va parfaitement bien

Vraiment, tout va pour le mieux, elle gagne sa vie, elle vit confortablement, ne souffre d'aucune maladie en particulier, bon, d'accord, il y a bien ces deux bouteilles de vodka qu'elle descend tous les week-ends et le fait qu'elle n'a absolument aucun lien social, mais bon, peu importe, elle va bien. Et puis, regardez, elle se fait même plaisir avec une pizza tous les vendredis soirs, vous voyez bien que ça va. Merci d'avoir demandé. 

"Ca va et toi ?"
Phrase anodine que l'on répète automatiquement à chaque rencontre, quand bien même cela serait complètement faux, parce que qu'est-ce que ça serait impoli d'admettre que parfois - et même la plupart du temps -, on n'a au fond absolument aucune idée de comment on se sent ou de ce qu'on veut faire de sa vie. 
Ces quelques petits mots sont le symbole parfait d'une société conformiste et hypocrite qui n'a aucun mal à s'enflammer pour le moindre scandale ou la moindre polémique, mais se renferme et se tait dès lors que le problème réside dans la sphère de l'intime, de l'individu, comme si cela en faisait brusquement quelque chose d'honteux, d'anormal, de tabou. 

Sauf que ça ne l'est pas. 
Eleanor Oliphant est à la fois une exception et le reflet de chacun d'entre nous. Bien sûr, elle se comporte souvent de façon plus extrême que ce que l'on pourrait jamais faire, mais finalement pas tant que ça. En quoi vivre comme elle le fait est-elle plus absurde que certains de nos comportements ? En quoi est-elle plus anormale que toi, lecteur ? 
Au contraire, Eleanor est une véritable guerrière ordinaire, une héroïne banale comme une autre, qui touche et bouleverse par sa résilience, ses errances, ses faiblesses et ses victoires. Son histoire, sa voix, ses actes ne pourraient pas être plus éloignés de tout stéréotype grandiloquant, mais touchent justement par leur simplicité, et disons-le, leur absence de résonance. C'est finalement une simple vie qui se joue, comme n'importe laquelle, dans un roman tout en bizarrerie et en sensibilité qui conduit le lecteur vers des situations à la fois complètement ordinaires et incroyables, vers des personnages aussi touchants qu'oubliables. C'est le parfait catalyseur de l'unicité absurde, illusoire et miraculeuse de nos propres vies. 

Oui, c'était lyrique. 

Lisez donc cette petite pépite de simplicité, qui arrive à ce résultat justement parce qu'elle ne se répand pas en vaines tentatives pour y parvenir. C'est brillant. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire