La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

mercredi 10 février 2016

Finding Audrey de Sophie Kinsella — Chronique n°168

"Life is all about climbing up, slipping down, and picking yourself up again. And it doesn't matter if you slip down. As long as you're kind of heading more or less upwards. That's all you can hope for. More or less upward."

Titre : Finding Audrey
Auteure : Sophie Kinsella
Genre : Contemporain | YA
Éditions : Doubleday
Nombre de pages : 388
Lu en : anglais
Résumé : Audrey can't leave the house. she can't even take off her dark glasses inside the house.

Then her brother's friend Linus stumbles into her life. With his friendly, orange-slice smile and his funny notes, he starts to entice Audrey out again - well, Starbucks is a start.And with Linus at her side, Audrey feels like she can do the things she'd thought were too scary. Suddenly, finding her way back to the real world seems achievable.

Be prepared to laugh, dream and hope with Audrey as she learns that even when you feel like you have lost yourself, love can still find you . . .

---------------------------------------------------------------------

Je l'avoue, lire les romans de Sophie Kinsella – je pense en particulier à la série de l'Accro du Shopping – est l'un de mes petits plaisirs coupables de lectrices. Cela reste extrêmement léger, mais qu'est-ce que j'avais pu en rire ! Aussi, lorsque j'ai appris que cette chère auteure se lançait dans le YA avec Finding Audrey, ni une ni deux, j'ai retourné ciel et terre pour me procurer ce roman. 

Et j'ai aimé.
Et vous devez le lire.
Et en plus, il sort chez PKJ en mars. Vous n'avez strictement aucune excuse pour ne pas le lire.

Reprenons de façon à peu près cohérente, voulez-vous ?

Finding Audrey, c'est donc l'histoire d'Audrey – sans blague –, une jeune fille qui souffre de graves problèmes d'anxiété et de phobie sociale, à la suite d'événements dont elle refuse encore de parler. Elle n'est pas sortie de chez elle depuis des mois, pas plus qu'elle n'a retiré les lunettes noires qui la coupent du monde en permanence. Rien ne semble pouvoir la guérir, pas même ses consultations avec Dr Sarah, ni l'amour que lui portent ses parents. Jusqu'à l'arrivée d'un certain Linus dans sa vie...

STOP ! Je vous sens déjà marmonner "d'accord, on a compris le genre, elle va tomber amoureuse et guérir miraculeusement. Hors de question que je lise un truc aussi niais". 
Mais vous faites erreur !

Ce roman est tout sauf niais. Il est authentique, rafraîchissant, drôle et touchant. C'est un feel-good book que l'on dévore, et que l'on referme le sourire aux lèvres, avec l'envie d'aller danser partout dans la rue en souriant à tous les étrangers.

Bon. Reprenons. Bis. Je ne sais pas ce que j'ai, aujourd'hui.

Audrey n'a que 14 ans, et j'avais peur que cet âge... me gêne, étant donné que l'âge moyen des héros de YA tourne plus autour de 16-17 ans. 
Oui, je dis cela, moi qui suis parvenue à l'âge canonique de 15 ans. Je sais. La fin de vie me guette. 
Enfin, cela n'a absolument pas été le cas. Audrey fait preuve d'une belle maturité, exprimant des réflexions toujours pertinentes. Je me suis beaucoup attachée à elle, et étais même triste de la quitter en refermant ce – trop – court roman.

Un autre élément qui m'a énormément plu est l'imperfection des personnages. Tous, même et surtout Linus, sont maladroits, disent parfois des choses inadéquates, mais ils font de leur mieux. Et c'est bien cela le plus important.

L'atmosphère de ce roman est tout simplement parfaite. Le thème abordé par l'auteure, les troubles mentaux, est extrêmement dur, mais il est traité avec beaucoup de justesse, et reste touchant sans jamais tourner au mélodrame. De plus, le ton reste très humoristique, avec des personnages complètement déjantés et des situations pleines de fantaisie. Je me souviens d'un fou rire assez monumental au cours de ma lecture ! 
Le tout n'est absolument pas dissonant, ni gênant, au contraire ! L'humour permet de mieux faire passer le sujet, tout en respectant sa profondeur et son importance.

En bref, un roman lumineux, touchant et plein d'humour ! Une belle réussite de la part de l'auteure, qui se renouvelle tout en gardant son ton si caractéristique. 
J'ai ri – beaucoup –, j'ai été émue, touchée. J'ai été happée par cette petite parenthèse de douceur, de bons sentiments qui font du bien à nos petites âmes meurtries. 
Je ne peux que vous pousser à le lire, en français dès mars, ou même en VO – d'autant plus que l'anglais utilisé est très accessible, même pour une première lecture VO.

Note attribuée : 8/10 : je valide hautement !

10 commentaires:

  1. Sophie Kinsella je l'adoooooore et tu m'as vraiment donné envie de lire ce roman, mais ce n'est pas un peu gênant que l'héroïne ait 14 ans? je ne sais pas si du coup ça rend l'histoire très crédible...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non absolument pas, cet âme me faisait assez peur, mais ça ne m'a finalement pas gênée du tout ^^

      Supprimer
  2. Ok, maintenant il me fait très envie, je vais l'ajouter à ma WL. Par contre j'ai lu le premier tome de L'accro du shopping et ohlala j'avais détesté. Mais bon je vais lui laisser une seconde chance ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, j'espère que celui-ci te plaira plus ! :p

      Supprimer
  3. C'est bête mais l'âge de la protagoniste principale me rebute un peu. J'aurais lu ce nouveau Kinsella avec un grand plaisir si nous n'étions pas en YA.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Noooon il ne faut pas être rebutée ! Fais confiance à cette chère Capucine, fonce !

      Supprimer
    2. Si Capucine le dit alors... Je vais peut être t'écouter ;)

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup la citation que tu as prélevé. Elle reflète bien ma philosophie de vie et me fait d'ailleurs pensé à une phrase de Winston Churchill ( La réussite n'est pas finale, l'échec n'est pas fatal, c'est le courage d'avancer qui compte)
    Bref, finalement ce roman pourrait être sympa, même si ce n'est pas une priorité pour le moment. Et ce serait en VO pour être sure d'avoir cette belle couverture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette citation m'avait vraiment frappée, j'étais restée devant pendant une bonne minute en me disant "mais c'est vrai ça...". Je te le conseille en tout cas, il m'a à la fois touchée et fait rire ! Et je crois que la couverture VF est la même – mais je ne peux que te pousser à lire la VO ^^

      Supprimer