La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image">

dimanche 11 juin 2017

Zouck de Pierre Bottero - Chronique n°326

Titre : Zouck
Auteur : Pierre Bottero
Genre : Contemporain
Editions : Flammarion Jeunesse
Lu en : français
Nombre de pages : 160

Résumé : Anouck, dite Zouck, a une passion : la danse. Qu'elle partage avec sa meilleure amie : Maiwenn. Jusqu'au jour où elle s'éloigne l'une de l'autre. Zouck, obsédée par l'idée de perdre quelques kilos superflus, se coupe du monde. De son côté, Maiwenn, follement amoureuse, devient de plus en plus distante.

--------------------------------------

Un grand merci aux éditions Flammarion et en particulier à Brigitte pour cet envoi !

--------------------------------------

L'anorexie mentale est une maladie impossible à démêler et à comprendre pour la personne même qui en souffre.

Alors qu'un écrivain livre un récit juste et frappant sur ce sujet sans commettre de maladresse et en donnant le sentiment d'être dans la tête de son héroïne, permettez-moi de dire que cela relève de l'exploit.

Un certain nombre d'ouvrages abordent l'anorexie, soit sous l'angle du témoignage, le plus souvent, soit par des essais, soit avec un récit d'inspiration autobiographique comme l'a fait Delphine de Vigan avec le bouleversant Jours Sans Faim, mais également dans des récits fictifs et même jeunesse comme l'a fait Cathy Cassidy dans le troisième tome de sa saga Les Filles au Chocolat, ou comme j'aime l'appeler, Cœur Machin
C'est donc possible, mais c'est difficile et pas toujours facile d'accès pour le public qui en aurait le plus besoin : les plus jeunes lecteurs. L'anorexie ne touche en effet pas seulement que des adolescents, mais il s'agit cependant de l'âge auquel la maladie est la plus susceptible de se développer. 

Le pari lancé par Pierre Bottero, dont la réputation n'est plus à confirmer - même si, honte à moi, je n'ai lu que le premier tome d'Ellana -, est de donner naissance en moins de deux cent pages à une héroïne crédible et attachante et de donner à voir le processus de dégringolade puis de rémission d'une des maladies du siècle.
Challenge accepted.

Les premières pages sont empreintes d'une naïveté encore infantile, et dégagent surtout un sentiment d'innocence, de spontanéité, alors qu'Anouck, alias Zouck, dévoile son quotidien fait de cours de danse et de fous rires avec sa meilleure amie. Cependant, au fur et à mesure que l'on s'enfonce dans le texte, le récit se fait de plus en plus sombre, l'état d'esprit de Zouck de plus en plus préoccupant, sans rupture de ton maladroite. C'est bien cela le plus terrifiant, l'effroyable logique mise en place qui pousse Zouck à se laisser séduire par les sirènes de la maigreur maladive. 

Mais ce n'est pas la maigreur qui la pousse à se priver. C'est la volonté de disparaître, de contrôler une vie dont on ne comprend plus vraiment où elle va. Et c'est pour cela que l'adolescence, l'une des périodes de la vie où l'on maîtrise le moins son existence, est si propice à ce genre de troubles. Zouck voit sa relation avec sa meilleure amie s'effilocher, ses repères familiaux évoluer, ses perspectives s'élargir, sa passion prendre du relief, son corps grandir. 

Comme je le disais, Zouck est aussi bien un roman de la descente aux enfers que de la guérison, sans aucun sentiment de précipitation malgré les 150 pages seulement que fait le livre. Tout est d'une délicatesse impressionnante et paraît se dérouler à un rythme vrai, prenant comme l'anorexie prend aux tripes, intense comme peut l'être la détresse d'une adolescente comme Zouck. Bottero a l'intelligence de ne pas insister sur des éléments qui n'en ont pas besoin, de ne pas tirer sur des ficelles mélodramatiques et de ne pas se poser en moralisateur omniscient et supérieur.

C'est déchirant et juste. C'est simple et vrai. C'est accessible et d'une grande profondeur. C'est Zouck. A mettre entre toutes les mains et surtout celles des plus jeunes.

Note attribuée : 9,5/10

18 commentaires:

  1. Très belle chronique, pour ce livre de Bottero qui m'avait particulièrement touché ♥

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Et c'est une réaction tout à fait normale haha ;)

      Supprimer
  3. Ce livre m'a marqué, j'avais adoré <3 tout comme Bottero parle avec justesse de l'anorexie, tu parles avec justesse de ce livre génial :)

    RépondreSupprimer
  4. J'adore la plume de cet auteur et vu le sujet traité ici, j'ai bien envie de découvrir ce livre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu feras bien, il semble faire l'unanimité !

      Supprimer
  5. J'adore l'auteur, j'ai bien envie de découvrir ce roman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que te pousser à le faire...

      Supprimer
  6. Oh il me fait bien bien envie, et surtout il allie deux éléments que j'adore : la danse, qui m'intéresse bien en ce moment, et un super auteur !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super auteur est un euphémisme :) Si tu aimes les livres sur la danse et que tu lis en anglais, tente Tiny Pretty Things :)

      Supprimer
    2. Oh merci, je vais aller voir ça de plus près !

      Supprimer
    3. Je viens de le commander ! Et de me rendre compte que j'avais commenté deux fois, sur deux jours, ton article... ^^

      Supprimer
  7. Tu donnes vraiment envie de découvrir ce livre ^^. Je l'ai dans ma PAL et en plus, je n'ai jamais découvert l'auteur alors ça sera l'occasion :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as aucune excuse haha, il se lit royalement en une heure :p

      Supprimer