La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

samedi 25 mars 2017

Un Fils en or de Shilpi Somaya Gowda - Chronique n°304

Titre : Un fils en or
Auteure : Shilpi Somaya Gowda
Editions : Folio
Genre : Contemporain
Lu en : français 
Nombre de pages : 544
Résumé : Anil est un jeune Indien qui commence des études de médecine dans le Gujarat puis part faire son internat aux Etats-Unis. Sa redoutable mère rêve pour lui d'une union prestigieuse. Or, depuis qu'il est petit, elle le sait très proche de Leena, la fille d'un métayer pauvre. Quand celle-ci devient une très belle jeune fille, il faut l'éloigner, en la mariant au plus vite. Les destins croisés d'Anil et de Leena forment la trame de ce roman, lui en Amérique, qui est loin d'être le paradis dont il rêvait ; et elle en Inde, où sa vie sera celle de millions de femmes victimes de mariages arrangés. 
Ils se reverront un jour, chacun prêt à prendre sa vie en main. Mais auront-ils droit au bonheur ?


------------------------------------------------------

En bonne personne tout à fait influençable, il ne m'a fallu qu'une chronique enthousiaste de la part de Fanny du blog Livresquement pour être convaincue de me précipiter sur Un Fils en or, un roman centré sur deux personnages originaires du même village indien, mais aux destins radicalement opposés. L'une, Leena, subit le mariage arrangé que sa famille lui impose, tandis qu'Anil a l'opportunité exceptionnelle de partir faire son internat de médecine dans l'un des hôpitaux les plus prestigieux des Etats-Unis, au Texas. 

Le roman part de ce postulat qui pourrait paraître un peu simpliste, mais loin s'en faut.
Un Fils en or a un véritable charme. Je ne saurais pas vraiment expliquer à quoi cela tient - oui, je sais, c'est ce que je suis supposée faire sur ce blog, mais passons. Qu'il s'agisse des personnages que l'on a littéralement envie de prendre dans ses bras et de serrer passionnément jusqu'à ce que mort s'ensuive - désolée, j'avais trop envie d'utiliser cette expression. Dans les faits, ils sont d'une adorable adorabilité -, des situations réalistes et contrastées, de la description captivante de l'Inde, de l'Amérique, de ce qui les sépare, du gouffre entre tradition et modernité, entre l'ancienne et la nouvelle génération, tout fonctionne.

La principale force de ce roman est en effet de proposer une plongée dans la réalité d'une certaine Inde aujourd'hui, qui se veut et que je crois réaliste. L'auteure, indienne elle-même, décrit des situations qu'elle connaît, qui l'émeuvent beaucoup pour la plupart - nous sommes d'accord, le terme "émeuvent" a une dimension comique folle. Mais passons outre, voulez-vous -, et qu'elle transcrit avec ce que l'on perçoit comme une grande sensibilité. 

Pour ne rien gâcher, le récit en lui-même se lit dans le plaisir le plus total, les pages se tournant avec aisance et intérêt dès les tous premiers instants de découverte de l'histoire. Bien que rien ne paraisse hors du commun, l'alchimie opère, et on se pique d'intérêt et d'affection pour les destins plus ou moins croisés d'Anil et Leena, qui subissent chacun de leur côté discrimination et injustice sans jamais que le texte ne bascule dans le pathos. Tout est loin d'être rose, mais on reste heureusement dans une vraie justesse et crédibilité, et un bel équilibre dramatique se maintient tout au long du roman, même si bien évidemment, les éléments de conclusion sont dans l'ensemble assez faciles à deviner. Mais est-ce vraiment l'essentiel dans la mesure où le livre est largement satisfaisant par son intrigue et son atmosphère globales ? 

En bref, un récit immersif, intense et touchant, qui n'évite pas complètement certaines facilités, mais parvient remarquablement bien à proposer un contenu riche, original et éclairant. On referme Un fils en or avec une indescriptible soif de voyage, d'ouverture d'esprit, et un sourire plein d'espoir aux lèvres. Une plongée agréable et intelligente auprès de personnages dont l'humanité et les doutes sont encore plus justes que leurs qualités...

Note attribuée : 8/10 : Avoue que tu as abandonné le projet de déchiffrer le nom de l'auteure. Il n'y a pas de honte. 

4 commentaires:

  1. Ah mais je connais l'auteure ! Je l'ai étudiée pour mon cours d'anglais sur la condition des femmes en Inde - passionnant mais horrifiant- ! ( ''The Secret Daughter'' si ça te dit )
    Il faudrait, en effet, que je me penche un peu plus sur la bibliographie sur cette grande auteure qui aborde des thèmes profonds.

    Ps : si tu veux approfondir la question je te conseille de taper ''Gendercide Awareness Project '' sur internet... mais prépare les mouchoirs....

    (Désolée d'avoir plombé l'ambiance, mais ça m'a tellement marquée... )

    RépondreSupprimer
  2. Complètement d'accord avec ta chronique super bien écrite et ravie de voir que tu l'as aimé au moins autant que moi !

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas ce livre mais le sujet qu'il aborde me parle et j'ai bien envie d'en savoir plus. Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
  4. Je m'intéresse de plus en plus à l'Inde alors je note ce livre !! Tu donnes très envie de le lire ^-^

    RépondreSupprimer