La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

samedi 10 janvier 2015

À la vie, à la mort ! de Celia Bryce — Chronique n°61

"Megan croyait aux miracles. Ils se produisaient quand on les attendait le moins, estimait-elle. Parfois elle priait pour qu'ils adviennent, mais pas comme priait Mme Lemon, en égrenant un chapelet ou en allumant des cierges à l'église. Le miracle auquel elle aspirait le plus en ce moment eût été de descendre au bloc opératoire et que le chirurgien découvre que sa tumeur avait complètement disparue. Et si ce n'était pas possible, simplement de voir Jackson avant de partir."

Titre : À la vie, à la mort !
Auteur : Celia Bryce
Genre : Realistic Fiction
Éditions : Albin Michel (collection Wiz)
Résumé : Atteinte d’une tumeur au cerveau, Megan doit entrer à l’hôpital pour suivre une chimiothérapie. À son grand dépit, elle est transférée dans une unité de soins pour enfants… où le seul qui semble avoir plus de cinq ans est Jackson Dawes. Et tout le monde adore l’irrésistible Jackson, des enfants aux parents, sans compter les infirmières. Très vite, Megan se laisse apprivoiser aussi. Il lui rase la tête parce que de toute façon elle va perdre ses cheveux. Ils partent pour des balades nocturnes dans d’autres bâtiments puisque de toute façon qu’est-ce qu’une réprimande, ils vont peut-être mourir. Au mépris du règlement et de la maladie, Megan et Jackson se réinventent une vie de hors-la-loi, hors-la-maladie, même si chacun sait que le temps est compté…

---------------------------------------------------

Aujourd'hui, je vais vous parler d'une déception, et c'est vraiment quelque chose que je n'aime pas faire, mais je considère qu'il est de mon "devoir" de blogueuse d'être honnête quant à mes lectures, et de dire quand je suis déçue. Je ne cherche cependant en aucun cas à dénigrer ce livre, qui a ses qualités (que je souligne) et qui saura plaire à beaucoup de monde !

Je suis tombée sur ce livre en librairie, par hasard, le jour de sa sortie, et le résumé m'a rapidement convaincue. J'ai dévoré À la vie, à la mort ! en une journée, mais je dois avouer que je m'attendais à quelque chose de légèrement différent... 

Il s'agit d'un (énième) roman sur le cancer, retraçant la maladie de Megan Bright. La narration est à la troisième personne, ce que j'ai regretté, étant donné qu'on a uniquement le point de vue de Megan !

L'héroïne, Megan, a presque quatorze ans, mais sa maturité serait plus celle d'une préadolescente capricieuse de onze ans. Je l'ai vraiment trouvée très antipathique, à se plaindre tout le temps...
Certains personnages secondaires m'ont parfois paru légèrement stéréotypés : par exemple, les adolescentes qui parlent de maquillage et de garçons sans avoir d'autres sujets de conversation...
Jackson n'apparaissait pas assez souvent à mon goût, et c'est dommage, parce que les passages où il est en compagnie de Megan sont mes préférés, et leur relation (bien qu'il ne s'agisse pas de l'incroyable romance qu'on pense trouver) m'a bien plu.
Assez évidemment, le personnage qui m'a le plus touchée est Sardine, parce qu'il existe bien trop d'enfants ayant la même vie qu'elle, et qu'on ne peut qu'être peiné, horrifié, par ce qu'ils endurent.

Je crois que je m'attendais à un coup de poing émotionnel, à une lecture tellement intense que j'en ressortirais... hébétée, sous le choc. Malheureusement, ça n'a pas été le cas. J'ai lu ce roman d'une traite, et j'avais envie de connaître la suite (et fin), mais je trouve que tout allait beaucoup trop vite et était presque survolé ! La maladie est beaucoup moins présente que je ne m'y attendais, presque un prétexte, et je trouve que l'auteure n'est pas allée au fond de ce qu'elle a entrepris – sans doute par pudeur, parce qu'elle s'adresse à un public jeune...

Malgré tout, je tiens à mettre en valeur ce qui m'a plu : il est extrêmement facile de lire ce roman, grâce à la fluidité de l'écriture de l'auteure.les héros ne se laissent jamais abattre par la maladie, et au final, le livre est rempli de bons sentiments. Il n'y a jamais de fatalité par rapport au cancer, 
Si je devais retenir une seule chose de ma lecture, ce serait cet optimisme et cet espoir permanent, malgré les horreurs qui peuvent arriver n'importe quand à n'importe qui. 

Un détail sur l'objet-livre... La couverture ne m'a pas vraiment emballée, tout comme le jaune que j'ai trouvé... criard.

En bref, une petite déception, mais tout de même une jolie histoire pleine d'espoir, avec une fin que je pense bien choisie.

Note attribuée : 5/10 : un livre avec un joli message sur le cancer qui saura plaire à certains, mais qui ne m'a pas convaincue comme je l'espérais. Dommage !

4 commentaires:

  1. Ce qui me dérange un peu avec ce livre, c'est que je trouve que la couverture est beaucoup trop dans le même genre que celles des rééditions des livres de John Green... En plus en sachant que ça parle de cancer, je trouve que ça fait trop "on surfe sur la vague de Nos étoiles contraires". Bref, je sais pas si je suis la seule à penser ça ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis complètement d'accord avec toi ! C'est dommage...

      Supprimer
  2. Tu connais mon avis sur ce genre de livre (même ceux que tu préfères, je ne donnerai pas de noms... xD), donc si celui-là t'as en plus déçue, je pense que je vais m'abstenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense en effet qu'il vaut mieux que tu t'abstiennes...

      Supprimer