La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image">

mardi 25 novembre 2014

Half Bad de Sally Green — Chronique n°47

"Someone once said that the best way to find out if you can trust somebody is to trust them."

"On m'a dit un jour que le meilleur moyen de découvrir si quelqu'un est digne de confiance, c'est de la lui accorder."

Titre : Half Bad
Auteur : Sally Green
Lu en : Anglais
Genre : Paranormal : Sorcellerie | Thriller
Éditions : VO – Penguin Books
Nombre de pages : 384

Résumé anglais :  Wanted by no one.
Hunted by everyone.
Sixteen-year-old Nathan lives in a cage: beaten, shackled, trained to kill. In a modern-day England where two warring factions of witches live amongst humans, Nathan is an abomination, the illegitimate son of the world's most terrifying and violent witch, Marcus. Nathan's only hope for survival is to escape his captors, track down Marcus, and receive the three gifts that will bring him into his own magical powers—before it's too late. But how can Nathan find his father when there is no one safe to trust, not even family, not even the girl he loves?



Existe aussi en français
Titre : Half Bad, tome 1 — Traque Blanche
Éditions : Milan
Résumé : Dans l’Angleterre d’aujourd’hui, deux clans de sorciers vivent en secret au côté des humains : les adeptes de la magie blanche et les sorciers noirs. Mais la naissance de Nathan vient bousculer l’équilibre des forces car il est à la fois un sorcier blanc et un sorcier noir. Son père est un des plus puissants et cruels sorciers du monde. Sa mère, adepte de la magie blanche, est morte. A 16 ans, Nathan va recevoir ses pouvoirs comme tous les sorciers. Mais il n’est pas comme tous les sorciers… Son clan va décider de l’enfermer : Nathan est piégé dans une cage, battu et menotté. Les frontières entre le bien et le mal n’ont jamais été aussi floues et menacées.

------------------------------------------------

ALORS. Cette chronique a beaucoup de retard, je m'en excuse, mais j'ai eu beaucoup de mal à la rédiger. Alors je me lance (enfin).

En commençant ma lecture, je m'attendais à un (énième) coup de cœur. Ce n'est malheureusement pas le cas. Pourquoi donc ?

Tout partait merveilleusement bien. La première partie du livre est écrite à la... deuxième personne ! L'écriture est hachée, les phrases courtes, pour refléter les pensées désordonnées et l'état mental sans doute fragile du personnage principal, qui est juste enfermé dans une cage à ce moment de l'intrigue. Il a donc ses raisons. On passe vite à une narration à la première personne, mais l'écriture m'a toujours autant plu tout au long du roman. La plume de Sally Green est vraiment particulière, unique, et terriblement efficace. 

J'ai donc trouvé ce premier tiers absolument génial. Rien n'a pu me sortir de ma lecture, j'étais totalement absorbée. En plus, l'univers de sorciers créé par l'auteure m'a passionnée ! Et puis...

Et puis tout ralentit.
Nathan est le fils d'une sorcière Blanche (les sorciers Blancs étant les gentils) et d'un sorcier Noir (les sorciers Noirs étant les... les... bravo, vous avez trouvé). Sa situation est unique, et préoccupante pour les dirigeants des sorciers Blancs qui se demandent comment il va tourner. Ces sorciers vont donc restreindre toutes les libertés de Nathan, jusqu'à devenir carrément hostiles, et à l'enfermer dans une cage. 

Sauf que le jour de son dix-septième anniversaire, chaque jeune sorcier doit participer à sa cérémonie du Don, au cours de laquelle il doit recevoir trois présents et boire le sang d'un de ses parents ou grands-parents. Grâce à tout ce cérémonial, il aura accès à son Don, un pouvoir magique plus ou moins puissant.
Sauf que si un jeune sorcier Noir ne peut pas recevoir ses pouvoirs le jour J... il meurt.
Nathan est donc poursuivi par cette terrible échéance, cherchant à tout prix à accéder au sang d'un de ses parents... Pourquoi pas celui de son père, qu'il rêve secrètement de rencontrer ?

Le gros milieu du roman est donc le looong récit de la quête de Nathan. Récit bien trop répétitif. J'ai quand même suivi, un peu lentement, je l'avoue.
Cependant, vers la fin, l'action s'accélère et la fin, bien qu'un peu prévisible, me donne très envie de me jeter sur le tome 2, Half Wild, qui ne sort que ce printemps-ci.

Je suis tombée amoureuse des personnages. Littérairement parlant, bien entendu. Ils ne peuvent pas laisser indifférent, que ce soit les "méchants" ou les "gentils". Ils sont tous bien exploités, et on se souvient de chacun d'entre eux, même ceux qui n'apparaissent que très peu de temps dans le récit. Surtout, j'ai beaucoup aimé la famille de Nathan — sauf Jessica, mais cela va de soi. 
Mon préféré reste Nathan, un garçon fascinant. Durant tout le livre, on voit constamment la lutte entre ses deux personnalités : le sorcier Blanc et le sorcier Noir... Nathan a parfois des réactions complètement inattendues qui peuvent être agaçantes ou intéressantes !

La romance, peu présente dans l'ouvrage, n'est vraiment pas le cœur de l'intrigue. Je pense que ce thème sera plus présent par la suite...

En résumé, un livre qui vaut la peine d'être lu rien que pour l'écriture de l'auteure et ce début génial, même si les longueurs du milieu peuvent être un peu décourageantes. 
Au-delà de la simple histoire de Nathan, le roman véhicule un vrai message sur le racisme et la discrimination... Half Bad reste tout de même un livre que je conseillerais !

C'était mon premier roman en VO, et j'ai trouvé cet anglais vraiment accessible ! :)
Note attribuée : 7,5/10

8 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je l'ai beaucoup aimé, surtout le début que j'ai a-do-ré :)

      Supprimer
  2. Je suis So Very d'accord avec tout ce que tu dis! Les personnages sont géniaux (surtout Celia) et ne peuvent pas laisser indifférents. Mais on s'fait un peu chier (oui oui, j'ai dis ça. J'ai été incroyablement mal éduquée) pendant toute une partie du livre. Mais vivement la suite quand même. Parce que la couverture est verte. VOILA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bon, je pardonne ta mauvaise éducation. Parce que tu as raison.
      Bah oui, c'est obligé de lire la suite, parce que la couverture est verte (j'aime le vert. C'est un peu la couleur dominante de mon blog je crois). VOILA.

      Supprimer
  3. Je lis beaucoup d'avis assez négatifs sur ce livre :( Je ne pense pas me laisser tenter :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je suis un peu mitigée surtout à cause du "milieu"... :/

      Supprimer
  4. J'ai vu beaucoup d'avis différents sur ce livre... Il est dans ma PAL et il m'intrigue, donc je le lirai quand même, mais en essayant de ne pas trop en attendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que personne n'est d'accord... Je pense que ça vaut le coup que tu le lises, en n'en attendant pas trop, pour ne pas être trop déçue ! :)

      Supprimer