La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image"> Hebergeur d'image Hebergeur d'image

mardi 21 octobre 2014

Vers le bleu de Sabrina Bensalah — Chronique n°36

"Les étoiles ont continué de filer et de tracer de mille feux ma ligne de vie dans le sombre du ciel."

Titre : Vers le bleu
Auteur : Sabrina Bensalah
Éditions : Sarbacane (collection Exprim')
Nombre de pages : 188
Résumé : Coincée dans une caravane entre une mère irresponsable et une petite sœur farfelue, Nel, 18 ans, voudrait fuir sa vie trop étroite. Partir loin, juste après l'élection de la Mini-Miss Camping à laquelle Noush rêve de participer...


Mais rien ne se passera comme prévu, dans la vie "cabossée bizarre" de Nel et Noush. Et tant mieux, au fond : sinon, comment pourraient-elles espérer aller un jour vers le bleu ?

-----------------------------
Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Sarbacane (et en particulier Juliette) pour ce merveilleux envoi !


Vers le bleu, c'est l'histoire de deux sœurs, Ornella, qu'on appelle Nel, 18 ans, et Anoushka, surnommée Noush, 9 ans. Leur situation est plus que difficile : elles vivent dans une caravane en compagnie d'une mère absente et complètement irresponsable. 
Nel, qui a dû renoncer à son année de Terminale et à son bac pour s'occuper de sa sœur, rêve secrètement de s'échapper. Malheureusement, elle est devancée par la Mère (comme l'appelle si bien Nel), qui part sans crier gare, laissant les deux filles seules.

J'ai été très touchée par les deux sœurs. Noush, jeune et insouciante, des rêves plein la tête, qui envahit sa grande sœur sans s'en rendre compte. Et Nel, qui doit faire face à des responsabilités dont on n'a normalement pas à se soucier à son âge, et qui tente de se débrouiller par tous les moyens. Elles s'aiment, s'agacent parfois, mais gardent une complicité unique.
Les autres personnages sont également bien exploités et travaillés : Émilien, Anémone, et tous les autres "habitants permanents" du camping.

La situation précaire de Nel et Noushka, des personnages de fiction, est bien réelle, on en a vraiment conscience tout au long du roman. Cela laisse à réfléchir sur la chance que nous avons d'avoir la certitude de dîner correctement chaque soir, par exemple, ou d'avoir un logement décent.
Il y a également une autre intrigue de fond, à propos des résidences secondaires achetées à prix d'or par des touristes fortunés, qui restent vides dix mois par an, à cause desquelles les prix du marché augmentent et les locaux ne peuvent trouver d'hébergement : encore un fait réel très problématique qu'on oublie souvent.

L'auteur a une plume magnifique. C'est d'autant plus remarquable que la narration est faite à la première personne par Nel, et que le langage utilisé est donc oral et familier... et malgré cela, on sent une certaine élégance dans les tournures de phrase, et surtout, une grande authenticité. Rien ne sonne faux, on a vraiment l'impression que c'est une jeune fille de 18 ans qui s'exprime.

C'est un tout petit livre, même pas 200 pages, qu'on dévore en un rien de temps ! Je l'ai lu d'une traite, complètement... dedans. Il ne peut pas laisser indifférent.
J'ai refermé ce livre avec un grand sourire aux lèvres. Il est plein de bons sentiments, d'amour, et surtout d'espoir. Si je devais résumer Vers le bleu en un mot, ce serait sûrement celui-ci : "espoir". L'espoir qui habite continuellement Nel, et nous, lecteurs, également. 

On rit souvent, dans ce livre. On est attristé, ému, horrifié... Tout ça en 188 pages. Chapeau.

Vers le bleu est une petite bombe d'émotions brutes, un livre qu'on ne s'attend pas à aimer autant. Une chose est sûre, si Sabrina Bensalah écrit un autre roman, je serai la première à me le procurer ! 

En bref, une très belle leçon de vie, avec des personnages émouvants, une magnifique écriture... Un petit roman unique.
Vous ne l'avez pas lu ? Foncez.

Note attribuée : 9,5/10 : pas un coup de cœur, mais vraiment pas loin...


2 commentaires: