La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

h-ros le-paradoxe dix-sept girl why brexit_romance le_malheur_du_bas

lundi 23 octobre 2017

La Nuit des Temps de René Barjavel - Chronique n°379

Titre : La Nuit des Temps
Auteur : René Barjavel
Genre : Science-Fiction
Editions : Pocket
Nombre de pages : 394
Lu en : français 
Résumé : Dans l'immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé du relief sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace...

Que vont découvrir les savants et les techniciens venus du monde entier qui creusent la glace à la rencontre du mystère ?

------------------------------------------------------------

En plein milieu de l'Antarctique, au cours d'une banale mission d'exploration, une équipe de scientifiques français découvre avec stupéfaction un signal émanant des profondeurs du sol, enfoui à plus de 900 mètres sous le niveau de la mer. Aussitôt, on dépêche les meilleurs experts du monde entier, les machines les plus sophistiquées et les techniques de communication les plus subtiles pour venir à bout du mystère de cette trace de vie dans le lieu le plus désolé de la planète...
Et ce qu'ils s'apprêtent à trouver va non seulement bouleverser leurs connaissances, mais aussi leur vision de l'humanité.

La Nuit des temps est un classique de la science-fiction française, un roman qu'il est intéressant de découvrir à la fois pour son histoire prenante d'un bout à l'autre, mais aussi pour déceler tous les petits détails de l'oeuvre qui ont inspiré la postérité, et enfin pour se rendre compte de l'évolution de notre monde depuis la fin des années 60 où il a été écrit. 

Tout d'abord donc, l'histoire, qui s'avère extrêmement surprenante, imprévisible à plus d'un égard, et curieusement attachante. Sans vraiment s'en rendre compte, on se laisse convaincre par la narration assez "premier degré", qui présente les faits, les conclusions que les personnages en retirent, les enjeux, de façon assez didactique sans être pesante. Tout le texte est marqué par un lyrisme saisissant et d'autant plus surprenant qu'il se trouve aussi bien dans de denses descriptions techniques que dans de grandes déclarations d'amour. Barjavel mélange les atmosphères, les époques, les genres, pour un résultat tout sauf écœurant qui ne peut au contraire que contaminer le lecteur par son enthousiasme. 

Tous les ingrédients de ce qui constitue la science-fiction actuelle sont déjà présents : l'imagination fourmillante, le sens du récit, mais aussi et surtout le regard porté sur son monde par l'auteur. Barjavel écrit en pleine Guerre Froide, à une époque où le monde se divise en des termes absurdes, et cela se ressent dans son oeuvre visionnaire sur bien des aspects - il imagine déjà de grandes révoltes étudiantes alors qu'il écrit en 66 ! La science-fiction est après tout paradoxalement le genre le plus éloigné du réel... et celui qui le décrit le mieux. 
Le roman se teinte ainsi d'une atmosphère presque idéaliste qui rêve d'un monde tout simplement pur et parfait, là où beaucoup d'oeuvres actuelles envisagent l'humanité en nuances de gris. Dans La Nuit des temps, la perfection n'est pas un mythe, mais un niveau d'évolution de l'espèce humaine. 

L'histoire n'est pas seulement celle de scientifiques, de beaucoup de terre gelée et de quelques foreuses, mais aussi celle de toute une espèce, de toutes ses sensibilités et ses potentialités. Est-ce naïf ? Est-ce du génie ? Est-ce complètement fou ? Impossible de le dire, mais en tout cas, c'est diaboliquement saisissant. 

"Nous avons quelque chose en commun qui est plus fort que nos différences : c'est le besoin de connaître [...] Nous appartenons à toutes les disciplines scientifiques, à toutes les nations, à toutes les idéologies. Vous n'aimez pas que je sois une Russe communiste. Je n'aime pas que vous soyez de petits capitalistes impérialistes lamentables et stupides, empêtrés dans la glu d'un passé social en train de pourrir. Mais je sais, et vous savez que tout ça est dépassé par notre curiosité. Vous et moi, nous voulons savoir. Nous voulons connaître l'Univers dans tous ses secrets, les plus grands et les plus petits. Et nous savons déjà au moins une chose, c'est que l'homme est merveilleux et que les hommes sont pitoyables, et que chacun de notre côté, dans notre morceau de connaissance et dans notre nationalisme misérable, c'est pour les hommes que nous travaillons."

L'âge de l'oeuvre ne se ressent donc pas dans l'intrigue en elle-même, aussi dynamique et prenante que si elle avait été imaginée hier, mais dans certains aspects du récit, notamment la façon dont sont décrites les femmes - quelques petites perles de misogynie sont à attendre - ou encore les différentes "races" humaines - c'est Barjavel qui emploie ce mot pour le moins douteux aujourd'hui. Tout n'est évidemment pas à prendre au mot dans ce récit qui remonte tout de même à plus de cinquante ans, mais il est indéniable que La Nuit des temps, dans sa passion, sa poésie, son lyrisme et son discours sans concessions, a encore beaucoup à apporter aux lecteurs de tous âges. 

6 commentaires:

  1. Un classique que j'aimerai bcp lire !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai adoré ce livre, il est vraiment chouette :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et surtout très très original et en avance sur son temps !

      Supprimer
  3. J'avais déjà été bluffée par l'intelligence du Grand Secret alors quand j'ai lu celui-ci, j'ai compris que je ne pouvais plus me passer de cet auteur. Les thèmes abordés, la manière de les exploiter, tout parait cohérent et en même temps fou, c'est passionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me donnes envie de me pencher sur les autres titres de l'auteur ;)

      Supprimer