La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

dimanche 25 décembre 2016

La Maison des Intentions Particulières de John Boyne - Chronique n°278

Titre : La Maison des Intentions Particulières
Auteur : John Boyne
Genre : Historique
Editions : Pocket
Lu en : français
Nombre de pages : 544
Résumé : Russie, 1915. Un acte de bravoure a fait passer en un instant le jeune Gueorgui de simple moujik à garde du corps du tsarévitch, le jeune Alexeï. Il quitte alors son petit village de Kachine et la rudesse du monde paysan pour les fastes du palais d'Hiver à Saint-Pétersbourg. 
Désormais, son destin est lié à celui, tragique, des Romanov. C'est un nouveau monde qui s'ouvre à lui, côtoyant quotidiennement la famille du tsar et, surtout, la belle Anastasia. 
Mais la révolution approche et va s'écrire dans le sang. Obligé de fuir, Gueorgui emportera avec lui bien plus que ses souvenirs de la Russie impériale... 

-------------------------------------------------------------------------

Ô, gentil lecteur. Halte.

Ne prête pas attention à l'horripilant sous-titre de cet ouvrage, qui semble le ranger d'office dans la catégorie des romances Harlequin hautement prévisibles et dégoulinantes de stéréotypes. Non, ignore-le pour n'écouter que la parole plus ou moins éclairée de Tante Capucine.
L'histoire d'une passion secrète. Mais qui, qui a pu faire une chose pareille ?

Ce livre va te voler ton sommeil, te broyer et te réchauffer ton petit cœur dans le même temps, te faire voyager des steppes glacées de Russie jusqu'à Paris en passant par le palais d'Hiver de Saint-Pétersbourg.

En plus, regarde le nom de l'auteur : c'est lui qui a écrit Le Garçon au Pyjama Rayé. Ca force le respect, pas vrai ?

Très bien, me diras-tu, mais de quoi parle-t-il, ton livre au titre à rallonge et au sous-titre épouvantable à ignorer ?
D'amour, de guerre, de secrets. Il s'appuie sur le destin d'un jeune Russe à première vue sans histoire, Gueorgui, qui grandit dans une campagne pauvre et oubliée, jusqu'à ce qu'il commette un jour un acte de bravoure exemplaire sous les yeux d'un membre du gouvernement, ce qui le propulse au palais d'Hiver de Saint-Pétersbourg au poste convoité de garde rapproché de la famille impériale. 

Très bien, me diras-tu encore,  mais alors ?
Je vais te dire, notre petit Gueorgui vit ces événements à partir de 1915. 1916. 1917.
1917, Russie, ça te dit quelque chose ? Indice : ça pique pour le tsar. Donc pour son garde, légèrement aussi.
Ah oui, tout de suite, ça devient intrigant, ce roman, n'est-ce pas ? Je n'en dirai pas plus

Sache que ce récit est construit d'une façon telle qu'il est impossible de le reposer : les chapitres concernant la jeunesse de Gueorgui alternent avec d'autres reliés à différents moments de sa vie, dans un ordre antichronologique, qui se rapprochent donc de plus en plus de cette époque de la Révolution russe... L'écriture est sensible et juste, et transporte avec aisance son lecteur entre les époques et les décors. Une tension se crée très vite alors que se profilent les contours d'une révélation fracassante, que tu devineras peut-être dans ta grande perspicacité.

Personnellement, lorsque j'ai compris de quoi il en retournait, j'ai jeté le livre à terre en poussant de petits piaillements d'excitation.
A peu de chose près.

La Maison des Intentions Particulières est une lecture à la fois excitante par son suspense et son rythme et apaisante par la profondeur des portraits psychologiques de ses personnages et de la justesse des liens qui les unissent, un récit aussi réaliste et convaincant historiquement parlant que sentimentalement. Cet ouvrage promet un moment passionné de lecture, une surprise de taille qui rend le roman ultimement mémorable : il s'est déjà écoulé plusieurs mois depuis que j'ai terminé ce roman, et il me hante au point que j'ai très envie de le relire. 

Et puis, pourras-tu trouver une couverture plus raccord avec la saison ? Non, te dis-je, non. Allez, va lire.

Note attribuée : 9/10

5 commentaires:

  1. Le fait que ce soit de l'auteur du Garçon au Pyjama Rayé, me rend déjà attentive. Et puis, ta chronique donne forcément envie de s'y attarder !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne pourrais que gagner à t'y attarder en tout cas :)

      Supprimer
  2. J'ai adoré ce livre également c:

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu un OVNI pas vrai ? Je l'ai trouvé totalement par hasard...

      Supprimer
  3. Super chronique ! Tu sais vraiment donner envie de lire un livre ^^

    RépondreSupprimer