La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

vendredi 11 novembre 2016

Sauveur et fils saison 2 de Marie-Aude Murail - Chronique n°264


Titre : Sauveur et fils saison 2
Auteure : Marie-Aude Murail
Genre : Contemporain
Editions : Ecole des Loisirs (collection Medium)
Lu en : français
Nombre de pages : 320
Résumé : Côté jardin, Sauveur mène sa vie avec son fils Lazare, 9 ans et il a quelque espoir de reconstruire une famille avec Louise et ses deux enfants. Côté ville, Sauveur reçoit ses patients : Ella, qui se travestit en garçon, Blandine, qui se shoote aux bonbons, Samuel, qui ne se lave plus, etc. Mais n oublions pas pour autant les autres espèces animales dans cette saison 2. Vivent les hamsters, les ouistitis, et en guest-star : Pépé le putois ! 

--------------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions de l'Ecole des Loisirs et en particulier à Coline pour ce bel envoi !

--------------------------------------------------------

Aucun spoiler d'aucune sorte dans cette chronique, mes braves !

Les mots me manquent pour exprimer la merveillosité flagrante de Sauveur et fils, dont les deux saisons ne semblent que se sublimer l'une et l'autre et confirmer la qualité de ces personnages, de ces histoires.

Il y a Ella, qui préférerait s'appeler Eliott. Madame Germain, qui lutte contre ses TOC. Une institutrice débordée, une toute jeune réfugiée politique traumatisée, une mythomane et un adolescent privé de père. C'est bel et bien un microcosme qui se constitue dans la salle d'attente de Sauveur, au sein de sa vie privée même. Sans voyeurisme aucun, sans aucun drame pesant, on suit ces destins parfois brisés en conservant la note d'espoir et de vérité qui marque ces romans.

La plongée dans le quotidien du psychologue Sauveur Saint-Yves est enivrante dès les tous premiers instants, et ne fait que devenir plus authentique et touchante au fil du récit. D'une saison à l'autre, on retrouve des personnages incroyablement justes, des dialogues tour à tour légers et graves, vifs et profonds, et on ne peut que tomber sous le charme.
Sauveur Saint-Yves est la figure de proue de ces romans, et sa présence est toujours un plaisir pour le lecteur. Il apparaît comme la sympathie et la compréhension même, un personnage à la bienveillance et à la sagesse à fondre... S'il reste faillible évidemment, à trop vouloir jouer le super-héros, cela ne fait que le rendre plus légitime encore à nos yeux.
Quand je vous dis que je l'aime, je suis sérieuse.

Marie-Aude Murail établit au fil des destins décrits une typographie tendre et humaine des adolescents d'aujourd'hui, de leurs parents, des relations qui les unissent, des incompréhensions qui les éloignent. C'est drôle, c'est parfois mélancolique, mais toujours empreint de justesse... et le roman demeure terriblement réjouissant. Loin de tout cliché, de tout préjugé, l'auteure témoigne d'une compréhension et d'une tolérance impressionnantes envers le genre humain, tout simplement. L'intrigue est loin de n'aborder que des sujets gais et réjouissants, mais lorsqu'elle s'aventure dans des zones plus sensibles, elle le fait sans lourdeur, sans mélodrame et sans gêne aucune.

La seule chose qui me dérange profondément avec ce roman, c'est qu'il est fictif.
Sauveur. N'existe. Pas.
Eh oui.
Ce fut une vérité dure à intégrer.

Mais cela ne signifie pas que ces personnages n'ont aucune incidence possible sur notre monde, au contraire, ils constituent chacun un fragment de vie, une leçon, qui nous frappe et nous marque durablement. On se souvient bel et bien de Sauveur et fils, on retient les enseignements que l'on y a reçus, on n'oublie pas la chaleur humaine et la bienveillance que l'on a pu ressentir grâce à lui.

En bref, un roman lumineux et même solaire, empreint d'un espoir contagieux. Le message de tolérance porté par l'auteure est étoffé aussi bien par l'amour qui unit les personnages que par les malheurs auxquels ils sont confrontés. Il faut faire la connaissance de Sauveur Saint-Yves, de ses patients, de ses hamsters, parce que Sauveur et fils est le feel-good book par excellence, par essence, et vous serez tous d'accord avec moi pour dire que l'on a besoin de textes aussi inspirants, drôles et profonds que celui-ci.

Et de hamsters, aussi.

Note attribuée : 9,5/10 : la saison 3, la saison 3 !
*piaillements hystériques*

4 commentaires:

  1. J'avais adoré la saison 1 et tu me donnes tellement envie de lire la 2...

    RépondreSupprimer
  2. La saison 1 a déjà beaucoup d'avis positifs donc ta chronique de cette suite me donne forcément envie de lire cette histoire ;)

    RépondreSupprimer