La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

dimanche 28 août 2016

Harry Potter and the Cursed Child de J. K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne — Chronique n°239

“Harry, there is never a perfect answer in this messy, emotional world. Perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. In every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again. Be honest to those you love, show your pain. To suffer is as human as to breathe.”

[Harry, il n'existe pas de réponse parfaite dans ce monde désordonné et régi par les émotions. La perfection est hors de portée de l'humanité, hors de portée de la magie. Dans chaque moment étincelant de bonheur, on retrouve cette larme de poison : savoir que la souffrance reviendra. Sois honnête envers ceux que tu aimes, montre-leur ta souffrance. Souffrir est aussi humain que respirer.]

Titre : Harry Potter and the Cursed Child
Auteurs : J. K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne
Genre : Fantastique | Théâtre
Éditions : Little, Brown UK
Lu en : anglais
Nombre de pages : 343
Résumé : Based on an original new story by J.K. Rowling, Jack Thorne and John Tiffany, a new play by Jack Thorne, Harry Potter and the Cursed Child is the eighth story in the Harry Potter series and the first official Harry Potter story to be presented on stage. The play will receive its world premiere in London’s West End on July 30, 2016.



It was always difficult being Harry Potter and it isn’t much easier now that he is an overworked employee of the Ministry of Magic, a husband and father of three school-age children.

While Harry grapples with a past that refuses to stay where it belongs, his youngest son Albus must struggle with the weight of a family legacy he never wanted. As past and present fuse ominously, both father and son learn the uncomfortable truth: sometimes, darkness comes from unexpected places.


-------------------------------------------------------------

Harry Potter, HARRY POTTER, mes amis. Tout le monde a beau déclarer qu'il s'agit de la meilleure saga de tous les temps, on ne peut s'empêcher de se l'approprier secrètement, de s'autoaffirmer seul et unique à bien en saisir la beauté et la poésie. Il est inouï de voir à quel point un roman aussi largement lu et diffusé peut trouver une résonance à ce point personnelle en un tel nombre de lecteurs ! 

Je fais assurément partie de ces adorateurs, ces grands enfants qui ne se lassent jamais de relire et relire à l'envi les sept ouvrages qui composent cette série, et qui espèrent tout en redoutant un huitième tome, qui n'aurait jamais dû arriver, mais qui s'est finalement présenté sous une forme inattendue : le script d'une pièce de théâtre. Une année durant, on a pu contempler les portraits des acteurs de la pièce, et fixer frénétiquement la couverture dorée de ce huitième tome alternatif, qui n'en était pas vraiment un.
Et puis enfin, l'attente a touché à son terme, et l'ouvrage s'est retrouvé entre nos mains fébriles.

Ce n'était pas le huitième tome qu'on a parfois pu souhaiter. Surtout, ne vous attendez pas à un roman complet, aussi riche que les sept précédents. Vous seriez déçus, vraiment.
Mais peu importe, vous dirai-je. The Cursed Child est une savoureuse lecture, un peu rapide, un peu simple, mais à laquelle on prend plaisir, et que l'on vit comme un délicieux appendice, un bonus inespéré. 

L'intrigue est évidemment plus condensée que celles qui l'ont précédée, un peu plus "basique" peut-être par rapport à d'autres aux enjeux multiples, mais il fallait évidemment faire au plus clair pour que la compréhension des spectateurs soit plus aisée. On s'immerge avec plaisir dans le destin longuement fantasmé d'Albus Potter, fils cadet du héros, dont la scolarité à Poudlard s'avère des plus décevantes et éprouvantes. Albus, en rébellion totale par rapport à un père en lequel il ne se reconnaît pas, va tenter à sa manière de s'illustrer, d'apporter à son tour quelque chose à ce monde, de trouver sa voie d'une certaine façon, lui qui porte comme un fardeau la renommée de Harry. Mais évidemment, rien ne va se dérouler comme prévu... 

L'écriture, les personnages, les thématiques sont très différentes de ceux propres aux sept premiers Harry Potter. Ce que les lecteurs retenaient de la plume de J. K. Rowling, ses descriptions, la retranscription si juste des sentiments de ses personnages, n'est plus présent : ne subsistent que ses dialogues, toujours aussi vifs et enlevés, mais qui restent, il faut l'avouer, une partie seulement de ce qui faisait le charme de la prose harrypotteresque. 
Ce changement est cependant loin d'être un mauvaise chose à mes yeux : on sait très bien que l'écriture de J. K. Rowling est excellente. Sept romans nous l'ont déjà démontré, il n'est pas besoin de s'appesantir là-dessus. Pourquoi ne pas s'essayer à un autre genre littéraire ?

L'adaptation est réussie, les didascalies témoignant tout de même de ce talent pour la description et la création d'atmosphères. Les dialogues sont d'une vivacité remarquable, l'action dense mais judicieusement rythmée, les décors et effets spéciaux très nombreux, faisant sans doute de cette pièce un exploit technique ! Il est bien entendu quelque peu frustrant de ne profiter que du script, et de ne pas avoir sous les yeux sa représentation... Mais un jour, peut-être...

En bref, un ouvrage indéniablement différent de l'heptalogie originale de Rowling, mais pas forcément dans un mauvais sens ! On ne peut qu'apprécier le renouvellement de l'auteure, qui réinvestit tout de même des éléments phares de ses premiers romans, tout en introduisant de nouveaux personnages, de  nouveaux enjeux, pour créer une intrigue très divertissante, assurément enchanteresse, qui se suffit à elle-même pour captiver son spectateur ou lecteur le temps d'une représentation... The Cursed Child est loin d'être à mes yeux un opus de la saga Harry Potter à part entière, mais s'apparente plutôt à un sympathique spin-off, ou à une fanfiction de très grande qualité ! On ne peut en tout cas, à la lecture de ce script, s'empêcher de rêver de découvrir cette histoire débordante de magie sur scène...

Note attribuée : 8/10

16 commentaires:

  1. Un sympathique spin-off, oui... Qui m'a déclenché une petite panne livresque ^^ Bref, il y a du bon et du moins bon. Ce qui était surtout cool, c'était de retrouver cet univers ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis d'accord, avec du recul je suis peut être un peu moins enthousiaste que ce que laisse entendre ma chronique...

      Supprimer
  2. J'ai hâte de le découvrir à mon tour même si j'attendrai sûrement son acquisition à la médiathèque (traduit en français) pour le lire :) En tout cas, je serai préparée à ne pas attendre un 8ème tome à part entière ^^

    RépondreSupprimer
  3. J'ai aimé retrouver l'univers mais rien de plus. Je n'ai pas du tout apprécié l'histoire malheureusement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus, je ne suis pas vraiment transportée, en y repensant... Mais la lecture en elle même reste plaisante !

      Supprimer
  4. J'ai bien aimé cette histoire, j'ai aimé retourner dans l'univers et l'ambiance de HP, même si bon j'en attendais plus ^^'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crains que nous ne soyons tous dans ce cas !

      Supprimer
  5. Je ne l'ai pas encore lu parce que... Je ne sais pas. Je le ferai c'est sur. Mais quand ? Peut être après avoir relu la saga entière( en VO sans doute) mais mon avis change tout le temps.
    J'avoue que j'ai lu ta chronique en diagonale car pour une fois je veux garder de surprises, ne rien savoir de ce livre.
    J'ai hâte et peur et à la fois... Finalement rien que le fait de savoir que ce huitième tome n'en est pas vraiment un me déçoit.A me yeux il n'a pas suscité l'hystérie escomptée et ca me refroidit. Je n'ai jamais connu la sortie d'un HP ( enfin... j'étais trop jeune ) et j'attendais un véritable événement.. qui n'a pas vraiment eu lieu.
    Je ne sais si tu partages mon avis, mais il me manque quelque chose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai relu le tome 7 après ce huitième livre, et cela m'a fait réaliser à quel point The Cursed Chimd était en dessous. Ce n'est pas un événement, il est loin d'être aussi profond, aussi abouti que les Reliques de la mort, mais il ne s'ait pas cependant d'une mauvaise lecture, loin de là ! Simplement d'un texte qui n'égale clairement pas ses prédécesseurs. À toi de voir donc...

      Supprimer
  6. Je ne le lirais pas, pour ma part. Les 7 tomes d'HP me conviennent parfaitement et je dois dire que ce 8e tome ne me tente pas, surtout vu certains avis que j'ai pu voir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre ta décision ! L'histoire est plaisante mais pas essentielle.

      Supprimer
  7. J'ai tellement hâte qu'il sorte en VF !

    RépondreSupprimer
  8. super ta critique, c'est exactement ce que j'ai pensé en lisant le livre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est magique, nous sommes sur la même longueur d'ondes ! ^^

      Supprimer