La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image"> Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

dimanche 15 juin 2014

Nos étoiles contraires de John Green - Chronique n°3

Bon, j'ai envie de citer ce livre en entier, mais ça risque d'être un peu long, aussi je me limite à un choix ridiculement petit d'extraits. Veuillez m'en excuser.

"Mes pensées sont des étoiles qui ne veulent plus former de constellation."

"Je suis amoureux de toi et je sais que l'amour n'est qu'un cri dans le vide, que l'oubli est inévitable, que nous sommes tous condamnés, qu'un jour viendra où tout ce qu'on a fait retournera à la poussière, je sais aussi que le soleil avalera la seule terre que nous aurons jamais et je suis amoureux de toi."

"Tant qu'on ne l'allume pas, la cigarette ne tue pas, a-t-il déclaré (...). Et je n'en ai jamais allumé une seule de ma vie. C'est une sorte de métaphore. Tu glisses le truc qui tue entre tes lèvres, mais tu ne lui donnes pas le pouvoir de te tuer."

Je devrais arrêter là. Encore une dernière.

"It would be a privilege to have my heart broken by you." 
(parce qu'en anglais ça rend mieux)





Titre : Nos étoiles contraires
Auteur : John Green
Genre : Romance / Realistic Fiction
Édition : Nathan
Nombre de pages : trop peu
Résumé : Comment résumer ce livre en un paragraphe ? Impossible. Lisez la chronique...
Prix : Meilleur roman Times de l'année 2012



Je sais très bien ce que certains d'entre vous pensent. "Oh non, encore une chronique de ce livre que tout le monde adore... C'est toujours la même chose..." Et même, dans certains cas extrêmes : "de toute façon il sort en film fin Août, pas besoin de le lire..."
Si vous pensez ainsi, je suis sincèrement désolée pour vous : vous allez passer à côté d'un des plus grands monuments de la littérature jeunesse ou Young Adults ou comme vous voudrez l'appelez (est-ce vraiment de la littérature jeunesse ou Young Adults ?...). Un livre qui vous touche profondément et qui vous fait passer du rire aux larmes en quelques pages. 

Je sais, je radote, je raconte à toutes les personnes que je croise que ce livre est GÉNIAL (ce qualificatif est bien trop faible) et qu'elles DOIVENT le lire.

Nos étoiles contraires et moi, ça a commencé par un coup de foudre inexplicable. Dans une librairie, sa tranche bleu ciel m'a appelée (je sais que je vais vous paraître bizarre mais je vous jure que c'est vrai) et je me suis retrouvée dans l'obligation de l'acheter. Je suis d'ailleurs fière d'être une des premières fans de ce livre que j'ai lu à sa sortie, alors que personne ne le connaissait et qu'à peine cinquante personnes aimaient la page Facebook du livre (niark niark je suis supérieure à vous...) !!
J'ai lu les premières phrases. Puis les suivantes. Et j'ai continué à tourner les pages... jusqu'à ce qu'à mon grand désespoir il n'y en ait plus. 

Peut-être que je devrais quand même vous parler de l'histoire (peut-être). À première vue, ce livre parle de la maladie, et plus spécifiquement du cancer. L'héroïne, Hazel, a un cancer en phase terminale et on comprend rapidement qu'il ne lui reste plus très longtemps à vivre. Ses poumons sont hors-service et elle doit emporter partout avec elle son chariot avec une bonbonne d'oxygène. Pourtant, le cancer n'est pas le plus important dans ce livre. Bien sûr, il reste le fil conducteur de l'histoire, mais rapidement notre attention se porte sur Hazel et Augustus, en rémission d'un ostéosarcome (cancer des os...) qui lui a pris sa jambe, qu'Hazel rencontre à son groupe de soutien.

Je ne vais pas en dire plus, parce que sinon je vais commencer à écrire des pages et des pages. Allez, encore un peu.
John Green réussit quand même à nous donner une envie furieuse de lire le livre préféré d'Hazel... qui n'existe pas.
Hazel possède un humour et une dérision uniques par rapport à sa maladie.
On pourrait s'attendre à un livre mièvre basé sur une de ces histoires d'amour vouée à l'échec. Mais pas du tout !

Vous allez pleurer. Beaucoup. Vous allez rire. Beaucoup. C'est inexplicable, c'est Nos étoiles contraires, et je vais arrêter d'en parler pour vous laisser le plaisir immense de découvrir ce livre au palmarès impressionnant.

Beaucoup d'entre nous ont été confrontés au cancer de différentes façons, dont ma modeste personne. Ce livre m'a, pour ma part, beaucoup aidée. 

Que dire de plus ? Je tourne en rond. J'ai relu ce livre au moins quatre fois, et il ne m'a jamais ennuyée. C'est tout simplement un chef-d'œuvre et un énorme coup de cœur.

Note : 10/10 (enfin, ∞/10 conviendrait mieux)




Bonus : L'affiche du film qui sort (trop tard) fin Août en France mais qui est #1 au box-office aux États-Unis en ce moment !



Objectif : le lire en VO ;)

8 commentaires:

  1. Raaaaa ce livre est trop bien et j'adore ta critique
    #la folle avec qui tu stresses pour le brevet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pourrais m'en faire une perfusion :p

      Supprimer
  2. Je l'ai lu en anglais et feuilleté en français, et je pense que cette lecture gagne encore en intensité en VO. C'est vraiment facile, alors n'hésite pas à te laisser tenter ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord je m'en souviendrai :) merci !

      Supprimer
  3. Je me shoote à ce livre je peux plus m'en passer

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Mais il faut remédier à cela immédiatement :p

      Supprimer