La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

dimanche 4 octobre 2015

Broadway Limited de Malika Ferdjoukh — Chronique n°128

"Il se sentait la peau de Christophe Colomb et d'Amerigo Vespucci. L'impression d'être dans le courant, en plein milieu, de vivre l'inédit du monde; et cet inédit ne pouvait se produire qu'ici, à New York, il en avait maintenant la certitude."

Titre : Broadway Limited, tome 1 – Un dîner avec Cary Grant
Auteure : Malika Ferdjoukh
Éditions : l'École des Loisirs
Genre : Historique
Nombre de pages : 583
Résumé : Normalement, Jocelyn n'aurait pas dû obtenir une chambre à la Pension Giboulée. Mrs Merle, la propriétaire, est formelle : cette respectable pension new-yorkaise n'accepte aucun garçon, même avec un joli nom français comme Jocelyn Brouillard. Pourtant, grâce à son talent de pianiste, grâce, aussi, à un petit mensonge et à un ingrédient miraculeux qu'il transporte sans le savoir dans sa malle, Jocelyn obtient l'autorisation de loger au sous-sol. Nous sommes en 1948, cela fait quelques heures à peine qu'il est à New York, il a le sentiment d'avoir débarqué dans une maison de fous. Et il doit garder la tête froide, car ici il n'y a que des filles. Elles sont danseuses, apprenties comédiennes, toutes manquent d'argent et passent leur temps à courir les auditions. Chic a mangé tellement de soupe Campbell's à la tomate pour une publicité que la couleur rouge suffit à lui donner la nausée. Dido, malgré son jeune âge, a des problèmes avec le FBI. Manhattan est en proie à l'inquiétude depuis qu'elle a cinq ans. Toutes ces jeunes filles ont un secret, que même leurs meilleures amies ignorent. Surtout Hadley, la plus mystérieuse de toutes, qui ne danse plus alors qu'elle a autrefois dansé avec Fred Astaire, et vend chaque soir des allumettes au Social Platinium. Hadley, pour qui tout a basculé, par une nuit de neige dans un train. Un train nommé Broadway Limited. 

-----------------------------------------------------------

Je remercie les éditions de l'École des loisirs et Coline pour cet envoi !

-----------------------------------------------------------

J'ai tout de suite été très attirée par ce roman, sans même savoir de quoi il parlait – il a suffi que je sache que l'intrigue se déroulait dans le New York de 1948 pour que je sois prise d'une envie irrépressible de le lire. J'ai donc pu le recevoir, et même si ma lecture n'a pas été extrêmement rapide pour diverses raisons – et en aucun cas par ennui –, il s'agit d'une excellente découverte que je recommande très, très vivement.

Le personnage principal reste Jocelyn, un jeune Français qui arrive à New York sans y connaître personne, n'ayant que l'adresse d'une pension qui se révèle être exclusivement féminine, mais dans laquelle il arrive à se faire héberger. Cependant, assez rapidement, l'intrigue se divise en plusieurs histoires plus ou moins secondaires, et on suit toutes les jeunes filles qui logent également à la pension, rêvant toutes de célébrité et de reconnaissance. Les thématiques sont très diversifiées, les rebondissements multiples... L'auteure glisse d'autres parts de très nombreuses références culturelles caractéristiques de cette époque, et aborde certains sujets plus sombres de cette période, comme la chasse aux sorcières communistes, la guerre froide, ou le rejet des immigrés...

Ce roman a une atmosphère extrêmement particulière... Irréelle, profonde, veloutée – oui, je parle d'un livre comme d'un yaourt, tout va bien. Tout semble harmonieux, mélodieux – les titres des chapitres sont d'ailleurs des chansons, et les personnages ne vivent d'ailleurs que pour la musique et les musicals de Broadway. Le tout est vraiment envoûtant et entouré d'un charme assez unique.

Les personnages sont évidemment la grande force de cette histoire, apportant chacun quelque chose à un univers déjà très riche. Le seul reproche que je pourrais faire à Broadway Limited est le grand nombre de personnages, qui m'a perdue dans un premier temps — d'autant plus que toutes les jeunes filles sont affublées de surnoms qu'on peut aisément confondre, comme Chic, Page, Dido ou Manhattan. On les suit chacune plus ou moins équitablement, plus ou moins fréquemment, mais toujours avec le même intérêt. Certains sont drôles, d'autres touchants ou encore mystérieux.

J'ai trouvé Broadway Limited très riche, sans toutefois être trop complexe, même s'il m'est arrivé, comme je l'ai déjà dit, de suivre un personnage pendant plusieurs pages sans avoir la moindre idée de qui il s'agissait. Mais ça c'est arrangé plutôt vite, n'ayez crainte. Ça doit venir de moi
On apprend beaucoup, on découvre avec délices ces destins qui s'entrecroisent, on se passionne pour cette époque, captivé par l'écriture tout en fluidité de l'auteure.

En bref, un roman qui m'a passionnée d'un bout à l'autre et dont j'attends la suite avec impatience ! Une histoire terriblement prenante, ensorcelante même, qui a frôlé le coup de cœur.
Note attribuée : 9,5/10

8 commentaires:

  1. Malgré ta chronique, ce roman ne m'attire pas beaucoup ... mais contente qu'il t'aie plu :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si jamais tu changes d'avis, tu as mon approbation :p

      Supprimer
  2. Ce roman me fait de plus en plus envie ! :P

    RépondreSupprimer
  3. C'est le livre qui me fait le plus envie en ce moment ( mais je ne savais pas que c'était une série). Tant pis, ça fait durer le plaisir ! C'est surtout pour l'ambiance que ce roman m'attire, et tous ces récits enchâsses ( même si j'ai peur de me perdre )
    Très très bonne chronique en tout cas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a que deux tomes, ce n'est pas une saga interminable ! Et je suis bien d'accord, je suis contente de pouvoir encore profiter de cet univers ^^ Je me suis un peu perdue au départ, et c'est la raison pour laquelle il ne s'agit pas d'un coup de cœur, mais ce problème n'a pas duré... Merci beaucoup !

      Supprimer
  4. Ce livre à l'air très sympa... et puis comme tu dis : New York, 1948... l'atmosphère semble géniale ! :)

    RépondreSupprimer