La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

mardi 11 avril 2017

Un peu plus que des amis de Michael Kun et Susan Mullen - Chronique n°310


Titre : Un peu plus que des amis
Auteurs : Michael Kun et Susan Mullen
Editions : Casterman
Genre : Contemporain | Epistolaire
Lu en : français
Nombre de pages : 357
Résumé Si vous êtes romantique, plein d'humour et d'espoir, 
si vous adorez l'idée qu'un garçon et qu'une fille qui s'écrivent des lettres en vrai, si vous aimez les grandes disputes et les belles réconciliations, si vous êtes fan de votre meilleur ami et qu'il est fan de vous...
Alors jetez-vous sur ce roman, il a été écrit pour vous.

--------------------------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions Casterman et en particulier à Agnès pour cet envoi !

--------------------------------------------------------------------

Les romans épistolaires sont un format unique, qui permet une intimité incomparable avec les personnages, une dynamique très particulière que l'on a irrésistiblement envie de suivre, comme un échange addictif de tennis. Il n'est donc guère étonnant de constater que je ne refuse jamais une occasion de découvrir un nouvel ouvrage du genre, comme Un peu plus que des amis cette fois-ci, un titre sur lequel mes petits yeux ne regrettent pas le moins du monde de s'être posés.

Un peu plus que des amis propose ainsi de suivre la correspondance entre Cath et Scott, deux adolescents de dix-huit ans, amis d'enfance issus de la même petite ville américaine. Mais quand la première vient de commencer sa toute première d'études dans une université si éloignée que Scott ne se souvient même plus de l'Etat dans lequel elle est située, le second, enfoncé par des professeurs lui assurant qu'il ne serait jamais fait pour des études supérieures, travaille désormais avec un enthousiasme fluctuant dans la boutique de prêt-à-porter paternelle. 

Ces lettres complices et taquines voient ainsi les deux jeunes gens grandir, apprendre à gérer la séparation lorsqu'ils étaient habitués à se voir tous les jours, comprendre toutes les formes que peut prendre leur amitié, s'interroger sur le chemin qu'ils s'apprêtent à emprunter. C'est un délice d'entente, de sous-entendus et de vivacité : l'humour piquant et rafraîchissant de ces deux protagonistes que l'on apprend à connaître à travers leurs mots si enlevés fait mouche.

Le roman présente par ailleurs une magnifique musicalité, que ce soit à travers le rythme créé par les courriers qui se croisent, se répondent, se manquent, ou aussi grâce à la multitude de titres évoqués par nos deux mélomanes qui vivent tout de même dans une période particulièrement riche musicalement parlant, le coeur des années 80, ou encore la passion grandissante de Scott qui le pousse à écrire ses propres titres, tantôt hilarants, tantôt émouvants. Si l'on a la curiosité de créer une petite playlist des chansons-références des deux protagonistes, que l'on écoute au fil de sa lecture, on obtient une double expérience réconfortante et riche, et l'on étoffe un peu - si l'on est quelque peu inculte dans ce domaine comme ma propre petite personne - sa culture. 

Il s'agit donc d'une très belle surprise, d'un titre virevoltant et authentique, teinté d'un mélange doux-amer d'espoir, de nostalgie, de complicité et de vertige vis-à-vis de l'avenir, des courriers que l'on dévore comme s'ils nous étaient adressés, un beau moment de lecture aussi poétique que "heart-warming" comme diraient nos amis américains, littéralement, "qui fait chaud au cœur". Cath et Scott touchent à pléthore de sujets importants avec beaucoup de justesse et de spontanéité, reflétant sans doute la profonde entente des deux co-auteurs. Famille, vie, mort, amitié ou un peu plus que cela, sens et évidence, tout est abordé, pour un résultat absolument réussi. De beaux fous rires et également quelques serrements de cœur en perspective... 

Note attribuée : 9/10

Seul infime regret : le titre ! Le titre VO, We Are Still Tornados, reflète une plaisanterie partagée par les deux protagonistes et donc leur profonde complicité, et il a l'avantage de ne pas vraiment dévoiler l'évolution de leur relation, quoiqu'elle soit parfaitement prévisible...

16 commentaires:

  1. Ce livre me fait très envie ! Contente qu'il t'ait plu, ça me donne encore plus envie ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras le découvrir !

      Supprimer
  2. Réponses
    1. N'est-ce pas qu'il a l'air chouette :p

      Supprimer
  3. Ton avis donne vraiment envie :D

    RépondreSupprimer
  4. Ma lecture en cours, j'ai hâte d'en savoir un peu plus :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à me donner ton ressenti final !

      Supprimer
  5. J'adore toujours ce genre de format! Je ne l'ai pas lu mais j'entends du bien du roman su coup j'avoue que je suis curieuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haaaa moi aussi, je ne suis que rarement déçue avec l'épistolaire ! Un très appréciable exemple que celui-ci en tout cas :)

      Supprimer
  6. Il a l'air vraiment pas mal celui là. J'ai très envie de le lire.

    RépondreSupprimer
  7. Comme il a l'air chouette ! J'adore aussi les romans épistolaires :) Il me tarde de lire celui-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis persuadée qu'il te plairait en plus !

      Supprimer
  8. Quelle joli avis ♡ Ahlala, j'ai tellement envie de le lire maintenant :D Je lis quasiment jamais de roman épistolaire et ça me ferait que du bien de varier un peu les genres.

    RépondreSupprimer