La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

mercredi 10 août 2016

Les Fils de George de Manu Causse — Chronique n°232

Titre : Les Fils de George
Auteur : Manu Causse
Genre : Contemporain
Éditions : Talents Hauts (collection Ego)
Lu en : français
Nombre de pages : 176
Résumé : Mardochée, 15 ans, est un garçon solitaire, duquel personne ne s’approche. Lui-même ne cherche pas à devenir ami avec les autres. En tant que membre de la communauté du Livre de George, on lui interdit de toute manière de communiquer avec les autres. Jusqu’au jour où son ami Chrysostome est retiré du lycée, et où Léo, un garçon de sa classe, l’invite au repas de fin d’année…

----------------------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions Talents Hauts pour cet envoi ! 

-----------------------------------------------------------------

Je serais bien incapable d’en trouver la raison, mais j’ai toujours éprouvé un mélange de fascination et de répulsion au sujet des sectes, de leur structure oppressante, de leurs dogmes pervertis… Ce thème, injustement peu traité en littérature, m'a horrifiée et passionnée dans le tome 5 de la série Cherub de Robert Muchamore, qui se déroule au sein d’une secte, ou très récemment avec le film Colonia, dont l’héroïne rejoint une épouvantable secte chilienne dans le but d’en libérer son fiancé…

Bref, tout ce galimatias était destiné à vous expliquer pourquoi j’ai eu envie de lire Les Fils de George, court roman paru dans la collection Ego des éditions Talents Hauts, dont l’un des personnages principaux, Mardochée, vit depuis toujours au sein d’une telle organisation, baptisée, suspense, les Fils de George. 
Non. Vous ne vous attendiez pas à ce nom l'espace d'une seconde, je sais. 


Cette secte aux origines américaines, installée depuis quelques années en France dans une relative tolérance de la part du commun des mortels, rassemble donc les disciples d'un certain George, vivant refermés sur eux-mêmes, dans l'espoir de plaire à cette divinité. Les adeptes contraignent leurs enfants à ne parler aux individus extérieurs à la secte sous aucun prétexte, à ne jamais se mêler à eux, et à ne rien croire de ce que l'on leur raconte à l'école. Une existence absolument paradisiaque, dont toute l'horreur est retranscrite avec un réalisme saisissant par l'auteur. 
Dans ce climat joyeux, et suite à la disparition de son meilleur ami Chrysostome – non, je n'ai absolument pas vérifié l'orthographe du nom six fois –  Mardochée, quinze ans, sent sa foi s'effriter petit à petit, alors qu'il n'est qu'à quelques semaines de sa Conversion, qui fera enfin de lui un membre de la secte à part entière... 

Cet ouvrage fulgurant s’entame et s’achève dans un même temps, et surprend par son addictivité et sa puissance. Lorsque l’on est confronté à un récit d’à peine 180 pages, on ne s’attend pas à être aussi ébranlé et ému que l’on le devient pourtant avec ce livre.   En l’espace de quelques chapitres, la narration touchante de Mardochée capte l’attention du lecteur, qui ne peut rester indifférent face à ce témoignage de souffrance, de peur et de terreur permanentes. S’ajoute à cette voix celle de Léo, camarade de classe de Mardochée, intrigué par la condition singulière du jeune garçon, qui va tout mettre en œuvre pour l’arracher aux griffes des gourous des Fils de George. L’histoire juste et émouvante de leur rencontre, de leur apprentissage de l’autre et enfin de leur amitié est une réussite, portée par la plume sensible de l’auteur... Il est vrai que l'on aurait aimé en savoir plus sur la secte, son mystérieux Livre, voir le roman étoffé de quelques scènes, mais le caractère concis des romans Ego est un parti pris, qui se révèle encore une fois efficace.

En bref, une lecture retournante, dont on aimerait qu'elle dure plus longtemps, une belle histoire d’amitié, qui questionne nos valeurs en tant qu’êtres humains et touche de façon étonnamment forte nos petits cœurs de lecteurs.

Note attribuée : 8,5/10

6 commentaires:

  1. Ta chronique est top, pour ce livre qui m'avait beaucoup plu et intéressé également.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha merci ! Contente qu'il t'ait plu aussi !

      Supprimer
  2. Ta chronique donne vraiment envie de lire ce livre !!

    RépondreSupprimer
  3. Je ne lis pas beaucoup de romans qui touchent à des sectes mais je dois dire que ce court récit m'intéresse ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as bien raison de t'y intéresser :)

      Supprimer