La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

jeudi 2 juillet 2015

Will & Will de John Green et David Levithan — Chronique n°106

"je sens que ma vie part dans tous les sens en ce moment. comme si elle était faite de plein de petits bouts de papier et que quelqu'un venait de brancher un ventilateur. mais quand je te parle, c'est comme si le ventilateur s'éteignait momentanément. comme si les choses commençaient enfin à avoir du sens. tu me rassembles, tu fais de moi un tout, et c'est très important pour moi."

"On flashe sur quelqu'un qui ne vous aimera jamais en retour parce qu'il est plus facile de survivre à une déception platonique qu'à une vraie rupture."

Titre : Will & Will
Auteurs : John Green et David Levithan
Genre : Realistic Fiction | Contemporain | LGBT
Éditions : Gallimard (collection Scripto)
Nombre de pages : 379
Résumé : Will Grayson habite Chicago. Ado ordinaire qui a pour principe de se fondre dans la masse, il a comme meilleur ami le tonitruant Tiny Cooper. Très costaud, à l'aise avec tout le monde, Tiny tombe amoureux d'un nouveau garçon toutes les heures. En ce moment, il veut monter sa comédie musicale, Tiny Dancer, et bien sûr, Will est entraîné dans l'aventure. Remarquez, ce dernier rencontre par la même occasion la jolie Jane.
Un deuxième Will Grayson habite aussi Chicago. Dépressif et inquiet, il vit une atroce désillusion. Heureusement, par l'intermédiaire du premier Will, il va croiser le chemin de Tiny...

----------------------------------------------

Je n'ai lu qu'un seul autre roman de John Green, à savoir Nos Étoiles Contraires, et rien de David Levithan – même si je n'en ai entendu que du bien. J'étais donc très impatiente de commencer Will & Will, qui patientait dans les bas-fonds de ma PAL depuis 10 mois exactement – précision, quand tu nous tiensMalheureusement, je ne suis pas survoltée par cette lecture, qui est en-dessous de mes attentes, sans que ça soit catastrophique non plus

En fait, je suis restée complètement... extérieure à ce roman. Il ne s'est rien passé, et je n'ai pas grand-chose à dire. Cette chronique sera donc plutôt courte...

Les personnages m'ont laissée indifférente, je n'ai rien ressenti à leur égard : ni compassion, ni attendrissement, ni même haine — incroyable, n'est-ce pas ?
Le Will Grayson 1, celui de John Green, m'a semblé plutôt ennuyeux. On le cerne très vite, et il ne nous réserve pas beaucoup de surprises.
Le will grayson 2, en revanche, celui dont les phrases commencent par des minuscules – ce qui m'a hautement perturbée en tant que psychorigide de la grammaire – était plus intéressant. Il est mal dans sa peau, en dépression. Il a réalisé il y a peu qu'il était gay, et personne autour de lui n'est au courant, à part Isaac, le garçon avec qui il discute via Internet tous les soirs, dont il est tombé amoureux.

Les autres personnages ne m'ont pas non plus paru exceptionnels, je ne me suis prise d'affection pour aucun d'entre eux. Tiny, qui est quelqu'un d'assez hors du commun, mais je n'ai pas su déterminer s'il m'attendrissait ou non, ou s'il m'agaçait simplement. 

J'ai attendu tout au long du livre que l'action démarre. Les premiers chapitres étaient très lents, à part un rebondissement dans un chapitre de will 2, mais je pensais que tout allait s'accélérer à partir de la rencontre entre Will et will. La rencontre finit enfin par se produire à la moitié du roman, mais malheureusement, tout continue à être très lent. J'ai espéré un final spectaculaire, mais il n'y avait pas de fin. Il manquait au moins un épilogue, et je restais avec plusieurs questions en suspens. 

Je me suis ennuyée, et j'avoue que j'avais hâte d'en finir avec ce livre. Les chapitres sont longs, parfois plus de vingt-cinq pages, ce qui n'est pas forcément ce que je préfère. L'histoire a pour but de ne pas faire dans le dynamisme, mais plutôt dans la psychologie, et alors que d'habitude j'accroche bien avec ce genre d'approche, je n'ai rien ressenti. 
J'ai l'impression d'avoir un cœur de glace.

J'ai cependant bien aimé les messages véhiculés par les deux auteurs, sur une foule de sujets différents, plus ou moins anodins. 
Certains lecteurs seront sûrement beaucoup plus touchés par ces petits messages et investis que je ne l'ai été, et tant mieux ! Will & Will est une lecture qui ne m'a pas convaincue entièrement, mais elle peut être agréable pour certains, pour se détendre cet été !

Note attribuée : 5/10 : la moyenne, pour un livre que je n'ai ni aimé ni détesté.

4 commentaires:

  1. Je suis entièrement d'accord avec ce que tu dit!
    Je n'ai moi non plus rien ressentit en lisant ce livre...
    Tu expliques très bien ce que tu as pensé de ce livre et tes phrases sont très justes.
    Je trouve que tes chroniques sont très bien faites et que tu nous donnes très envie de lire tes livres et l'inverse pour ce que tu n'as pas aimé ;)
    Il y a une tonne de livre que tu me donnes envie de lire ( et je les lirais)!
    Tout ça pour te dire que je suis entièrement d'accord avec ce que tu as dit et que ta note est très bien mise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Ton commentaire me fait très très plaisir ;)

      Supprimer
  2. Rien de pire que l'ennui quand on lit un roman, c'est rédhibitoire. Pour avoir lu plusieurs romans de J. Green, je sais que l'action n'est pas son fort -privilégiant l'analyse psychologique-, mais il arrive toujours à se ratrapper soit a) avec l'émotion et des moments forts, soit b) en ajoutant de l'action mêlée à de l'humour. Je ne sais pas si je le lirai, surtout par rapport à cette fin et ces personnages finalement un peu banals...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord avec toi ! Je pense qu'il ne s'agit pas du meilleur John Green, mais si tu adores cet auteur ou David Levithan, pourquoi pas...

      Supprimer