La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

samedi 18 juillet 2015

Invisibilité d'Andrea Cremer et David Levithan — Chronique n°109


Titre : Invisibilité
Auteurs : Andrea Cremer et David Levithan
Éditions : Michel Lafon
Genre : Paranormal | Romance
Nombre de pages : 430
Résumé : Stephen est invisible depuis toujours
Une malédiction impossible
Jusqu’au jour où Elizabeth le voit
Elle seule peut briser le sort
Au risque de les séparer à jamais

---------------------------------------------------

J’avoue que j’attendais beaucoup de ce livre, à cause de son résumé bref mais attirant, de la réputation de ses deux auteurs, et sans doute de sa belle couverture, et au final je suis amèrement déçue. J'ai été enthousiasmée par le premier tiers, mais j'ai vite déchanté. L'intrigue se traîne, les personnages stagnent, l'univers ne m'a pas plu et la fin est vraiment décevante...

Comme je le disais, j'ai beaucoup aimé le premiers tiers du livre, dans lequel on fait la connaissance de Stephen, invisible depuis toujours aux yeux de tous, et d'Elizabeth, sa nouvelle voisine qui, aussi incroyable que cela puisse paraître, est capable de le voir. 
J'ai aimé voir tous les aspects de la vie... particulière de Stephen, son comportement... Il faisait tout ce que je ferais si j'étais invisible – à savoir danser comme une folle dans le métro et faire peur aux gens –, et c'était une grande source de satisfaction. Le personnage d'Elizabeth était un peu déjà-vu, – la fille artiste qui ne croit pas en elle ni en son talent et qui débarque dans une grande ville inconnue – mais restait sympathique.

Les deux se rencontrent. Elizabeth peut voir Stephen. Stephen est stupéfait, mais ne dit rien à Elizabeth. Trois chapitres plus tard, c'est le grand amour, tous deux se jurent amour et fidélité éternelle, à grands coups de "je n'ai jamais ressenti cela pour personne" et "il est l'amour de ma vie mais j'ai peur de le lui dire". Je crois au coup de foudre, oui, bien sûr, mais quand même... 
Affligeant, mais encore mignon. 
Rapidement, les dialogues deviennent plats, mais plats ! Tout est lent, surjoué, surfait... Stephen et Elizabeth ont un comportement étrange, ils sont coincés alors qu'ils n'ont que 16 ans ! Après le fameux premier tiers, on a atteint le niveau maximal de développement de nos héros, qui ne nous réservent plus aucune surprise, et semblent toujours dire et faire les mêmes choses. Tous sont assez fades, à l'exception peut-être de Laurie, le frère d'Elizabeth, dont l'humour dynamise considérablement l'histoire. 

J'ai été très, très dérangée par l'univers. Pendant les premiers chapitres, on s'habitue à une certaine ambiance, on reste ancré dans un monde assez réaliste, si ce n'est que Stephen est invisible. Et puis d'un coup, sans prévenir, débarque une espèce de mythologie étrange, pas aussi développée qu'elle aurait dû l'être, et, à mes yeux, vraiment pas séduisante ni intéressante. Il s'agissait d'un système magique simple, mais qui arrivait de façon bien trop imprévue et brusque à mon goût.

Je me suis ennuyée comme rarement. Le livre fait plus de 400 pages, dont beaucoup sont superflues. L'action met longtemps à arriver, et elle n'est pas franchement captivante – j'ai même décroché dans un des chapitres finaux, et ai dû le relire entièrement ! 
Je n'abandonne pratiquement jamais mes lectures, mais j'ai bien failli lâcher l'affaire avec Invisibilité. J'avais toujours l'impression de me forcer à lire un chapitre de plus, pour me rapprocher un peu plus de la fin – les chapitres étaient d'ailleurs très longs, ce qui ne me plaît jamais vraiment.

La fin, d'ailleurs, peut-être ma plus grande déception. Tout ce que je trouve à dire à son sujet, c'est "tout ça pour ça ?"... 

Note attribuée : 3/10 : une grosse déception... L'idée de base était originale et intéressante, mais le contenu était trop faible et pas assez développé pour moi.Je suis navrée d'être aussi radicale, mais malheureusement, j'ai été très loin d'être convaincue, et n'ai pas trouvé grand intérêt à ma lecture. Dommage ! Mais après tout, Invisibilité plaira sûrement à d'autres... 

10 commentaires:

  1. J'ai lu ta chronique en diagonal parce que je dois le lire mais ça me ce que tu en dis me fait peur ! J'espère que j'aimerais plus que toi :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, tu aurais pu la lire en entier, mes chroniques sont garanties sans spoilers (ou alors, je préviens !) :p

      Espérons que tu seras plus convaincue que moi...

      Supprimer
  2. Tu dis la même chose qu'une autre chronique que j'ai lu, je vais peut-être éviter :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai vu les notes sur Goodreads et Livraddict, et elles n'étaient pas très bonnes... Tant pis :/

      Supprimer
  3. Oh la la, déjà le résumé laissait transparaître des stéréotypes et tout et tout, donc je vais éviter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on rencontre en plus un certain nombre de clichés - comme le coup de foudre en deux chapitres ! Il vaut sans doute mieux éviter en effet...

      Supprimer
  4. Oula ... je vais peut-être attendre avant de me décider de me le procurer celui-là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être que tu aimerais plus que moi, mais effectivement, je ne le conseille pas vraiment...

      Supprimer
  5. Aoutch, ça fait mal... d'autant plus que pas mal de chroniques que j'ai déjà lues disaient la même chose :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que j'ai été un peu rude :3

      Supprimer