La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

histoire_de_la_violence_1 aspirine vernon_1 en_finir_avec_eddy Le_Gouffre my_sister_my_love le_mythe arr_te

dimanche 18 mars 2018

L'Île des Disparus tome 1 - La fille de l'eau de Viveca et Camilla Stein - Chronique n°405

Titre : L'Île des Disparus
Auteures : Viveca et Camilla Stein
Editions : Michel Lafon
Genre : Fantastique
Lu en : français
Résumé : La timide Tuva, douze ans, n’a pas grand-chose en commun avec ses camarades de classe. Elle préfère rester seule et ne se sent bien que sur l’île de Harö où elle habite, dans l’archipel de Stockholm, dont elle connaît chaque recoin, chaque skerry.
Mais, alors que l’automne arrive et que les touristes s’en vont, le changement se profile dans ce petit coin de calme et de nature. Des gens disparaissent en mer sans laisser la moindre trace, des ombres se cachent sous les vagues et d’étranges créatures apparaissent dans les arbres. Lors d’une sortie scolaire, l’un des camarades de Tuva s’évapore à son tour.
La jeune fille se retrouve embarquée dans un terrible mystère, au cœur de l’épais brouillard qui s’est abattu sur l’archipel, là où les vieilles superstitions des marins rencontrent la mythologie nordique…

-------------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions Michel Lafon et en particulier à Camille pour cet envoi !

-------------------------------------------------------

Quoi de mieux en cette fin d'hiver de se plonger dans un roman fantastique troublant, dans un décor glacial et brumeux, dans l'archipel de Stockholm, entre quelques petits îles perdues au milieu de nulle part ? 

C'est ce que propose ce roman à travers le récit de Tuva, une jeune fille de presque treize ans, qui s'est toujours sentie à l'écart, aussi bien physiquement du fait du lieu où elle habite que mentalement. Elle n'a ni frères ni soeurs, ni famille étendue, ni d'amis à l'école où on l'a toujours trouvée un peu bizarre.
Et cette réputation ne s'arrange pas lorsque l'un de ses camarades d'école disparaît au cours d'une sortie dans les bois, alors que Tuva a été la dernière à l'avoir vu vivant... 


Le récit ne brille pas par un style particulièrement remarquable ou par des personnages aux caractères révolutionnaires, mais plutôt par son travail très réussi de l'atmosphère, l'angoisse qu'il parvient à instiller entre les chapitres, l'envie qu'il donne au lecteur de comprendre le fin mot de l'histoire. Les auteures s'efforcent de donner à voir à leur public ce que peut être une vie dans un cadre aussi coupé du reste du monde, où partir faire des courses est une expédition et où une fois la belle saison partie, la population devient si clairsemée que le voisin le plus proche ne peut être rejoint qu'en bateau. Elles ajoutent à cela une tension permanente liée au mystère de la disparition du camarade de Tuva, et une certaine dimension fantastique dont je vous laisse la surprise. La narration du point de vue de Tuva est plutôt convaincante, et les pages se tournent véritablement à toute allure. 

La Fille de l'eau est le premier tome d'une série, et n'offre de ce fait pas une intrigue si dense que cela, mais préfère prendre son temps, créer une attente, une frustration qui n'est comblée qu'avec les derniers chapitres, puis une nouvelle plus forte encore avec les révélations du dénouement. Nul doute que tout ce travail d'élaboration trouvera toute sa portée par la suite : en attendant, c'est un premier tome très prenant et doté d'une atmosphère propre que proposent Viveca et Camilla Stein, qui donne tout à fait envie de voir ce que peut donner la suite, même si en l'état, il n'a pour l'instant rien d'exceptionnel. 

1 commentaire:

  1. Pourquoi pas découvrir ce livre mais ce n'est pas celui qui me tente le plus.

    RépondreSupprimer