La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

h-ros le-paradoxe dix-sept girl why brexit_romance le_malheur_du_bas

samedi 14 octobre 2017

Motel Lorraine de Brigitte Pilote - Chronique n°376

Titre : Motel Lorraine
Auteure : Brigitte Pilote
Editions : Michel Lafon
Genre : Fiction historique
Lu en : français 
Résumé : 1977. Sonia, diseuse de bonne aventure, fuit Montréal avec ses deux filles, Lou et Georgia, pour trouver refuge à Memphis, dans la chambre 306 du motel Lorraine, inoccupé depuis ce fameux 4 avril 1968 où Martin Luther King y a été assassiné. Elles partageront leur destin avec la sublime Alabama, Jacqueline Smith, femme de chambre au Lorraine, Grace DePriest, directrice de la chorale d'une petite église baptiste, ou encore Lonzie, le repris de justice devenu photographe.

Mais comment trouver sa place dans cette ville encore divisée par des tensions raciales ? À l'approche du Carnaval du coton, les secrets et les peines vont peu à peu se dévoiler.

-------------------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions Michel Lafon et en particulier à Camille pour cet envoi !

-------------------------------------------------------------

Un motel à Memphis, loin d'être le plus confortable ou réputé, dont l'une des chambres reste inoccupée depuis neuf ans désormais. La raison en est à la fois évidente et purement irrationnelle : c'est dans cette pièce que Martin Luther King a été assassiné. Qui oserait passer la nuit dans un lieu marqué par un drame d'une telle violence ? Personne !
Personne sauf Sonia, qui a l'habitude de penser à contre-courant. De toute façon, elle n'a pas le choix, il faut bien dormir quelque part, et il faut bien un toit, même provisoire, pour elle et ses deux filles.
Lou, l'aînée, s'éloigne un peu plus chaque jour de cette mère qui lui pèse.

Georgia, la cadette, se voit tiraillée entre les deux, et se laisse aller à rêver d'une carrière de chanteuse. 
Et Sonia s'accroche à son "don de voyance" et à sa foi inébranlable en un destin plus glorieux, compte les jours sans trop savoir ce vers quoi elle se redirige. 
Très vite, le trio atypique, qui s'est exilé de Montréal pour d'obscures raisons, se crée sa petite routine à Memphis, entre émancipation adolescente, rêves de gloire et délires paranormaux, dans un microcosme à vif et encore cabossé. Un moment de vie, à un lieu donné. 

Et c'est bien ce qu'est Motel Lorraine, un instantané, un roman qui choisit de se poser dans une certaine société à un moment donné. Pas d'action à attendre donc, mais plutôt des portraits de personnages, un ensemble de chapitres successifs qui, mis bout à bout, forme une fresque de cette société cabossée et hétéroclite, pétrie de doutes, dans une région loin d'être parmi les plus prospères de l'Amérique. 

On assiste à un moment touchant, une transition historique, une époque de doutes où toute une ville se souvient encore des espoirs portés par King. Les scènes décrites sont parfois porteuses d'espoir, souvent mélancoliques, voire très dures, pour une atmosphère globale douce-amère assez réussi. On regrette cependant que le roman s'égare parfois, avec des baisses de rythme qui peuvent venir à bout de l'enthousiasme du lecteur. 

Cette intention de photographie d'une ville et de ses habitants est louable, et on en distingue certains éclairs de génie, mais malheureusement, on a le sentiment que ce projet ambitieux n'est que survolé dans un roman à la fois trop court qui ne permet que d'en découvrir très peu sur chaque personnage, et en même temps parfois très long dans certains passages. 

C'est donc un roman atypique et intrigant que propose ici Brigitte Pilote, avec une narration originale, faite de scènes en apparence très différentes les unes des autres mais liées par une même nostalgie, une même insatisfaction. Motel Lorraine laisse cependant un petit arrière-goût de frustration, à s'intéresser à autant de figures et de sujet passionnants sans vraiment s'appesantir sur beaucoup d'entre eux... A vous de voir donc !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire