La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

histoire_de_la_violence_1 aspirine vernon_1 en_finir_avec_eddy Le_Gouffre my_sister_my_love le_mythe arr_te

dimanche 24 septembre 2017

Grupp d'Yves Grevet - Chronique n°372

Titre : Grupp
Auteur : Yves Grevet
Genre : Anticipation | Science-fiction
Editions : Syros
Lu en : français
Nombre de pages : 518
Résum
é : Mettez-vous à la place de Stan : grâce à l'implant LongLife, comme tous ses amis et ses proches, il ne craint ni la maladie ni les accidents et peut atteindre l’âge de cent ans en menant une petite vie tranquille. Est-ce que ça ne donne pas envie ?

Maintenant, essayez de penser comme Scott, le grand frère de Stan : voulez-vous vraiment que vos battements de cœur soient contrôlés à tout instant ? Vous sentir traité comme un être irresponsable, fragile, et que l'on décide à votre place ce qui est bon pour vous ? Si la liberté et la part du hasard valent plus à vos yeux que votre sécurité, faites-le savoir. Rejoignez le Grupp.

-----------------------------------------------------

Encore de l'anticipation, dira-t-on.

Oui, mais.

Ce roman ne se réduit pas à une bouillie de concepts prémâchés et usés à l'envi par tout un ensemble d'ouvrages plus ou moins appréciables.
Bien au contraire.
Grupp est un roman qui tente des choses, qui cherche à atteindre une certaine justesse, et on ne peut que saluer un tel effort de sensibilité. 

L'intrigue nous plonge dans un futur pas si lointain dans lequel tout un chacun est doté d'un implant incroyable qui permet de contrôler son état de santé ou de repérer toute situation d'urgence. 
Mais ce service inclut également une géolocalisation, un enregistrement, et un système de punition lorsque des limites interdites sont franchies ou un acte criminel commis :  des décharges électriques d'intensité croissante sont au programme.

Tout ce qu'on aime

Dans ce merveilleux contexte vivent Stan, Scott et leurs parents, qui mènent une vie banale jusqu'à l'arrestation de Scott et son incarcération... Ce drame complètement inattendu laisse bien sûr Stan sous le choc. Il est difficile pour  le jeune garçon de reprendre le cours de sa scolarité, alors qu'il ne sait plus vraiment qui est ce grand frère qu'il croyait connaître, qu'il comprend petit à petit que Scott est impliqué dans bien plus qu'un simple dépassement de "périmètre autorisé"... et surtout que son univers quotidien est sans doute bien plus complexe que ce qu'il ne pouvait croire jusque-là. 

Le roman se propose ainsi d'entraîner son lecteur tout d'abord aux côtés du jeune Stan, dans les jours qui suivent l'arrestation de Scott, avant de basculer à mi-chemin vers le point de vue de ce dernier. Doutes et remise en question pour l'un, révolte et soif d'absolu pour l'autre, mais une seule et même volonté : celle de vivre libre dans un monde que l'on comprend et que l'on accepte.

Grupp est indéniablement entraînant et surtout approfondi dans son travail des personnages, en ce qui concerne leur personnalité. Yves Grevet s'attache à construire deux figures d'adolescents crédibles, lucides sur ce que peuvent être les élans de jeunes en pleines interrogations sur leur identité, confrontés à une société profondément inquiétante et injuste. L'action ne manque pas, les dialogues fusent, les décors se succèdent : à cette histoire endiablée s'ajoute évidemment tout un arrière-plan réflexif. Que veut nous dire cet univers futuriste ? Jusqu'à où serions-nous capables d'aller dans notre volonté un peu vaine de sécurité totale, de protection qui irait jusqu'à l'étouffement ? De quelle liberté avons-nous envie ? Le roman est dans sa globalité entraînant et maîtrisé, avec une plume fluide, qui sait aller droit au but. 

Trois reproches cependant : dans une société aussi méfiante et paranoïaque que la nôtre, serait-il vraiment possible d'imposer cet implant à toute la population sans plus de résistance que celle de Scott ? On parle quand même de torture, d'espionnage, et quand bien même LongLife serait conçu par une firme extrêmement puissante, il paraît impossible que pas un groupe de pression, pas un parent, pas une ONG n'ait porté plainte contre ce système.
(Ils sont où, Amnesty, hein ?)
Sans doute faut-il admettre qu'il s'agit d'une société exagérée par rapport à la nôtre, et admettre ce postulat pour laisser l'intrigue se dérouler, mais on ne peut omettre cette question importante. Pourquoi pas une sorte d'historique détaillé de l'introduction de LongLife dans la vie quotidienne, une explication plus satisfaisante ?

Second point : celui de l'équilibre. On alterne en effet entre une première partie racontée par Stan, et une seconde par son grand frère Scott. Le premier narrateur a une existence et donc un récit plus posés, plus calmes, voire très lents... tandis que l'intrigue portée par le second atteint des sommets d'intensité et de densité, fourmillant de personnages que l'on a du mal à identifier là où le récit de Stan n'en incluait au grand maximum que cinq ou six majeurs, bref, le récit se complexifie - à l'excès ? - et devient parfois difficile à suivre. 
Cela tient évidemment à la différence de maturité entre les deux frères, et à leurs parcours qui n'ont rien à voir, à une histoire qui s'assombrit de façon intéressante... Cependant, une transition plus douce aurait sans doute été plus agréable pour un lecteur qui, il faut l'admettre, peut se retrouver décontenancé par l'afflux d'informations qui s'abat sur lui avec l'arrivée de Scott dans le récit. 

Dernier point : le naturel des dialogues. Si les traits majeurs des personnages sont pour la plupart très justes, ce sont bien leurs échangent qui posent problème. Cela varie bien sûr en fonction des passages, mais on trouve souvent dans la bouche des jeunes protagonistes des expressions et des tournures de phrase que l'on imaginerait difficilement prononcées par de véritables adolescents. Rien de dramatique ou de foncièrement nuisible au roman, mais suffisamment perturbant pour sortir parfois le lecteur de son immersion dans l'atmosphère du récit, autrement pleine de tension...

Mis à part ces quelques points, Grupp constitue une lecture très agréable, et surtout très intéressante dans sa volonté de s'intéresser aux réactions d'individus pris dans un engrenage qui les dépasse. Il arrive à intriguer son lecteur, à le provoquer, à le faire s'interroger... ce qui est bien le but s'il en est un de tout roman d'anticipation qui se respecte ! 

                                 ★


2 commentaires:

  1. Je garderais de bon souvenir de ce roman, même si je m'attendais à plus !

    RépondreSupprimer
  2. Un livre que je lirai sans doute si je le trouve à la médiathèque :)

    RépondreSupprimer