La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

jeudi 27 avril 2017

Marquer les ombres de Veronica Roth - Chronique n°314



Titre : Marquer les ombres
Auteure : Veronica Roth
Genre : Science-Fiction
Editions : Nathan
Lu en : français
Nombre de pages : 470
Résumé : 
Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui

gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.

Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

---------------------------------------------

Un grand merci à Babelio et aux éditions Nathan pour cet envoi !

---------------------------------------------

Veronica Roth est connue pour sa trilogie Divergente, dont j'avais bien apprécié le premier tome, mais dont la suite m'avait laissée... dubitative. Elle revient après cet immense succès dans un tout autre genre, la science-fiction, avec une histoire aux multiples personnages évoluant dans un univers complexe et travaillé. Pour quel bilan ? Beaucoup d'investissement de la part de l'auteure et un résultat plus abouti que ne l'était le récit de Tris, mais malgré tout des défauts qui persistent et ne permettent pas d'appeler Marquer les ombres oeuvre du siècle.

Roth construit donc ici un univers, l'Assemblée, constitué de neuf planètes extrêmement dissemblables les unes des autres, et qui coexistent de façon plus ou moins hostiles. L'une d'elle notamment, Thuvé, voit s'affronter en son sein deux nations, les Thuvésit et les Shotet - oui, il m'a fallu six jours pour retenir leur nom, c'est vrai -. Certains individus possèdent des pouvoirs uniques, les "dons-flux", et en jouent dans cette guerre cruelle... notamment Ridek et Cyra, ou encore Akos, les protagonistes d'un conflit impliquant mort, capture et trahison, sur fond de prophéties funestes...

En quelques mots, le roman manque cruellement de dynamisme. C'est bien simple, en dehors de l'ouverture et de la conclusion, il ne se passe plus ou moins rien. Les personnages, détruits psychologiquement, vont partager leur détresse et leur pessimisme - et il n'y a rien de mal à être dévasté après ce qu'ils ont dû traverser, évidemment ! Mais nourrir 350 pages de réflexions sur l'absurdité de la vie ? C'est complexe.

Je grossis le trait, évidemment, mais on ne peut nier le véritable sentiment d'oppression, de malheur, qui pèse sur soi lorsque l'on découvre ce livre, et j'avoue avoir refermé l'ouvrage avec un soupir de soulagement. Cette atmosphère est quelque peu diluée par les scènes finales d'action, mais il faut traverser la majeure partie du roman qui consiste surtout à attendre ce dénouement. Et malheureusement, on s'ennuie beaucoup.

Il me faut de plus mentionner un grave problème.
Ces prénoms.

Attention, loin de moi l'idée de vouloir remettre en question l'originalité des patronymes que l'auteure a forgés, au contraire, il est plutôt réjouissant de voir à quel point il est encore possible d'inventer de toutes pièces des noms originaux.
Ce n'est simplement pas possible de les retenir.
Tous ces Z. Pourquoi tant de Z ? 
Entre Cyza, Cisi, Sifa, Eijah, Zosita, Zykheb, Ridhek et que sais-je, il est très vite compliqué de garder la tête hors de l'eau. Difficile dès lors de s'attacher pour de bon à des protagonistes dont on a oublié à qui le nom appartenait... Avoir choisi de faire intervenir un très grand nombre de personnages est une idée qui se défend, mais ici, tous ne sont pas assez introduits pour constituer des repères dans l'esprit du lecteur. Les personnages principaux reposent sur des convenances, ce qui est, vous me l'accorderez, assez décevant. De plus, le nombre  de figures intervenant empêche naturellement l'auteure de s'attarder autant qu'on le désirerait sur certains : vous conviendrez qu'il valait mieux les survoler qu'avoir un livre de 2000 pages, mais tout de même, certains auraient mérité un peu plus d'espace pour s'affirmer. 


Enfin, un petit mot sur une... discussion houleuse qui a sévi à propos du caractère supposément raciste de l'oeuvre, qui oppose des personnages clairs de peau, pacifiques et pieux à un peuple à la peau plus foncée, décrit comme belliqueux et peu distingué. Vous vous en doutez, une telle dichotomie a fait sévèrement grincer des dents, et je comprends l'agacement qu'ont pu ressentir certains. Pour en dire un mot, je n'estime sincèrement pas que l'auteure ait voulu exprimer là son mépris pour une quelconque ethnie, à mon humble avis, elle a surtout réinvesti des clichés malheureux que je n'approuve pas, mais n'avait pas de visées racistes. 
Pas très subtil ? Certes.
Message de haine ? Je ne le crois pas.

En bref, un roman assez décevant, au synopsis prometteur et à l'univers aussi fourmillant de détails que surprenant, mais qui se perd dans des méandres pseudo-psychologiques et n'arrive pas à maintenir le lecteur investi auprès des personnages. La plume fluide de Roth permet de parvenir au bout, mais il est clair que cet ouvrage n'a pas constitué une découverte fameuse pour ma part...

Note attribuée : 4/10

15 commentaires:

  1. Dommage qu'il ne t'ait pas plu, moi j'ai eu un coup de coeur pour ce premier tome. J'espère que ta prochaine lecture te plaira plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais j'en suis ravie, haha, j'espère pour toi que la suite te semblera aussi agréable !

      Supprimer
  2. Je dois avouer que j'aurai tendance à dire que ce roman me tente mais je suis mitigée après lecture de ton avis, surtout que tu n'es pas le premier que je lis, qui est déçu :/ A voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on a été beaucoup à se sentir déçus... Pèse le pour et le contre, après, je t'avouerai que c'est loin d'être une lecture mémorable à mon sens.

      Supprimer
  3. C'est dommage que tu ais été déçue, ce roman me tente pas mal, j'ai très envie de découvrir autre chose de Veronica Roth. Par contre, l'histoire des prénoms me fait déjà peur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha je te conseille de prendre des notes si jamais tu décides de te lancer !

      Supprimer
  4. J'ai de moins en moins envie de lire ce roman, avec les avis mitigés que je vois dessus =/ Puis comme toi, j'ai adoré le premier tome de Divergent mais la suite m'a un peu moins plu^^' !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes des âmes jumelles dis moi x)

      Supprimer
  5. Ouille... J'ai envie de lire ce roman mais ton avis me fait réfléchir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héééélas c'est le moins que l'on puisse dire !

      Supprimer
  6. Encore un avis négatif haha. Je ne vois que ça sur ce livre ! Mais je dois être un peu folle, je suis quand même curieuse de le lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non ce n'est pas de la folie, j'avais lu beaucoup d'avis négatifs aussi !

      Supprimer
  7. Ce roman n'est pas celui qui me tente le plus et ton avis ne va pas me faire changer d'avis :/

    RépondreSupprimer
  8. Ah, dommage ! Mais je comprends parfaitement pour le manque de dynamisme, pour moi il a surtout été présent au début, avec un rythme assez inégal, mais j'ai trouvé l'histoire prenante quand même ^^ et je n'avais pas du tout remarqué, pour cette hypothèse du racisme o.o

    RépondreSupprimer
  9. On est quasiment d'accord sur les mêmes points. J'avais du mal à me représenter les scènes, le nom des personnages et leurs liens s'emmêlaient dans ma tête. C'était très confus et le rythme lent m'a beaucoup dérangé.

    RépondreSupprimer