La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

lundi 6 mars 2017

La Maison des Reflets de Camille Brissot - Chronique n°298

Titre : La Maison des Reflets
Auteure : Camille Brissot
Genre : Science-Fiction
Editions : Syros
Lu en : français
Nombre de pages : 345
Résumé : Depuis 2022, les Maisons de départ ressuscitent les morts grâce à des reflets en quatre dimensions qui reproduisent à la perfection le physique, le caractère, et le petit je-ne-sais-quoi qui appartient à chacun. Les visiteurs affluent dans les salons et le parc du manoir Edelweiss, la plus célèbre des Maisons de départ, pour passer du temps avec ceux qu’ils aimaient. Daniel a grandi entre ces murs, ses meilleurs amis sont des reflets. Jusqu’à ce qu’il rencontre Violette, une fille imprévisible et lumineuse… Bien vivante.

--------------------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions Syros et en particulier à Véronique pour cet envoi !

-------------------------------------------------------------

Personne ne contestera le fait que notre société est en mutation profonde, et ce de façon de plus en plus certaine. Les communications accélérées, intelligences artificielles et autres réseaux sociaux sont venus bouleverser notre rapport aux autres... Mais jusqu'à quel point cette évolution se poursuivra-t-elle ? Quelle conception de la vie se faire dès lors que nous ne vivons plus de la même façon ? Quelle éthique se forger ? Ce sont les questions épineuses auxquelles Camille Brissot répond dans son histoire de science-fiction, La Maison des Reflets.

Ce récit aussi envoûtant qu'oppressant se déroule majoritairement en huis-clos, dans le Manoir Edelweiss, la meilleure et la plus qualitative des Maisons de départ, l'un de ces établissements qui créent des modèles plus vrais que nature des proches défunts de leurs clients. A mi-chemin entre le fantôme et l'androïde, ces "reflets" reproduisent parfaitement la personnalité de leurs modèles, et ce jusque dans les moindres détails, et permettent à leurs survivants de faire leur deuil, et ce aussi longtemps que tous le souhaitent.

Oui, cela fait penser à la série Black Mirror, c'est vrai. Mon amour.

Ce bouleversement sans pareil dans le vécu que l'on peut faire de la disparition d'un proche est le quotidien et l'avenir de Daniel, petit-fils du fondateur de cette Maison de départ, admirateur de la virtuosité technique de son père et surtout futur directeur de l'établissement. Habitué à cohabiter avec les défunts, il en est coupé du monde extérieur, enfermé dans sa bulle entre la vie... et autre chose. Jusqu'à ce qu'il s'aventure dehors, dans un parc d'attractions... et ne tombe en arrêt devant Violette.


L'histoire est juste et subtile d'un bout à l'autre du récit, s'intéressant à des aspects de l'intrigue trouvés de façon extrêmement perspicaces, de telle sorte que le lecteur en arrive vraiment à de profonds questionnements sur son rapport au deuil et sur ce qu'il pourrait devenir. Au-delà de cela, La Maison des reflets, c'est avant tout notre reflet, largement romancé et complètement fictif certes, mais qui repose sur un socle flagrant de vérité, notre situation actuelle. On commence déjà à vouloir ressusciter virtuellement certains défunts, à travers des logiciels, et le côté malsain de ces démarches devient frappant. 

Le roman en lui-même est tout à fait passionnant, ne peut se lire que d'une traite, et offre un retournement final majeur impossible à voir venir.
A moins que ce ne soit le fait que je possède les capacités cognitives d'un batracien, et que je sois du coup la seule à ne pas me douter du final. C'est possible aussi.
L'écriture est très entraînante, l'enchaînement des chapitres fluide, chronologique certes mais équilibré. 

Globalement, il s'agit bien plus que d'un pari tenu, mais bien d'une belle surprise, d'un récit sans concession qui assume ses ambitions et livre aussi bien une intrigue captivante qu'une réflexion aboutie. On aime, on approuve, on cautionne.
Un roman aussi lumineux que douloureux, qui analyse la façon dont l'on vit et pourrait vivre un jour le décès avec beaucoup de pertinence, et dont la lecture ne se fait pas sans quelques pics d'émotion. Une belle découverte !

Note attribuée : 8/10

6 commentaires:

  1. Un livre qui me tente désormais bien :) Et, tu me rends curieuse pour ce retournement final ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haaaaaaa tu verras bien... C'est la partie la plus réussie du roman, c'est elle qui lui donne tout son sel !

      Supprimer
  2. Je viens de le recevoir ! Je devrais pouvoir le commencer bientôt et ton commentaire m'y encourage encore davantage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Profite bien, c'est une lecture très immersive !

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas mais il a l'air pas mal ce livre. Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer