La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image"> Hebergeur d'image

samedi 20 août 2016

TAG – Extraordinary Means

Bonjour à tous !

J'ai été taguée par Eden du blog L'Âme des Mots... et j'ai mis plus d'un an à répondre.

On peut au moins saluer le fait que j'ai répondu.

''Extraordinary Means'' est un tag créé par Robyn Schneider à l'occasion de la sortie de son roman Extraordinary Means, que Fairy Neverland a repris sous le nom "La fin justifie les moyens". Il suffit de choisir un livre qui correspond au dilemme proposé. 

C'est parti !

 1 – Je renoncerais à mon abonnement internet pendant un mois pour une première édition de ce livre dédicacée par l’auteur.  


C'est bien simple, me priver d'Internet pendant un mois est le moyen le plus simple de réduire mon espérance de vie de façon drastique. Alors il faudrait vraiment que ce soit un roman exceptionnel, vous voyez. Très probablement Les Misérables d'Hugo, mes amours, mes précieux, ou Autant en emporte le vent, que j'ai dû lire environ quatre ou cinq fois depuis ma quatrième et dont je n'arrive toujours pas à me lasser, ou encore n'importe lequel des romans de Zola.


 2 – Je renoncerais aux pizzas pendant un an si je pouvais être assise aux côtés de cet auteur pendant un vol longue distance. 


Je n'aime pas vraiment la pizza, pour tout vous avouer, alors bonjour le sacrifice. 
Et pour ce qui est de l'auteur... De façon extrêmement inattendue, j'adorerais passer quelques heures en compagnie de J. K. Rowling, pour la harceler de questions au sujet du destin du moindre des personnages de Harry Potter, de Serge Brussolo, qui a écrit des livres de fantastique absolument merveilleux qui ont clairement forgé mon enfance, tels que Peggy Sue et les Fantômes ou Les Mondes de Sigrid, et à qui j'aurais également un certain nombre de choses à dire, ou de façon malheureusement très improbable, à Pierre Bottero, parce que, Pierre Bottero.


3 – Je me coltinerais des milliers d’heures de pub si cela assurait l’adaptation cinématographique de ce livre par Hollywood. 


De manière générale, je suis bien trop souvent déçue par les adaptations cinématographiques de romans, a fortiori par Hollywood, alors des milliers d'heures de publicité pour une déception, hum, comment dire.

Mais on me dit en régie qu'il faut que j'arrête de démonter une à une les questions de ce tag, alors disons, hum, Les Chroniques Lunaires de Marissa Meyer, les seules, les uniques, les précieuses Chroniques Lunaires.


 4 – Je ne lirais jamais plus de nouveau livre si je pouvais vivre dans le monde de celui-ci.

Pardon ? Plus jamais de lecture ? Non, non, ma bonne dame, ça ne va pas être possible. 
Bon, je suppose qu'il faut quand même que je réponde à cette question, histoire que ce tag ne soit pas totalement inutile. 
Et je vais y répondre de façon tout sauf originale.
Quand je serai grande, je veux être Harry Potter.

5 – Je laisserais volontiers mon historique Google être dévoilé publiquement si je pouvais être meilleur(e) ami(e) avec cet auteur. 


Laissez-moi vous dire que vous allez mortellement vous ennuyer avec mon historique Google, il n'y a pour ainsi dire rien de croustillant.
Je sais. Navrée. Vous espériez que ma véritable nature serait ainsi révélée. Mais vous ne m'aurez pas à ce petit jeu.

Et pour ce qui est de l'auteur dont je voudrais qu'il soit mon meilleur ami... Probablement Clémentine Beauvais, ses romans me plaisent énormément, tout comme son blog dont je suis les posts avec grand intérêt... Non contente d'être un excellent écrivain, elle est tout simplement une personne dont la compagnie doit être passionnante !


6 – Je donnerais tout ce que je possède à Emmaüs si je pouvais me fiancer avec ce personnage dans la vraie vie.


Non. On ne peut pas me demander ça. Comment choisir un seul futur mari parmi tous mes fiancés imaginaires potentiels ? L'intérêt est justement de rester dans l'indéterminé, le possible. À partir du moment où j'en choisis un, je renonce aux autres. Ils sont pratiquement comme mes enfants, vous voyez, je ne peux physiquement pas n'en garder qu'un. Non. Impossible.

Et puis, je trouve que la plupart des personnages de roman sont tout sauf crédibles dans leur perfection, si innocents qu'ils en deviennent niais. Je deviendrais folle si je devais vivre avec l'un d'entre eux.
Bref. Je renonce à cette question 6.


Voilà pour ce tag ! Je ne tague personne en particulier, pour la simple et bonne raison que ce tag a déjà été repris par énormément de blogueurs, et que je dois être à peu de chose près la dernière créature humaine à ne pas y avoir encore répondu. Mais si, comme moi, toi, ô lecteur, tu as vécu dans une caverne dernièrement et souhaites le reprendre, tu as ma bénédiction !

6 commentaires:

  1. Tes réponses me font toujours beaucoup rire ! :D j'espère juste que tu ne mettras pas aussi longtemps à répondre à mon tag ! :) mais je te laisse prendre le temps que tu veux :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha je vais me dépêcher d'y répondre Lil :p Contente de t'avoir amusée !

      Supprimer
  2. Je ne suis pas un exemple dans le domaine des délais de réponse de tag. J'ai toujours une ou deux chroniques qui méritent mon attention etmalheureusement la procrastination vient finir le massacre et je me retrouve six mois plus tard avec plusieurs tag en retard !

    Zola je valide, Bottero je valide , Clémentine Beauvais je valide ( je suis une lectrice assidue de son blog ) et la question 6... Je valide également. MAIS il peut être vrai que je lorgne légèrement sur Octave Loiret mais dans Au Bonheur des Dames. Je ne l'ai pas spécialement apprécié dans Pot Bouille...

    Enfin bref merci de la réponse et moi non plus je ne cours pas après la pizza.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois malheureusement que c'est un fléau qui nous atteint tous ! Bon, tant mieux si j'ai bon goût du côté des écrivains ! Octave Mouret n'est pas lui-même dans Pot Bouille, le seul, l'unique Octave Mouret est celui du Bonheur des Dames. Même s'il finit casé.

      Haha, je crains que nous soyons les deux seules âmes sur Terre à rejeter la pizza x)

      Supprimer
  3. Tu m'as bien fait rire à démonter les questions comme cela XD

    RépondreSupprimer