La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image"> Hebergeur d'image Hebergeur d'image

dimanche 13 mars 2016

Je sais que tu sais de Gilles Abier — Chronique n°176

Titre : Je sais que tu sais
Auteur : Gilles Abier
Éditions : Talents Hauts (collection Ego)
Genre : Contemporain | Realistic Fiction
Nombre de pages : 79
Résumé : J'ai les mains moites. J'ai beau les frotter à plat sur mon jean, elles suent, elles suintent. Je ne suis pas quelqu'un qui transpire pourtant. Je peux danser une heure, courir vingt minutes, buller sous deux couettes, je reste au sec. Ça énervait mon frère d'ailleurs. Mon côté « poupée de porcelaine », comme il disait, jamais chiffonnée. Le teint frais. La tenue impeccable. Une vraie princesse, quoi ! Mais ça, c'était avant. C'était quand il était encore vivant. Aujourd'hui, j'ai le nez percé, le regard fatigué et le vide au ventre. 

-----------------------------------------------------------

Un grand merci aux éditions Talents Hauts pour cet envoi !

-----------------------------------------------------------

Je sais que tu sais est un roman fulgurant de moins de 100 pages, que l'on ouvre sans trop savoir ce que l'on va y trouver, et que l'on referme choqué et abasourdi, après l'avoir dévoré d'une traite. L'histoire d'Axelle, sur le point d'être confrontée à l'assassin de son frère, et qui reconstitue petit à petit le fil des événements, peut paraître très simple, mais elle est magnifiée par la description exceptionnelle des sentiments qui traversent l'héroïne avec un immense talent :  ses phrases concises, au mots forts et bien choisis, nous choquent, nous touchent et nous interpellent. 

J'ai été frappée par le suspense assez remarquable que l'auteur parvient à installer malgré le si petit nombre de pages du roman. En nous plaçant dans une grande ignorance, et en dispersant quelques fragments d'information dans le désordre, Gilles Abier suscite notre intérêt et nous tient en haleine tout au long de l'intrigue. Et ce n'est que lorsque l'on referme ce livre, encore hébété, à bout de souffle comme après un sprint, que les pièces du puzzle se mettent dans l'ordre, et que la vérité s'impose à nous.

Tout  n'était pas parfait, j'ai parfois eu un léger sentiment d'incohérence, notamment au niveau du comportement des parents d'Axelle, et il n'est vrai que ce livre aurait mérité quelques pages de plus, pour préciser certains agissements et événements... mais Je sais que tu sais est tellement juste, tellement bouleversant, qu'il est tout simplement impossible qu'il vous laisse de marbre.

En bref, un roman court, mais pour le moins intense ! En moins de 100 pages, Gilles Abier transcrit à la perfection la douleur terrible et le sentiment d'absence qui nous habitent à la mort d'un proche. Une lecture "coup de poing", que je ne saurais que trop vous recommander ! 

Note attribuée : 8,5/10

6 commentaires:

  1. Audrey du Souffle des mots m'avaient déjà énormément tenté et je dois dire que tu ne fais que confirmer mon envie de lire ce roman :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, nous sommes une ligue de tentatrices !

      Supprimer
  2. Je suis curieuse maintenant de découvrir ce roman.

    RépondreSupprimer
  3. Cette histoire est assez courte alors pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne te prendra pas beaucoup de temps... Mais t'apportera pas mal de choses :)

      Supprimer