La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

dimanche 7 juin 2015

Conversion de Katherine Howe — Chronique n°99

Titre : Conversion 
Auteure : Katherine Howe
Éditions : Albin Michel
Genre : Paranormal | Sorcellerie
Nombre de pages : 472
Résumé : Qu'arrive-t-il aux élèves du prestigieux lycée St-Joan ? Une adolescente est prise de convulsions puis d'autres présentent à sa suite d'étranges symptômes : perte de cheveux, paralysie, quintes de toux... La presse s'empare de l'affaire, la rumeur enfle jusqu'à la panique. Seule Colleen remarque un détail qui a échappé à tous : St-Joan se trouve à l'emplacement du village de Salem où trois siècles plus tôt, des jeunes filles ont été touchées par des troubles similaires... Les époques se croisent, les drames se nouent : stress, simulation ou sorcellerie ?

--------------------------------------------

Je déteste ne pas aimer un livre.
Ce qui prouve que je ne suis pas masochiste.
Mais je déteste encore plus devoir écrire la chronique d'un livre que je n'ai pas aimé. Parce que je sais que l'auteur du livre en question a fait de son mieux et cherche au fond à faire plaisir à son lecteur.
Enfin, j'espère.

Bref, allons-y pour la chronique-catastrophe de Conversion de Katherine Howe. 

J'ai acheté ce livre en pensant trouver une histoire de sorcellerie, une ambiance terriblement oppressante et un suspense à couper le souffle. Je n'ai pratiquement rien eu de tout cela. J'ai mis très longtemps à achever ma lecture, ayant toujours l'impression de me forcer. L'histoire m'a suprêmement ennuyée, et je ressens un sentiment... d'incompréhension. 
Les chroniques étaient globalement bonnes, beaucoup de personnes ont adoré ce livre, et je comprends leur point de vue. Tout n'est pas mauvais dans Conversion, loin de là. Je pense simplement que j'en attendais trop.

Il y a deux narratrices, qui se partagent la parole plus ou moins équitablement. La première, Ann, vit à Salem, à l'époque de l'affaire des "sorcières de Salem" justement, et confesse ses péchés au révérend Green, des années après les faits. La seconde, Colleen, vit à notre époque, est une excellente élève du lycée St-Joan, et espère un jour rentrer à Harvard.
Les parties d'Ann étaient toujours moins attirantes, plus complexes, avec trop de personnages qui avaient le même nom, et j'ai eu énormément de mal à tout comprendre. À chaque fois que je voyais que l'on changeait de narration, je poussais un soupir de déception, et c'est vraiment dommage !
Quant à Colleen, elle est plutôt sympathique, mais assez... fade. Rien d'exceptionnel dans sa personnalité, en fait.

Que se passe-t-il dans la vie de Colleen, me demanderez-vous.
Un beau matin, plusieurs filles du lycée de Colleen commencèrent à avoir des convulsions, à s'évanouir, à perdre l'usage de leurs jambes... Les journalistes affluent rapidement au lycée tandis que le nombre de victimes ne fait qu'augmenter, et que le mystère s'épaissit...
J'ai déjà été très déçue, par le manque de rythme et de saveur de l'histoire. On nous vend de la sorcellerie, du mystère, et il n'y a en toute sincérité aucun suspense. La narratrice ne fait que vivre sa vie, nous raconter à quel point elle est nerveuse de ne pas être prise à Harvard, et à quel point un certain garçon est charmant – soit dit en passant, la romance n'a pas vraiment d'intérêt. On sait déjà comment tout va se terminer avant même de lire le prénom du garçon, qui, bien que sympathique, n'apparaît qu'à trois reprises dans le roman ! Pourquoi faire apparaître cet aspect s'il est aussi peu développé ?

Je pensais trouver une héroïne rebelle qui mène l'enquête, j'ai observé une jeune fille docile qui gobe les hypothèses fumeuses des médias.
Je pensais trouver un rythme absolument trépidant, des passages angoissants, des doutes en permanence. Je pensais trouver de la sorcellerie, du fantastique, une ambiance incroyablement oppressante, toute une mythologie, mais j'ai assisté les pérégrinations d'une adolescente sage et brillante du Massachusetts. 
Je pensais trouver un lien mystérieux entre les deux narratrices, mais ce lien ne consistait qu'en une recherche de l'une sur l'autre dans le cadre de ses cours. 
Je pensais trouver une histoire originale, j'ai réalisé que l'auteure avait repris un fait divers survenu en 2012 et qu'elle n'avait pour ainsi dire pas changé grand-chose. 

C'est encore une fois dommage, car cette histoire avait du potentiel. Le procès des sorcières de Salem est un événement fascinant, que l'auteure a fait l'effort de retranscrire avec une grande précision historique. L'écriture est soignée, et c'est bien ce qui m'a permis de m'accrocher à ma lecture. Katherine Howe a de vrais messages à faire passer, qu'elle explique dans une note finale. On sent une vraie bonne volonté de l'auteure, et c'est sans doute pour cela que je suis si frustrée. Enfin, l'idée de deux narrations qui se complètent est encore très bonne, mais il me manquait quelque chose. 

Le meilleur moment du livre, une phrase tout simplement excellente, est la dernière phrase du dernier chapitre de Colleen. Un clin d'œil génial, qui remet en question toute l'histoire. Voilà un exemple de ce qu'il fallait faire ! L'auteure écrit bien, elle a de bonnes idées mais cela ne se voit que dans une seule petite phrase, tellement bien trouvée que je suis restée dessus cinq minutes ! 
Conversion est donc loin d'être un échec, au contraire, de très nombreux lecteurs l'ont adoré, et je me sens un peu comme une exception. Une lecture en demi-teinte pour moi, qui n'ai pas accroché, et qui suis vraiment déçue.

Alors voilà, je suis déçue, je m'attendais à autre chose. Je suis probablement une marginale qui est passée complètement à côté de l'histoire, et si vous avez aimé de votre côté, sachez que je trouve cela formidable et que je vous envie. 

Note attribuée : 3/10 : je suis très mitigée, et absolument navrée de cette note. Une intrigue qui tourne en rond, des héroïnes qui ne m'ont pas plu, des aspects que je n'ai pas compris... Dommage...

18 commentaires:

  1. C'est dommage que tu n'es pas aimé, il me tente bien ! Mais bon il est loin d'être prioritaire dans ma WL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En toute sincérité, je n'y ai pas trouvé grand intérêt, mais après, à toi de voir...

      Supprimer
  2. C'est le 2ème avis que je lis, et il est similaire... De toute façon il ne me faisait pas plus envie que ça ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ? Je croyais être une des seules à avoir été déçue :p Passe ton chemin dans ce cas...

      Supprimer
  3. Il est dans ma PAL et il me tentait bien, avant de voir certains avis mitigés... Du coup je ne vais pas l'en sortir tout de suite :( !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira quand même ! ^^

      Supprimer
  4. Je n'ai pas lu le livre, mais je te comprends : je déteste également ne pas aimer un livre, surtout quand la planète entière semble avoir adorer.
    Dans ta chronique, si on change les spécificités propres de ''Conversion'', j'ai l'impression de lire la mienne sur '' Confusion'' ( qu'il faudrait que je publie d'ailleurs !) : le fait qu'il n'y ait pas de suspens, que tout se voie à 100 km à la ronde, tout comme le nom du garçon qui n'apparait que trois fois et qui devient l'elu de son coeur( d'ailleurs,quelle est cette obscession des auteurs de nous servir encore et toujours de la romance, surtout si ce n'est pas approfondi ?), tout comme le fait d'avoir l'impression de passer à côté du roman, et enfin, la dernière phrase qui est magique.On se demande alors pourquoi l'auteur n'a pas continué sur cette lancée, pourquoi le roman n'est pas aussi excellent que cette dernière page, pourquoi ? Et on est frustrée.
    Bref, je ne sais pas si je lirai ce roman, mais j'ai pris grand plaisir à lire ta chronique ( j'ai beaucoup aimé ton anaphore !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est quelque chose de très désagréable...
      Je ne sais pas pourquoi les auteurs s'obstinent à caser des romances – peut-être qu'ils s'imaginent que les lecteurs seraient déçus s'il n'y en avait pas ?
      Haha, il faut croire que j'ai un talent pour rédiger de belles anaphores :p *HIGH FIVE entre personnes qui connaissent le mot anaphore*
      Merci beaucoup en tout cas ! ^^

      Supprimer
  5. Mince c'est dommage.. Je te comprends tout à fait, je déteste aussi ne pas aimer un livre.. Mais bon, on ne peut pas tous les aimer !
    En tout cas, il me tente quand même bien..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont les livres qu'on n'aime pas qui donnent leur valeur à ceux qu'on aime !
      C'était puissant ça :p

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. J'y arrive enfin ;) (après deux commentaires mal postés et supprimés, merci portable) :

    Ce livre me tentait mais j'avais peur du côté "policier" de l'histoire, mais après avoir lu ta chronique je crois que j'ai eu raison de m'abstenir ^^ ! 

    Camille :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, tu y es arrivée :p en toute sincérité... je ne recommande pas ce livre, mais à toi de voir ! Et le côté policier est vraiment totalement absent...

      Supprimer
  9. Je viens de le lire (enfin il y a 1 mois environ) et je n'ai pas aimé non plus, par contre contrairement à toi j'ai préféré les parties racontées par Ann :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends pourquoi, même si elles étaient trop nébuleuses pour moi :')

      Supprimer
  10. Je suis tombé aussi sur ce livre, qui me paraissait très intéressant, et la couverture m'a beaucoup attiré !
    Mais voyant beaucoup d'avis mitigé, je pense que je ne lui donnerais pas sa chance tout de suite ! ;)
    Bonne lecture pour la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À toi de voir, certains ont été bien plus convaincus que moi ! Merci beaucoup, à toi aussi :)

      Supprimer