La lecture d'un roman jette sur la vie une lumière.
— Louis Aragon

-

Dernières chroniques...

Dernières chroniques...

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image

dimanche 20 juillet 2014

Geek Girl tome 1 de Holly Smale - Chronique n°11

« La mode est une véritable anguille : vous essayez de l’attraper par le cou, elle vous glisse entre les mains pour filer ailleurs, et plus vous essayez de la rattraper, plus vous êtes ridicule. Tout le monde se moque de vous jusqu’à ce que vous soyez en train de vous tortiller par terre, et à ce moment-là l’anguille a filé sous la table.
Et donc, pour faire court, j’ai renoncé. Le cerveau a une capacité d’assimilation limitée, et j’ai décidé qu’il n’y avait pas assez de place dans le mien. »


Titre : Geek Girl
Auteur : Holly Smale
Édition : Nathan
Nombre de pages : 401
Résumé : Je m’appelle Harriet Manners et je déteste la mode. Sincèrement. Je préfère savoir que lors d’un éternuement, tous les organes s’arrêtent, le cœur compris, qu’une cuillerée à café d’étoile à neutrons pèse des milliards de tonnes, ou que le merle bleu ne voit pas la couleur bleue. C’est sûrement pour ça que je n’ai pas beaucoup d’amis et qu’un « fan » a écrit GEEK au marqueur rouge sur mon sac.
Alors que feriez-vous à ma place si une agence de mannequins vous repérait ? Et vous proposait de passer de geek à… chic ?

Pour une raison que j'ignore, j'ai eu beaucoup de mal à écrire cette chronique et je la publie donc une semaine plus tard que prévu, veuillez m'en excuser.
J'ai été très agréablement surpris par Geek Girl que je pensais être un livre léger, agréable mais sans plus. Et il y a des plus !

Harriet, la narratrice et héroïne du roman, au savoir immense (qu’elle nous fait partager au fil du roman), m’a bien fait rire, par ses réflexions et ses réactions… pour le moins inattendues. C’est une geek, elle est totalement réfractaire à la mode, et pourtant elle va être repérée pour devenir top-model… Harriet a également un don pour se fourrer dans des situations impossibles, et ça, ça fait toujours rire.
D’autres personnages, en revanche, n’étaient pas assez crédibles, même si le roman Geek Girl en lui-même repose sur une part de… loufoquerie. Par exemple, le père de Harriet qui agit comme un enfant de huit ans alors qu’il en a quarante, ou encore Toby au comportement vraiment… spécial. Le personnage de Wilbur (et sa manie d’attribuer des sobriquets ridicules à tout le monde !) passe mieux parce que je m’imagine bien qu’il existe dans le milieu de la mode des individus aussi… extravagants. Ces personnages loufoques ne m’ont pas trop dérangée, grâce à l’humour et à la dérision de Harriet.
Tous les personnages restent cependant très drôles et touchants.
La romance qui commence tout juste à naître dans ce roman mérite d’être développée par la suite.


Je disais donc que l’histoire pouvait sembler très légère, mais le roman dégage en réalité un message plus profond. Le personnage d’Harriet évolue également d’une manière très intéressante. Il y a des rebondissements, on n'a pas le temps de s'ennuyer, les personnages sont au final attachants, le livre se lit d'une traite.
Détail technique : les chapitres sont très très courts, certains ne font que deux pages à peine, et cela m’a fait un peu peur au départ, mais en fait cela rythmait agréablement la lecture.

Au fur et à mesure qu'on avance dans le roman, on voit quand même la fin se profiler (il n'y a pas de suspense insoutenable). Si le roman n’avait pas eu de suite, ce « happy-end » plein de bons sentiments m’aurait dérangée, mais je compte sur Harriet pour recommencer à avoir des ennuis par la suite J

En conclusion, je recommande ce roman que j’ai dévoré en très peu de temps et dont j’attends avec impatience la suite ! Geek Girl n’est cependant pas un coup de cœur en raison de passages et de personnages un peu trop gros pour être crédibles.
Quelques passages m’ont beaucoup fait rire !

Note attribuée : 8/10 pour cette lecture très agréable.

Petit bonus : un passage qui m'a fait rire :)

« — Je tiens mon prénom, l’informé-je sur un ton aussi digne que possible, d’Harriet Quimby, la première femme pilote américaine et première femme à avoir traversé la Manche aux commandes d’un aéroplane. Ma mère l’a choisi pour évoquer la liberté, le courage et l’indépendance, et elle l’a prononcé juste avant de mourir.
Il y a un bref silence. Wilbur prend l’air peiné qui convient, puis c’est papa qui parle.
— Qui t’a raconté ça ?
— Annabel.
— Mais ce n’est pas vrai du tout. Tu tiens ton nom d’Harriet la tortue, la deuxième tortue la plus âgée au monde.
Nouveau silence, pendant lequel je regarde fixement papa. (…)
— Une tortue ? je répète, désemparée. Je tiens mon nom d’une tortue ? Et c’est censé évoquer quoi, une tortue ?
— La longévité ? »

-------------------------------------------------------------------------------

2 commentaires:

  1. J'adore Harriet, elle me fait rire. Je compte commencer le tome 3 ce week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui elle est vraiment drôle ;) les avantages de lire les livres en VO ! J'attends le 28 août...

      Supprimer